Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comparatif intranet et réseau social d’entreprise : deux solutions complémentaires et dynamiques

  • comparatif-reseau-social-entreprise-intranet.jpg

    comparatif-2024-reseau-social-entreprise-rse-intranet
    L’expérience utilisateur des réseaux sociaux d’entreprise ou des intranets tend plus de flexibilité, de personnalisation et de simplicité. (Creativeart/Freepik)
  • Les éditeurs de solutions d’intranet et de réseaux sociaux d’entreprise sont nombreux et protéiformes. Ils sont à l’image des évolutions des technologies et des usages que connaissent ces plateformes, et qui se traduisent dans les fonctionnalités qu’elles proposent. Retrouvez le comparatif des réseaux sociaux d'entreprise et des solutions d'intranet en fin d'article.

    enlightened CET ARTICLE A INITIALEMENT ÉTÉ PUBLIÉ DANS ARCHIMAG N°372
    mail Découvrez Le Brief de l'IT, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des data, de l'IT, de la digitalisation et de la transformation numérique !


    L’heure est à la complémentarité, voire à une union heureuse ! L’intranet et le réseau social d’entreprise (RSE) version 2024 ont tendance à s’entrecroiser et à se compléter pour répondre aux nouvelles demandes des organisations.

    "Les informations qui circulent dans les RSE servent aussi à alimenter l’information et les accès de la partie intranet", constate Jean-Michel Lambert, responsable de l’équipe avant-vente de Jalios. "Nous assistons à une fusion entre les deux et à une mutation vers la digital workplace."

             Lire aussi : La Digital Workplace, meilleur atout du manager face au travail hybride

    L’accessibilité de l’information et la communication s’adaptent aux nouveaux modes de travail hybride. "Nous constatons que les entreprises ont un besoin évident de solutions pour échanger, partager et collaborer, mais aussi pour stocker des documents et/ou des informations pérennes", témoigne Pauline Thevenin-Lemoine, CMO & Product Owner chez Beeshake.

    Lire aussi : Une digital workplace pour structurer les informations d’Ascodocpsy et lutter contre l'infobésité
     

    Suggestion pour vous
    Pourquoi mettre en place un intranet collaboratif
    Ce livre blanc offre des réponses essentielles pour mettre en place un intranet collaboratif efficace, en fournissant des conseils pratiques et des témoignages pour mieux comprendre cette technologie.

    "L’enjeu actuel réside dans la proposition d’expériences toujours plus simples, flexibles et intuitives, aussi bien pour les administrateurs que pour les utilisateurs". "RSE et intranet sont désormais partie prenante dans l’engagement et l’intégration des collaborateurs", souligne Ariane Curic, consultante avant-vente chez Jalios. "Ils sont un atout pour les RH, afin de mettre en avant les talents ou encore pour l’onboarding."

    Plus d’échanges et d’interactions ? Oui, mais pas à n’importe quel prix. L’expérience utilisateur se calque toujours plus sur les applications grand public, et certains parlent même de "whatsappisation". Par ailleurs, ces solutions s’interconnectent volontiers avec les autres outils métiers des organisations.

    L’IA comme booster

    Le pendant négatif de cette grande tendance vient de l’absence de gouvernance de l’information ou de garde-fous pour encadrer la politique d’utilisation. "Les RSE peuvent engendrer de l’infobésité ou même ce que l’on appelle le Fomo (pour fear of missing out ou la peur de manquer quelque chose)", explique Alain Garnier, CEO et cofondateur de Jamespot. "La technologie peut traiter ces deux enjeux, en permettant par exemple la rétention d’information, en offrant la possibilité d’épingler des sujets ou de configurer des "favoris", mais la sensibilisation à ces problématiques et un encadrement des usages sont inévitables."

    Comme dans bien des secteurs, l’intelligence artificielle fait partie des grandes tendances actuelles et les éditeurs de solutions s’en emparent de différentes façons. "L’IA doit faciliter la vie des utilisateurs comme des administrateurs", insiste Pauline Thevenin-Lemoine. "Chez Beeshake, nous la considérons comme un assistant virtuel : il ne remplace rien, mais il aide grandement !" 

    Même son de cloche pour Alain Garnier, qui considère l’IA comme un accélérateur : "elle peut servir à poser des questions au sein d’une base de connaissances, générer du contenu, des synthèses, mais aussi à automatiser certaines tâches." Par exemple, une IA pourrait rédiger un résumé des échanges d’un groupe au retour de congés d’un collaborateur, une autre pourrait automatiser des mails, etc.

    Lire aussi : Guide pratique - Mettre en place sa digital workplace

    Chez Jalios, les utilisateurs peuvent bénéficier, via des partenariats, des fonctionnalités d’outils comme ChatGPT, Gladia, NLP Cloud ou encore Mistral AI. L’éditeur a aussi développé des assistants virtuels par thématiques métiers qui puisent leur savoir dans des bases de connaissances spécifiques.

    "Avec la démocratisation de l’IA, la fiabilité de l’information est cruciale", alerte Jean-Michel Lambert de Jalios. "Les outils doivent pointer les sources de manière systématique : le corpus de texte utilisé, le "time code" de la vidéo d’où une information est puisée, l’échange… C’est à l’humain de relire et de décider ensuite si l’interprétation est bonne". Reste à voir, dans le temps, comment les utilisateurs prendront en main ces nouveaux "outils augmentés".

    >> Retrouvez le comparatif des solutions de RSE et d'intranet <<

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".