Article réservé aux abonnés Archimag.com

Napoléon, un "confiscateur d'archives" désireux d'écrire sa propre légende

  • napoleon_bonaparte_archives_histoire.jpg

    napoleon-bonaparte-archives-histoire
    "On sait que Napoléon attachait beaucoup d’importance à l’histoire. Il se voyait comme le continuateur providentiel de l’histoire de France et aimait se comparer aux plus grands personnages historiques", explique Maria Pia Donato (Pixabay/@WikiImages)
  • maria-pia-donato-napoleon-archivesMaria Pia Donato est directrice de recherche au CNRS à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine de Paris. Elle est également l’auteure de l’ouvrage « Les archives du monde. Quand Napoléon confisqua l’histoire » (PUF, 2020). Dans un long entretien avec Archimag, elle explique comment Napoléon s'est emparé des archives du Saint-Empire romain germanique dissous et de celles de la papauté, à des fins administratives, mais aussi symboliques.

    Temps de lecture : 7 minutes

    mail Découvrez l'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour les archivistes.

    En 1809, après avoir triomphé de la Cinquième Coalition menée par l’empire d’Autriche et le Royaume-Uni, Napoléon s’empara des archives du Saint-Empire romain germanique dissous et de celles de la papauté. Que trouvait-on dans ces archives ?

    archives-monde-napoleon-histoireÀ Vienne, il s’agissait essentiellement d’archives juridiques produites à l’occasion des litiges entre les différents États et entités qui formaient le Saint-Empire romain germanique. On y trouvait également des documents diplomatiques et fiscaux de territoires passant sous la domination de la France et de ses alliés.

    Ces documents avaient une utilité pratique : ils permettaient d’administrer les territoires conquis. Ils avaient également une valeur symbolique : ils permettaient de proclamer que l’héritier du Saint-Empire romain germanique n’était pas l’empire d’Autriche, mais plutôt la confédération du Rhin formée par Napoléon à la suite de sa victoire à Austerlitz en 1805.

    À Rome, les archives initialement visées concernaient l’administration des cultes et la gestion du clergé. Mais, plus généralement, les archives romaines conservaient les documents sur l’histoire de l’Église et de la papauté, à la fois puissance spirituelle universelle et pouvoir séculier.

    enlightenedLire aussi : Chute du Mur de Berlin : où et comment accéder aux archives de la Stasi ?

    Quels objectifs Napoléon poursuivait-il ?

    À Vienne, Napoléon voulait couper les liens existant entre les territoires de l’ancien Saint-Empire romain germanique et l’empire d’Autriche.

    À Rome, il existait un affrontement aigu entre l’empire et la papauté pour le contrôle de l’Église. Ces tensions s’étaient concentrées sur l’approbation canonique des évêques par le pape.

    Que sont devenues ces archives ?

    Presque toutes ces archives ont été restituées, à l’exception de documents perdus ou détruits.Il a cependant fallu remettre de l’ordre dans ces papiers. Le XIXe siècle a en effet été un siècle de « grand nettoyage des archives » : des papiers considérés comme inutiles ont tout simplement ét....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    veille-evaluer-redeployer
    Une veille est installée, elle est en accord avec la stratégie et les besoins exprimés pour les projets en cours. Mais elle peut s’essouffler (baisse des remontées d’informations, baisse d’efficacité pour les usagers…) ou être confrontée à un nouvel événement qui la remet en question. Il est donc temps de faire un bilan pour l’évaluer et définir comment la redéployer.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    archives 2021.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif