Publicité

Maîtrise de l'information : le transfert de technologie made in Québec

  • transfert_technologie_quebec.jpg

    technologie-innovation
    Les services des Centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) accompagnent les organismes et entreprises dans leur démarche d'innovation. (Freepik/jcomp)
  • Les Centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) du Québec préparent les jeunes de la Belle Province à la maîtrise de l’information.

    Valoriser l’innovation n’est plus la question à poser aujourd’hui, on la pratique. L’entreprise Inno-3B a ainsi mis au point un système automatisé de culture verticale de légumes et fines herbes dans un environnement contrôlé, dans l’église de Saint-Pacôme au Québec !

    Cette technologie intelligente a été possible grâce à la collaboration de Biopterre, un Centre collégial de transfert de technologie (CCTT).

    Regroupés au cœur du réseau Synchronex, cinquante-neuf CCTT au Québec ont pour mission d’accompagner les organismes et entreprises dans leur démarche d’innovation. Leurs services incluent, entre autres, du soutien et du développement technologique, des recherches d’information ou de la veille technologique.

    Préparation à la carrière scientifique

    Les CCTT ne peuvent pas exister sans les Cégeps (Collège d’enseignement général et professionnel) car ils font partie intégrante de leurs unités de recherche. Ce modèle de recherche et d’enseignement supérieur est unique. Reconnus par le gouvernement du Québec, les CCTT intègrent dans leurs activités les enseignants et les étudiants des Cégeps, permettant à ces derniers d’être préparés à leur carrière scientifique.

    Créés il y a cinquante ans, les Cégeps sont l’équivalent de la seconde, de la première et de la terminale en France. Inclus dans l’enseignement supérieur, leur grande force est de faire cohabiter l’enseignement préuniversitaire qui mène à l’université et l’enseignement technique qui prépare au marché du travail. Il fallait oser. Le succès est phénoménal.

    L’information, le pivot transversal

    Scruter les données de recherche et flairer les tendances sont la manne des chercheurs (Cégeps, CCTT, entreprises et universités). Le croisement des projets en sciences de l’information est significatif. Les CCTT ont monté leur propre cellule de veille tel que Vestechpro, CCTT spécialisé dans le vêtement intelligent, et les bibliothèques de Cégeps ont élaboré leur offre de service en faveur de tout ce monde.

    Autre exemple, la bibliothèque rénovée du Cégep de Drummondville inclut un nouvel espace recherche et innovation, centre de recherche et d’apprentissage intégré aux études. L’espace comprend le Centre collégial de transfert de technologie en pratiques sociales novatrices (CCTT-PSN), le Centre collégial d’expertise en gérontologie (CCEG), le bureau de la recherche et de l’innovation.

    « On devient des acteurs de premier plan pour la gérontologie », explique Mme Bourdages, la directrice du Cégep. Le bibliothécaire Francis Frégeau ajoute que « son rôle, en tant que pourvoyeur d’information, envers le CCTT et le CCEG est le même que pour n’importe quel usager. »

    La Côte-Nord, pionnière

    Dans la région de la Côte-Nord, le Cégep de Sept-Îles a développé sept créneaux de recherche en émergence (internet des objets, industrie 4.0, santé connectée, valorisation de l’innovation et autres) dont certains sont des CCTT accrédités. Cette approche vise à catalyser l’enseignement supérieur en région et à valoriser l’innovation.

    Deux CCTT,  l’Institut technologique de maintenance industrielle (ITMI) du Cégep de Sept-Îles  et le Centre d’expérimentation et de développement en forêt boréale (CEDFOB)  du Cégep de Baie-Comeau sont des incubateurs stratégiques pour les entreprises. Zoé Feger, ingénieure-chercheure à l’ITMI ne cache pas son enthousiasme quant à l’essor de la Côte-Nord. Il y avait un grand manque en valorisation de l’innovation. « C’est chose faite et on ne s’arrêtera pas là », souligne-t-elle.

    Très active au Centre d’entrepreneuriat et de valorisation des innovations (CEVI), CCTT et incubateur, elle ajoute que « grâce à sa structure unique, le CEVI permet l’accompagnement, le transfert de technologie et la recherche appliquée dans toute la région. Les mêmes personnes collaborent dans un véritable esprit d’émulsion », ajoute-t-elle. « Le service de veille du CEVI est adapté au contexte des entreprises et des créneaux de recherche du Cégep. Notre ambition est de devenir le pionnier en matière de transfert de technologie et de veille ». Et l’un ne va pas sans l’autre !

    Élisabeth Lavigueur
    www.infocyble.ca

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.
    Publicité

    Veille 2020.PNG