Article réservé aux abonnés Archimag.com

Reconversion professionnelle : pourquoi elles quittent l'infodoc pour créer leur entreprise

  • reconversion_entreprise.jpg

    reconversion-professionnelle-entreprise
    "Mon expérience en infodoc m’apportera des atouts pour réaliser des études de marché, par exemple", explique Marie Georget. (Illustration Freepik/pressfoto).
  • Elles viennent de la documentation, de la veille ou de l'archivage. Chacune de nos deux témoins a eu une première carrière dans l'infodoc mais a souhaité changer de vie pour se mettre à son compte. L'une pour développer un lieu de stage autour du bien-être, l'autre dans l'informatique. Rencontre avec deux entrepreneuses qui ont osé sauter le pas de la reconversion professionnelle. 

     

    Sommaire du dossier dédié à la reconversion professionnelle :

     

    Marie Georget : "À 45 ans, je me lance dans la création d’entreprise !"

    J’étais documentaliste dans une agence sanitaire située en région parisienne où je faisais de la veille et de la recherche documentaire sur des bases de données. Titulaire d’un doctorat en biologie, je me suis formée sur le tas aux techniques documentaires.

    >Lire aussi : Bibliothécaire, archiviste, veilleur, documentaliste... et entrepreneur : se lancer ou pas ?

    Je me reconvertis, car je quitte la région parisienne pour l’Indre-et-Loire où les postes en infodoc sont rares ou moins intéressants. Je quitte donc l’infodoc pour des raisons externes, car le travail de documentaliste m’a apporté des satisfactions et le métier en lui-même me plaît toujours autant.

    En 2018, j’ai fait un bilan de compétences et, depuis le mois de décembre 2019, je suis une formation de responsable TPE-PME qui me permettra de créer mon entreprise. Je songe à développer un lieu de stage autour du bien-être et de la culture tourangelle. Je souhaite créer un lieu qui mêlera yoga et patrimoine local (visite de châteaux, visite de caves, randonnées, organisation de séminaires d’entreprises…). Mon expérience en infodoc m’apportera des atouts pour réaliser des études de marché, par exemple.

    À 45 ans, ma situation me permet de prendre plus de risques, car mes enfants ont grandi. Il est vrai que le salariat apporte de la sécurité, mais je constate que dans de nombreux secteurs, les gens souhaitent mener une autre vie. Dans le milieu de l’infodoc, mes collègues songent également à réorienter leur vie professionnelle : l’une va passer le concours de professeur-documentaliste, une autre veut créer des sites web…

    À partir de 40 ans, une fois les enfants élevés, on peut encore prendre des risques. Je ne suis pas un cas isolé !

    >Lire aussi : Entrepreneurs en infodoc : "Avoir choisi d'exercer des métiers orientés services et public est un atout"

    Melinda R. : "Je souhaite me réorienter dans l’informatique et me mettre à mon compte"

    « Je crois que j’ai tout fait dans l’infodoc : de l’indexation à la veille en passant par la valorisation de la donnée et l’archivage papier. Tour à tour documentaliste, veilleuse, archiviste, records manager, cheffe de projet (sans le titre) dématérialisation, Ged, SAE, content management, etc. Le tout en assumant plusieurs casquettes et sans reconnaissance, ni possible évolution.

    Je ne souhaite pas devenir aigrie et je me dois de trouver un travail où je pourrai être fière de dire ce que je fais sans avoir à combattre des stéréotypes. Pour cela, je souhaite me réorienter dans l’informatique et me mettre à mon compte. Un long chemin s’annonce, dans lequel je m’engage avec enthousiasme.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Reconversion-professionnelle
    Être ou avoir été professionnels de l’information… Ou pourquoi ne pas le devenir ? Dans nos métiers aussi, notamment pour les archivistes, documentalistes et veilleurs, les carrières rectilignes se font rares. La gestion de l’information, sous ses différentes formes, peut-être tout autant une fonction que l’on quitte qu’une nouvelle orientation.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Veille 2020.PNG