Publicité

"Restez polis" : les conseils de Google aux porteurs de Google Glass

  • 272 1 actu Recommandations Google Glass CJO.jpg

    Vous êtes pour Google le meilleur des outils marketing possible ! (Google)
  • Google vient de publier une liste de recommandations aux futurs porteurs de ses Google Glass, bientôt commercialisées. Des recommandations visant à rattraper les dernières mésaventures de ses premiers utilisateurs.

    Utilisées il y a quelques jours avec succès, pour la première fois aux Etats-Unis, lors d'une intervention chirurgicale de reconstruction de la paroi abdominale, les Google Glass semblent témoigner de semaines en semaines de leurs multiples possibilités d'application. Pourtant, Google vient de publier une page sur son site internet contenant ses recommandations "officielles", sorte de charte "à faire VS à ne pas faire" pour le bon usage de ses lunettes connectées.

    Bientôt commercialisées

    Si elles ne sont pas encore en vente pour le grand public, les Google Glass devraient être commercialisées dans les semaines à venir. Elles pourront se connecter à un smarphone ou au Wifi pour afficher des données issues d'internet et augmenter la réalité directement devant l'oeil des utilisateurs.

    Certains les jugent tout simplement géniales. Mais si le grand public s'accorde à les trouver impressionnantes, les possibilités offertes par ces lunettes interactives semblent pour d'autres aussi infinies que sensibles. Voire suspectes.

    Mettre fin au fantasme

    A travers les recommandations mises en ligne, le géant de Mountain View tente demettre fin aux fantasmes et rassurer le public à travers une liste de conseils pratiques. Sans oublier, bien sûr, de toujours promouvoir les atouts de ses lunettes.

    Parmi les choses "à faire", demander la permission avant d'enregistrer son entourage semble élémentaire. Tout comme la recommandation visant à verrouiller son écran et protéger son appareil pour empêcher d'autres personnes de l'utiliser.

    Parmi les choses "à ne pas faire", certaines relèvent tout simplement, comme pour les premières, du bon sens : il n'est en effet pas conseillé de pratiquer le ski nautique, le rodéo ou la lutte en cage (!) muni de vos lunettes connectées. Ne vous attendez pas non plus à passer inaperçu en les portant, mais préparez-vous à recueillir de nombreuses questions de la part de votre entourage ; voire à ce qu'on vous demande de les retirer (notamment lors d'un dîner romantique).

    Enfin, en cas de doute, appliquez à vos Google Glass les mêmes règles de politesse et d'utilisation que celles de votre smartphone : retirez-les ou désactivez-les dès que l'usage de votre appareil mobile est proscrit.

    Evangélisation

    Sous couvert de recommandations, Google conseille surtout aux usagers de ses lunettes connectées d'évangéliser leurs proches. Expliquez, faites en la démonstration : "l'exemple concret vaut mieux qu'un long discours". Vous êtes pour Google le meilleur des outils marketing ! "Ne soyez pas déplaisant ou grossier : si les autres ont des questions, restez poli", explique même Google sur sa page. Il s'agit avant tout pour le géant du web d'éviter la mauvaise publicité qu'ont généré les mésaventures de certains des premiers porteurs des Google Glass.

    En témoigne la première amende reçue par une californienne, Cecilia Abadie, "pour conduite avec port de lunettes interactives" (la contrevenante a finalement été acquittée car les Google Glass n'étaient pas en fonctionnement au moment où elle a été arrêtée).

    Les films de notre vie

    La série britannique Black Mirror, créée en 2011 par le journaliste de The Guardian Charlie Brooker, s'est intéressée aux nombreuses dérives possibles des nouvelles technologies dans notre vie quotidienne. Le troisième épisode de la saison 1 de cette excellente série est un exemple on ne peut plus crédible de celles pouvant être générées par l'usage des Google Glass ; notamment à traversune puce implantée dans notre cou capable d'enregistrer tous nos souvenirs et de nous permettre de les visionner à volonté.

    Un salarié peut ainsi revivre à l'infini sa dernière réunion importante avec son manager, et tenter, presque maladivement, de décrypter chaque mimique de son interlocuteur, chaque battement de cil, chaque crispation... Fragilisé, un couple se déchire, analysant méthodiquement et revivant virtuellement certaines scènes sensibles de leurs vies, immortalisées et prisonnières pour toujours de la mémoire d'une carte à puce... 

    Gadget intrusif ?

    Comment ne pas comparer ce fantasme technologique avec les Google Glass ? Comment ne pas s'inquiéter d'être prochainement filmé ou photographié à son insu ? Ou même que toute cette mémoire accumulée, à l'image des milliers de données que nous emportons chaque jour sur notre smartphone, puissent tomber entre des mains indiscrètes ? Enfin, et plus généralement, quel statut accorder à ces nouveaux gadgets et quelle place leur faire dans notre quotidien ?

    A toutes ces questions, Google vient de vous donner ses "précieuses" recommandations ! Vigilance, donc.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité