Publicité

123456 et password, les pires mots de passe utilisés en 2014

  • sécurité.jpg

    Un bon mot de passe contient des majuscules, des minuscules, des chiffres et des caractères spéciaux (PixaBay)
  • Bonne nouvelle pour les pirates informatiques, les mots de passe les plus utilisés par les internautes en 2014 sont les mêmes qu'en 2013.

    Les années passent et se ressemblent. En 2014, les codes 123456 et password ont été les mots de passe les plus utilisés par les internautes. Comme en 2013... et comme en 2012 !

    Selon l'étude annuelle du spécialiste de la sécurité informatique Splashdata, les internautes choisissent -à tort- la simplicité pour créer leurs mots de passe. La liste 2014 des plus mauvais mots de passe laisse songeur : 123456, password, 12345, 12345678, qwerty, 123456789 et 1234 arrivent en tête. Sans oublier les termes baseball, dragon ou football qui complètent le Top 10 des mots de passe les plus utilisés. On note cependant l'apparition de héros de bandes dessinées avec superman (21ème place) et et batman (24ème place). La combinaison 696969 a également fait son entrée dans le classement 2014.

    Les bons conseils de la Cnil

    Afin de réduire les risques de piratage, la Cnil rappelle un principe de base : "un bon mot de passe doit être suffisamment long et faire au moins huit caractères". La Commission nationale de l'informatique et les libertés préconise d'utiliser plusieurs types de caractères : majuscules, minuscules, chiffres et caractères spéciaux. Il est vivement conseillé de créer un mot de passe en conservant les premiers caractères d'une phrase. Ainsi, la phrase « un Utilisateur d’Internet averti en vaut deux » donnera-t-elle le mot de passe : 1Ud’Iaev2.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.
    Publicité