Article réservé aux abonnés Archimag.com

Marie Laperdrix, plaidoyer pour les archives économiques

  • portrait-marie_laperdrix.jpg

    portrait-marie-laperdrix-archiviste-bnp-paribas
    Marie Laperdrix, head of Archives and History at BNP Paribas. (BNP Paribas)
  • Diplômée de l’École nationale des chartes, Marie Laperdrix est Responsable Archives et Histoire à la BNP Paribas. Retour sur le parcours de cette archiviste paléographe et conservatrice du patrimoine.

    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des archives et du patrimoine !

    Sur son profil LinkedIn, sa fonction est rédigée en anglais : « Head of Archives and History at BNP Paribas ». Un peu par tropisme britannique, mais aussi et surtout parce que BNP Paribas compte 65 implantations à travers le monde et l’anglais est parfois la langue de travail commune aux 190 000 collaborateurs du groupe bancaire.

    Sa page personnelle sur le site de l’École nationale des chartes, quant à elle, précise que Marie Laperdrix est archiviste paléographe et conservatrice du patrimoine. Et le déroulé de sa (jeune) carrière montre une certaine continuité : responsable du service des archives électroniques des Archives nationales (2011-2013), puis cheffe du Service des archives des ministères économiques et financiers (2014-2020). Avant de rejoindre BNP Paribas en 2021.

    A écouter : Frédéric d'Oria-Nicolas : À la recherche des sons perdus

    « Il y a en effet une logique dans ce parcours parmi les archives économiques et financières », explique Marie Laperdrix. « Ma thèse à l’École des chartes portait déjà sur l’histoire fiscale et était intitulée “Asseoir l’autorité monarchique par l’impôt au sortir des guerres de Religion : la fiscalité en Normandie (1585 – 1610)”. Et pour une banque qui vient de fêter son bicentenaire, les archives reflètent tout ce qui fait l’ADN de BNP Paribas aujourd’hui. Explorer ce patrimoine, c’est explorer 200 ans de l’histoire économique et financière sur cinq continents ».

    Paléographie, diplomatique, et histoire des manuscrits

      De son enfance normande, elle garde le souvenir de nombreuses visites dans les musées avec ses parents et de son premier dossier documentaire réalisé à l’école primaire, consacré aux pyramides et aux mastabas.

      Quelques années plus tard, elle rejoint le prestigieux lycée Chateaubriand de Rennes et intègre une classe préparatoire avant d’affronter le redoutable concours d’entrée des chartes.

      Invitée à plancher sur le thème des « villes et des campagnes au XXe siècle », elle s’en sort avec brio et découvre les disciplines rigoureuses de l’école : la paléographie, la diplomatique, l’histoire des manuscrits et du livre, les médias contemporains… « Il s’agit d’un enseignement très exigeant, mais très formateur que l’on suit dans un environnement privilégié. »

      Son premier poste la mène en 2011 à Fontainebleau sur le site des Archives nationales (aujourd’hui fermé) au département archivage électronique et archives audiovisuelles. Elle participe également au développement du programme Vitam comme cheffe de projet.

      Lire aussi : Les Archives nationales lancent Girophares : participez aux projets collaboratifs

      Trois ans plus tard, Marie Laperdrix prend la tête du service des archives économiques et financières au sein du ministère de l’Économie et des Finances, à Bercy. Sa feuille de route est chargée : piloter et mettre en œuvre la politique d’archivage du ministère et assurer le déploiement de l’archivage numérique au sein de l’administration centrale des ministères et de ses 96 directions et services autonomes.

      « Sans oublier la mise à disposition de nos archives qui sont de plus en plus consultées par les économistes et les historiens. Thomas Piketty a abondamment puisé dans nos fonds pour écrire ses livres. Et je me réjouis de voir de plus en plus de chercheurs dans nos salles de lecture, aussi bien à Bercy qu’au sein de BNP Paribas ».

      Retour sur les bancs de l’école

      Sa vie est désormais partagée entre Paris et Dinan. Dans la capitale, outre ses fonctions au sein de la banque, elle dispense des cours à l’Institut national du patrimoine, à l’École nationale des chartes et à l’Université de Paris-Dauphine. Et si elle se rend si régulièrement à Dinan, c’est parce que la cité bretonne abrite un centre de conservation d’archives de BNP Paribas.

      Lire aussi : 7 nouveaux documents français inscrits au programme « Mémoire du monde » de l’Unesco

      À cet agenda déjà bien chargé, il faut ajouter des activités au sein de l’Association des archivistes français et de la European Association for Banking and Financial History. Lorsqu’il lui reste du temps, Marie Laperdrix s’adonne au théâtre, au cinéma et au jazz. « Et à la dégustation du thé, certainement un autre tropisme britannique… »

      Elle like

      • Son livre préféré : « Le Seigneur des anneaux », de Tolkien, étant fan d’« héroïc fantasy » et de littérature anglaise.
      • Sa ville préférée : Londres pour ses musées, ses « afternoon teas », les quartiers de Camden, de La City ou les magnifiques Kew Gardens.
      • Son album préféré : « S.H.A.M.A.N.E.S », de la jazzwoman Anne Paceo, un album magnifique découvert grâce à la Fondation BNP Paribas. Une batteuse surdouée et une vraie découverte sur scène !
      Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
      business-intelligence-comment-lancer
      Dans un monde où l’information est devenue la clé de la réussite, la business intelligence (BI) est un marqueur de différenciation pour les organisations : son vaste éventail d’outils et de technologies qui aident les organisations à prendre des décisions éclairées en se basant sur des données précises constitue un marché en plein essor
      Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
      À lire sur Archimag
      Les podcasts d'Archimag
      Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.

      Serda Formations Archives 2023

      Indispensable

      Bannière BDD.gif