Publicité

La mairie de Paris cherche des poux dans la tête de l'ABF

  • charte_biblib_abf.png

    La charte Bib'Lib a été présentée lors du congrès 2015 de l'ABF à Strasbourg (ABF)
  • La municipalité parisienne reproche à l'Association des bibliothécaires de France d'utiliser le nom "Bib'lib" qui est la marque commerciale de service de location de vélos et de voitures dans la capitale.

    Au mois de juin dernier, l'Association des bibliothécaires de France (ABF) présentait sa Charte du droit fondamental des citoyens à accéder à l'information et aux savoirs par les bibliothèques. Mais pour faire plus court, l'ABF a donné le nom de "Bib'Lib" à ce texte qui vise à réaffirmer le rôle des bibliothèques dans l'accès aux connaissances. 

    Cette initiative n'est malheureusement pas du goût de la mairie de Paris qui s'en est plaint auprès de l'ABF. "Au point de lui envoyer ses avocats" souligne le blog syndical Social Nec Mergitur...

    ​"Surpris par votre démarche..."

    ​Pour Anne Verneuil, présidente de l'ABF, les reproches de la ville de Paris sont disproportionnés : "J’ai pris connaissance de votre courrier, dans lequel vous relevez la similitude du nom de notre Charte, Bib’lib, avec la marque que vous avez déposée pour votre service de location de vélos et de voitures. Je vous avoue qu’avec les membres du bureau national de l’ABF, nous avons été particulièrement surpris par votre démarche". L'association souligne en effet qu'elle "n’a jamais eu l’intention d’en faire une marque, ce qui serait assez contraire à l’esprit de la charte (...) Vous nous parlez de marque, alors que Bib’lib est une charte émise par une association d’intérêt public, énonçant des principes de liberté et d’égalité d’accès à l’information".

    Selon l'ABF, il existe 158 marque déposées à l'INPI (Institut national de la propriété industrielle) contenant le terme "Lib". "Mais l’usage que nous faisons de Bib’Lib reste tout à fait hors de la vie des affaires et le risque de confusion dans l’esprit du public est très loin d’être avéré dans ce cas" souligne l'Association des bibliothécaires de France.

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    48
    C'est le pourcentage des entrepreneurs qui craignent des risques d'erreur administrative liés à la dématérialisation des procédures de création d'entreprise.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png