Publicité

Acheter des bitcoins dans les bureaux de tabac sera désormais possible à partir du 1er janvier 2019

  • buraliste_cryptomonnaie.jpg

    buraliste_cryptomonnaie
    Le directeur général de la CNB souhaite faire des buralistes de demain des crypto banquiers. crédits : DR
  • La CNB ou Confédération nationale des buralistes, autorisera la vente de cette monnaie virtuelle dans au moins 3000 établissements à compter du 1er janvier 2019. Il sera possible d’acquérir cette devise par tranche de 50, 100 ou 250 euros. 

    « Le réseau des buralistes va être le premier réseau physique à vendre des crypto monnaies », indique Sylvain Heubert, directeur général de la confédération nationale des buralistes auprès de BFM Tech. « Le service sera bien disponible en début d'année prochaine. On pourra trouver en bureau de tabac des bitcoins mais également des éthers, une autre monnaie virtuelle » précise-t-il. 

    Un système de transaction informatique décentralisé

    Une crypto monnaie c’est un système de transaction informatique décentralisé. En clair, c’est une monnaie alternative, non physique, qui n’est disponible et utilisable que sur internet. Ces crypto monnaies sont en principe, infalsifiables et inviolables grâce à l’utilisation intensive de la cryptographie (système informatique qui protège les informations).

    Concrètement, en allant acheter un paquet de cigarettes ou un ticket de loto, il sera possible de demander un ticket bitcoin de 50, 100 ou 250 € (les seuls montants disponibles pour le moment). Il suffira ensuite de s’inscrire sur KeplerK qui vous demandera une pièce d’identité, un justificatif de domicile et un selfie. Dès que toutes ces informations sont validées par le site, il faudra entrer le code inscrit sur le ticket que vous aurez obtenu chez le buraliste et l’argent sera crédité sur votre porte-monnaie virtuel dès lors vous pouvez en faire ce que bon vous semble.

    « Nous respectons le même niveau d'obligation légale du “Know your customer” qu'une banque en ligne » précise Christian Gars, directeur général de KeplerK.

    3 000 à 4 000 établissements concernés 

    L’ensemble des bureaux de tabac ne pourront pas bénéficier de la solution immédiatement. Seuls “3 000 à 4 000 établissements” (sur 24 500 en France) sont équipés de machines capables de gérer ce nouveau dispositif. Les buralistes seront libres de l’autoriser ou non. Les conditions d’utilisation impliquent d’avoir au moins 18 ans.

    Premier réseau physique d’achat de crypto monnaies

    « Nous allons devenir le premier réseau physique d’achat de crypto monnaies » déclare Sylvain Heubert. « L’essor de ce nouveau moyen de paiement est une évolution sociétale que nous souhaitons accompagner ». 
    Le directeur général de la CNB souhaite industrialiser le processus, et faire des buralistes de demain des crypto banquiers.

    Une mise en garde de la Banque de France

    Attention toutefois à ne pas considérer les crypto monnaies comme de vraies monnaies. La Banque de France rappelle régulièrement que les bitcoins sont des actifs purement « spéculatifs » et ne sont pas des monnaies. « Ceux qui investissent dans le bitcoin comme dans les autres crypto actifs le font entièrement à leurs risques et périls », répète-t-elle.

    Le cours très irrégulier des crypto actifs est à prendre en compte lors d’un tel investissement. Ils connaissent actuellement un sérieux coup dur depuis une semaine : le bitcoin vaut actuellement moins de 4 000 euros. Il a perdu 70 % de sa valeur depuis le début de l'année ; il en valait quasiment 20 000 en décembre dernier.  

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    Couverture guide pratique Archimag n°59
    Doucement, mais sûrement, la blockchain prend ses marques. Cette technologie propose un nouveau modèle de base de données permettant le stockage et la transmission d’informations de manière distribuée et sécurisée. La cryptomonnaie bitcoin s’appuie sur elle. Elle est une évolution des mentalités et réclame un nouveau cadre juridique. Son potentiel économique se dessine. Met-elle en danger les tiers de confiance ? L’Etat s’y intéresse, tandis qu’à l’étranger, de pays en pays, les cas d’usage se multiplient. Au niveau international, un travail de normalisation est en cours. La blockchain doit trouver sa place dans le système d’information, en articulation avec les processus métier. De multiples usages peuvent s’appuyer sur la blockchain. Ce qui se traduit par une grande diversité de sociétés proposant conseils et développement. Et ce que montrent aussi des retours d’expérience.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !