La numérisation intelligente encore loin d'être une réalité dans les organisations françaises

  • numerisation-intelligente-cloud-data.jpg

    data-center-numerisation-intelligente-automatisation-processus-workflows
    La numérisation intelligente contribue notamment à améliorer l'efficacité des organisations et leur conformité au RGPD. (Freepik/fullvector)
  • 160 professionnels des secteurs privés et publics ont pris part à l’enquête menée par Archimag de décembre 2021 à janvier 2022. L’occasion de mieux comprendre les pratiques de leurs organisations en matière de numérisation : quelles technologies utilisent-elles ? Sont-elles familières avec l’intelligence artificielle ? Qu’arrive-t-il aux documents numérisés ? Toutes les réponses.

    enquete-infographie-numerisation-intelligente_page-0001.jpgLes organisations ont beau déployer de nombreux efforts en faveur de la dématérialisation, elles négligent bien souvent un aspect essentiel de cette dernière : la numérisation. Dans la majorité des cas, cette opération est encore réalisée manuellement sur un simple MFP (imprimante multifonctions), ce qui, en plus d’être chronophage, n’apporte aucune valeur ajoutée à la gestion du document numérisé. 

    Impossible, en effet, de récupérer les données issues d’un document, de l’enrichir de métadonnées, de l’indexer au sein d’une GED, le tout de façon automatique, lorsque le système de numérisation utilisé n’intègre pas les technologies suffisantes. Or, dans 53 % des organisations, les solutions de capture, scanners et autres MFP mis en place pour numériser les documents n’intègrent pas de logiciels dédiés à la reconnaissance ou à l’extraction de données importantes (OCR, LAD/RAD, etc.).

    Des processus qui gagneraient en efficacité

    L’absence d’outils apportant une réelle valeur ajoutée aux systèmes de numérisation n’impacte pas seulement la numérisation en elle-même : elle limite, plus globalement, le traitement des documents. Ainsi, dans 60 % des cas, ils sont simplement injectés dans une GED ou un ECM après avoir été numérisés. Loin derrière, 37 % des organisations les intègrent à des workflows internes. Ils peuvent également être signés ou paraphés électroniquement (23 %), versés dans un SAE pour un archivage sécurisé (21 %) ou stockés dans un coffre-fort numérique (15 %). 

    Quel que ce soit le traitement réservé aux documents, celui-ci est, de toute évidence, généralement effectué de façon manuelle. L’exemple le plus parlant est celui de la gestion du courrier entrant, à la fois chronophage, synonyme d’erreurs et à faible valeur ajoutée. Malgré tous ces inconvénients, ce processus est encore réalisé manuellement dans 69 % des organisations, qui ne disposent pas d’une salle de courrier numérique. Ce paradoxe se généralise à de nombreux autres processus documentaires : plus généralement, plus de 7 entreprises sur 10 n’ont déployé ni moteur d’intelligence artificielle (IA), ni RPA (Robotic process automation), ni solution d’automatisation dans au moins l’un de leurs processus de gestion documentaire. L’intérêt de ces technologies semble d’ailleurs loin d’être évident pour les organisations : seulement 13 % d’entre elles songent à injecter plus d’IA dans leurs processus documentaires, et 7 % ont un projet lié à l’automatisation ou à la RPA.

    La numérisation intelligente au service de la conformité

    En plus de contribuer à rendre certains processus plus efficaces, la numérisation intelligente et les solutions qu’elle intègre (IA et automatisation en tête) assurent aux organisations de mieux respecter les réglementations en vigueur. Elles peuvent notamment permettre d’identifier les données personnelles issues des documents et de les traiter comme il se doit (gestion des accès, archivage, destruction, etc.) ou déterminer le type d’un document qui devra être indexé et archivé dans des conditions particulières. Une aubaine, quand on sait que seulement 23 % des professionnels considèrent que leur organisation propose une couverture “élevée” aux exigences du RGPD (Règlement général sur la protection des données).

    De même, la numérisation intelligente peut également répondre aux enjeux liés aux copies fidèle et fiable, grâce auxquelles les organisations peuvent, à terme, détruire leurs documents papier sous certaines conditions. Cette pratique avantageuse n’est cependant répandue que dans 33 % des organisations. Néanmoins, elles sont à 26 % à envisager de se doter prochainement d’un système de numérisation capable de produire des copies fidèles, témoignant d’une certaine prise de conscience.

    Une réponse à de nouvelles préoccupations 

    Synonyme de productivité et de conformité renforcée avec les réglementations, la numérisation intelligente est aussi et surtout un bon moyen de répondre à de nouveaux enjeux business. 58 % des organisations sont ainsi déjà équipées d’une solution de dématérialisation des factures fournisseurs, et 11 % comptent y passer prochainement (répondant ainsi à de futures obligations réglementaires). Autre bon point : plus d’1 organisation sur 2 a déjà numérisé tout ou partie de ses archives patrimoniales, et 14 % l’envisagent également. De quoi répondre à des enjeux d’accessibilité, tout en assurant la sécurité de ces documents et en préservant leur portée historique. 

    A contrario, 59 % des organisations ne disposent pas d’une solution de dématérialisation utilisable en mobilité, bien que cela soit en projet pour 13 % d’entre elles. Plus globalement, pas moins de 69 % des répondants indiquent que leur organisation n’a pas mis en place de dispositif spécifique (formation collaborateur, logiciel de sécurité, destructeur de document papier, accès par badge, etc.) autour de leur système de numérisation. Une preuve supplémentaire des négligences des organisations en matière de numérisation.

    Pour en savoir plus sur la numérisation intelligente, ses enjeux et ses technologies, téléchargez gratuitement notre supplément Archimag "Numérisation intelligente : les clés pour gagner en performance"

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png