L’ABF et l’ADBS soudées contre la censure et les pressions sur les bibliothèques

L'ABF et l'ADBS soutiennent professionnels et établissements contre la censure. Sam Cornwell

 

Suite à la prise de position le 10 février dernier par la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, l’ABF et l’ADBS ont successivement condamné les tentatives de censure que connaissent certaines bibliothèques municipales.

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti dénonçait lundi dernier les pressions exercées sur les bibliothèques publiques par des groupes "extrémistes" proches du Printemps français. Selon elle, une trentaine d’établissements auraient été visités par des groupuscules fédérés sur internet exigeant "le retrait de la consultation de tout ouvrage ne correspondant pas à la morale qu’ils prétendent incarner".

Prises de positions partisanes et extrêmes

Rapidement, la voix de l’Association des bibliothécaires de France s’est fait entendre à son tour, condamnant ce mardi dans un communiqué ces tentatives de censure. L’association, présidée par Anne Verneuil, manifeste ainsi son "désaccord profond avec ces prises de positions partisanes et extrêmes".

L’ABF a également tenu à rappeler et valoriser le rôle et les missions des professionnels : "nous saluons donc les bibliothécaires qui, en achetant livres et autres documents, sont fidèles à la vocation des bibliothèques, telle qu’inscrite dans le Manifeste de l’Unesco à proposer des collections reflétant les tendances contemporaines et l’évolution de la société".

Impartialité et pluralité d'opinion

Faisant appel au code de déontologie des bibliothécaires, l’ABF rappelle qu’un professionnel "s’engage à favoriser la réflexion de chacun et chacune par la constitution de collections répondant à des critères d’objectivité, d’impartialité et de pluralité d’opinion, à ne pratiquer aucune censure, et à offrir aux usagers l’ensemble des documents nécessaires à sa compréhension autonome des débats publics et de l’actualité".

Moins prolixe, l’Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS) a également pris position ce mercredi, en titrant sobrement l'URL d'une page de son site internet : "l’ADBS soutient la position de l’ABF". En y faisant pointer un lien vers le communiqué de l’ABF, elle s’aligne ainsi sur sa position, condamnant elle aussi la tourmente qui agite actuellement les bibliothèques et leur personnel.

Le chiffre du jour
C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.