Article réservé aux abonnés Archimag.com

Archives en Suisse : découverte des structures archivistiques helvétiques (suite)

  • structures-archivistiques-suisses.jpg

    structures-archivistiques-suisses-tour-horizon
    Les Archives économiques suisses (Schweizerisches Wirtschaftsarchiv, rattachées à l’Université de Bâle) abritent la base de données arCHeco. (Grubyak/CC BY-SA 3.0)
  • Archives thématiques, développement de centres de compétences... Barbara Roth-Lochner, archiviste et conservatrice honoraire à la Bibliothèque de Genève poursuit son tour d'horizon consacré aux structures archivistiques suisses. 

    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des archives et du patrimoine !

    Fondées en 1910, les Archives économiques suisses (Schweizerisches Wirtschaftsarchiv, rattachées à l’Université de Bâle) étaient pionnières dans la prise de conscience de l’importance des archives d’entreprises.

    Elles abritent la base de données arCHeco, accompagnée par le groupe de travail "Archives d’entreprises privées" de l'Association des archivistes suisses (AAS), qui recense des fonds d’archives conservés dans des institutions publiques ou par les entreprises elles-mêmes.

    Lire aussi : Archives en Suisse : un tour d’horizon

    Il convient effectivement de souligner que plusieurs grandes entreprises de tous les secteurs se sont dotées depuis deux à trois décennies de services d’archives historiques gérés par des professionnels, en mesure d’accueillir des chercheurs. À mentionner aussi des institutions régionales, comme le Cejare (Centre jurassien d’archives et de recherches économiques), créé en 2002 à Saint-Imier.

    Proche de l’histoire économique, l’histoire rurale a donné lieu en 2002 à la création d’un organisme original, les Archives de l’histoire rurale, qui n’ont pas pour ambition de collecter physiquement des fonds, mais de les repérer, de contribuer à leur conservation en trouvant une institution d’accueil, d’apporter leur aide pour leur traitement et inventaire, et de les mettre en valeur par le biais d’études et de publications sur un portail ad hoc et dans le Portail européen des archives.

    Centres de compétences

    Une institution importante qui accueille des archives privées de personnes et de collectivités à niveau national mérite encore une mention spéciale : les Archives pour l’histoire contemporaine (Archiv für Zeitgeschichte). Comme leur nom l’indique, elles se concentrent sur la période allant de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

    Fondées en 1974, elles sont rattachées à l’Institut d’histoire de l’École polytechnique fédérale de Zurich ; parmi leurs domaines majeurs de collecte figurent les documents relatifs à l’histoire des Juifs et du judaïsme en Suisse.

    Lire aussi : Dossier - Commercialiser les archives : un tabou ?

    Dans le domaine artistique, deux centres de compétences sont actifs à niveau suisse dans la collecte d’archives et la mise à disposition de documentation : l’Institut suisse pour l’étude de l’art (SIK-ISEA), fondé en 1951, s’est spécialisé dans les beaux-arts et les fonds d’artistes. Son siège est à Zurich et il dispose d’antennes à Lausanne et à Lugano.

    Les Archives suisses des arts de la scène, gérées par la Fondation Sapa, sont nées en 2017 de la fusion de la Collection suisse de la danse et de la Collection suisse du théâtre. Elles disposent de locaux à Berne, à Zurich et à Lausanne.

    À l’international, mais indépendant des États

    La proximité des organismes du réseau des Nations Unies a été favorable à l’établissement en Suisse d’organisations non gouvernementales qui, elles aussi, produisent des archives.

    L’une des plus anciennes et des plus importantes est d’ailleurs bien antérieure à la Société des Nations : il s’agit du Comité international de la Croix-Rouge, fondé à Genève en 1863, dont les ressources historiques sont indispensables à la compréhension des actions humanitaires. Non loin du CICR se trouve le siège du Conseil œcuménique des églises, qui héberge également une bibliothèque et des archives.

    Lire aussi : Animer un portail HAL : une offre de services pour les acteurs de la recherche

    À Lausanne, à côté d’un musée et d’une bibliothèque, le Comité international olympique conserve et met à la disposition des chercheurs les archives historiques du mouvement olympique né en 1894.

    D’autres grandes organisations sportives ont choisi la Suisse pour siège et y conservent leurs archives, sur lesquelles les informations ne sont toutefois pas abondantes : l’Union des associations européennes de football (UEFA) à Nyon, la Fédération internationale du football (Fifa) à Zurich, et l’Union cycliste internationale (Uci) à Aigle.

    Archives « militantes »

    Une prise de conscience sur les lacunes dans le domaine des archives de groupes et de mouvements sociaux et politiques sous-représentés dans les institutions traditionnelles a mené à la création de centres d’archives thématiques, parfois organisés autour d’associations militantes.

    Pionnières en la matière, les Archives sociales suisses, à Zurich, existent depuis 1906 déjà. Dans les dernières décennies, ces centres d’archives se sont multipliés, et cet essor est à mettre en lien avec les nouveaux domaines de recherche, sur le mouvement ouvrier, les mouvements de gauche au sens large, le féminisme, ou encore la vie des gens ordinaires.

    À Genève, le Collège du travail a ainsi été fondé en 1978 par le syndicaliste Lucien Tronchet pour "sauvegarder et mettre en valeur la mémoire du monde du travail". Créées plus récemment, en 2007, tout près, à Carouge, les Archives contestataires annoncent fièrement leur orientation et recueillent des archives de mouvements sociaux surtout locaux, alors que le Centre de recherches sur l’anarchisme (Cira), à Lausanne présente un profil thématique plus délimité.

    Lire aussi : Marie Laperdrix, plaidoyer pour les archives économiques

    À Lausanne toujours, l’Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier (AEHMO), née peu après 1979, a choisi de collaborer avec le Département des manuscrits de la Bibliothèque cantonale et universitaire, où elle dépose les fonds d’archives recueillis.

    À Worblaufen (Canton de Berne), Marthe Gosteli a créé en 1982 les Archives sur l’histoire du mouvement des femmes en Suisse. De l’histoire du féminisme, on évolue vers l’histoire féministe avec l’ Archiv für Frauen-, Geschlechter- und Sozialgeschichte Ostschweiz, un centre d’archives ouvert à Saint-Gall en 1999.

    Mentionnons enfin deux collections romandes qui se sont spécialisées en archives de personnes et de familles qui n’auraient peut-être pas été considérées comme suffisamment « importantes » pour être accueillies dans les institutions cantonales : les Archives de la vie privée, à Carouge, issues d’une association en 1994, et les Archives de la vie ordinaire, à Neuchâtel, créées en 2003.

    Particularismes, diversité, richesses et écueils

    Le but de ce rapide tour d’horizon n’est pas de dresser un inventaire complet des centres d’archives en Suisse, dont l’AAS estime le nombre à environ 500 ; il s’agit plutôt de mettre en lumière la diversité et les réelles richesses archivistiques, des grands centres nationaux aux petites associations locales.

    Si les Archives publiques ont un mandat gouvernemental à assurer, avec une forte dimension juridique qui peut prendre la forme de recherches existentielles comme celles, toutes récentes, sur les internements administratifs et les mesures de coercition à des fins d’assistance, les collections d’archives privées bénéficient d’une plus grande liberté.

    Elles allient souvent conservation et recherche, en ne se limitant pas aux fonds d’archives proprement dits, mais en contextualisant ceux-ci avec de la documentation, de l’iconographie, une bibliothèque spécialisée et des documents de toute nature.

    Lire aussi : Les promesses de la reconnaissance d'écriture manuscrite

    Elles développent en général des activités culturelles sous forme de conférences, de journées de travail, d’expositions, de publications, avec, parfois, un message politique à la clé. Mais la sauvegarde de cette diversité doit être une préoccupation constante, afin qu’il n’y ait pas dispersion des énergies.

    Lorsqu’ils sont ancrés dans de hautes écoles ou portés par des fondations, les petits centres thématiques bénéficient d’une certaine sécurité. Quand ils dépendent d’associations, de mécénat, voire de bénévolat, leur pérennisation doit aussi reposer sur la solidarité interinstitutions ; les réseaux sont à renforcer, et l’Association des archivistes suisses peut jouer ici un grand rôle.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    bibliotheques-enjeux-2023
    Acteurs majeurs de la culture, de l’éducation et de la recherche, les bibliothèques font face à des enjeux spécifiques et protéiformes, en interne et pour leurs publics (mutation des usages numériques, inclusion, open access, conduite du changement, écoresponsabilité, etc.). En première ligne, des professionnels aux compétences et aux outils en constante évolution, tour à tour gestionnaires de collections, conservateurs, médiateurs, formateurs ou pilotes, qui doivent faire preuve de créativité et d’innovation pour rester attractifs et répondre aux besoins de leurs usagers. Découvrez dans ce dossier à quels enjeux les bibliothèques municipales, départementales, universitaires et spécialisées doivent-elles faire face en 2023.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif