Publicité

Traitement Intelligent des Documents : Kodak Alaris en première ligne pour accompagner l’essor de l’IDP en France

  • kodak-alaris-intelligent-document-processing-donald-lofstrom-traitement-donnees.jpeg

    don-lofstrom-ceo-kodak-alaris
    Pour Donald Lofstrom, CEO de Kodak Alaris, "l’IDP apporte de nombreux avantages (...) au service de la transformation digitale des entreprises". (DR/Fabien Carré-Marillonnet)
  • Selon les estimations du cabinet de conseil Technavio, le Traitement Intelligent des Documents (IDP) devrait progresser de 29,69 % entre 2022 et 2027. Et si le continent nord-américain devrait représenter 38 % du marché global, l’Europe suit juste derrière, portée par l’Allemagne et la France. Dans ce contexte, l’entreprise Kodak Alaris, considérée comme “un acteur majeur” de l’IDP par IDC MarketScape, est en première ligne pour accompagner l’essor de cette tendance sur le marché français. En exclusivité pour Archimag, Donald Lofstrom, Président du groupe, décrypte cette nouvelle transformation technologique et revient sur le rôle qu’y occupe Kodak Alaris.

    L'IDP est une tendance encore émergente en France, dans laquelle Kodak Alaris s'impose comme un acteur majeur. D'après vous, quel impact les technologies IDP auront-elles auprès des organisations professionnelles ?

    Don Lofstrom : L’IDP a un impact majeur sur le marché de la dématérialisation. Les coûts liés aux processus documentaires sont toujours plus élevés, et les clients finaux réclament plus de rapidité de la part des entreprises. Ces dernières ont besoin de rester compétitives, aussi bien d’un point de vue business qu’en matière de services.
    L’IDP apporte de nombreux avantages : simplification et fluidification des processus, efficacité des équipes, adaptabilité au télétravail, gain de temps, accessibilité, etc. Le tout au service de la transformation digitale des entreprises.

    Quel est le positionnement de Kodak Alaris en matière d’IDP ?

    D. L. : En matière d’IDP, nos technologies font partie des leaders du marché. L’IDP débute justement avec la capture et le traitement intelligent des documents, qui sont nos sujets d’expertise. Nous sommes considérés comme un acteur majeur, recommandé par les utilisateurs, encore plus qu’IBM par exemple. Nous avons aussi reçu 7 trophées “Best scanner line of the year” attribués par BLI (Buyers Lab) au cours des dernières années.

    S’il ne fallait retenir qu’une seule solution de capture parmi celles que vous proposez, laquelle serait-ce ?

    D. L. : Il s’agirait de KODAK Info Input Solution, qui permet de numériser des documents papier ou digitaux dans un seul workflow grâce à des technologies performantes. Cette solution intègre des fonctionnalités d’indexation, de classification, d’extraction et d’intégration des documents, qu’ils soient structurés (formulaires notamment) ou non (e-mails par exemple), afin de simplifier des processus métiers complexes. C’est une solution très puissante, l’une des meilleures pour le machine learning et l’intelligence artificielle, qui offre des résultats optimaux pour les clients.

    kodak-alaris-idp-capture-pro-info-input-solution.png

    Comment votre entreprise s’efforce-t-elle d’intégrer de nouvelles technologies (intelligence artificielle, automatisation, etc.) pour améliorer les solutions que vous proposez ?

    D. L. : L’innovation et la R&D sont deux axes majeurs de la croissance de Kodak Alaris. Nous avons à cœur d’apporter de la valeur à nos clients grâce à des services professionnels, en travaillant avec des partenaires pour adresser des marchés spécifiques. Nous disposons ainsi de connaissances approfondies pour développer des nouvelles technologies adaptées à des besoins transverses.

    En quoi votre réseau de partenaires participe-t-il à renforcer votre position sur le marché de l’IDP ?

    D. L. : Nous travaillons avec des partenaires pour apporter plus de valeur aux clients, en termes de ventes de scanners ou d’intégrations de logiciels de capture. KODAK INfuse, par exemple, repose sur une stratégie centrée sur les partenaires : c’est une solution complémentaire aux leurs qui ne nécessite pas de PC pour scanner des QR codes ou des champs spécifiques.

    Nous travaillons également avec des partenaires locaux (dont, pour n’en citer que quelques-uns, ADDIS Technologies, Copymix, Konica Minolta, Octant et Systhen pour le marché français, ndlr) pour adresser des marchés spécifiques. Entre autres, dans le secteur de la santé, nous menons des partenariats technologiques sur le marché de la RPA (Robotic Process Automation, ou Automatisation Robotisée des Processus) et de l’onboarding patient afin de lire les justificatifs d’identité qui viennent nourrir le dossier patient, grâce à des robots qui vont identifier les informations et les acheminer vers le système tout en contrôlant la validité de ces informations.

    Nous proposons ainsi des offres packagées et sur-mesure, qu’elles soient globales ou dédiées à certains marchés.

    Quelles sont vos perspectives d’évolution et vos axes de développement prioritaires ?

    D. L. : Nos priorités aujourd’hui concernent les offres et solutions autour de l’IDP. Nous allons continuer d’investir, d’innover, d’apporter de nouvelles offres aux marchés que nous adressons. De nouvelles versions de nos solutions logicielles seront d’ailleurs proposées dans les prochains mois, renforçant le machine learning grâce à des fonctionnalités d’OCR (Reconnaissance Optique des Caractères) et d’imagery understanding, qui s’appuie sur de puissantes technologies pour analyser une image et en comprendre les éléments qui la composent (structure, textes et symboles, etc.), afin d’identifier toujours plus de types de documents et de données. Kodak Alaris poursuit ainsi sa démarche de développement continu pour répondre au mieux aux enjeux de ses clients et leur proposer des solutions évolutives et adaptées, leur permettant d’être toujours plus productifs et efficaces !
     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png