Publicité

Comment percevez-vous la bibliothèque, son rôle et les services qu’elle propose ?

  • bibliotheque_futur.jpg

    Bibliothèque de demain
    Les bibliothèques disposent aujourd’hui une large palette de services. Et parmi les services innovants ou récents qu’elles proposent, le Click & Collect arrive en pole position avec 65% des suffrages.
  • Accueil de différents publics, poussée du numérique, multiplication des services, des supports et des ressources, la bibliothèque est aujourd’hui, sur le papier, un lieu hybride, vecteur de lien social et culturel. Mais qu’en est-il sur le terrain ? Quels sont les nouveaux services ? Quelles sont les attentes des professionnels ? Comment imaginent-ils la bibliothèque de demain ? Voici des éléments de réponse. 

    Les bibliothèques disposent aujourd’hui une large palette de services. Et parmi les services innovants ou récents qu’elles proposent, le Click & Collect arrive en pole position avec 65% des suffrages. L’organisation ou l’accueil d’évènements et d’expositions arrive juste derrière (64%), suivie de l’organisation d’ateliers (62%). Preuve que la bibliothèque est déjà en train 
    de se réinventer et de s’ouvrir à d’autres cieux que le simple prêt d’ouvrages. Cette métamorphose est engagée depuis un moment déjà, mais touche désormais aussi les petites structures. 

    Espaces dédiés, formation et livraison à domicile 

    Certaines bibliothèques municipales proposent également le prêt d’objets (instruments de musique, pico-projecteurs, casques de réalité virtuelle, etc.) et ont même créé en leur sein une ludothèque, une artothèque ou une grainothèque. Beaucoup proposent également des supports de formation en ligne sur différentes thématiques. Certaines font carrément du “sur mesure” avec du conseil à distance (par mail ou téléphone) et la livraison à domicile. Un service qui d’ailleurs tend à se développer. 

    Notez en revanche que seuls quelques établissements autorisent l’inscription en ligne. Ils sont encore trop rares. 

    Le poids croissant des services numériques 

    Le prêt de livre numérique ne concerne pour l’instant que la moitié des structures interrogées (49%), tout comme le prêt de périodiques numériques (40%), ou encore l’accès à des jeux vidéos (45%) et l’accès à des films ou des podcasts en ligne (41%). Quant au support numérique des usagers pour effectuer certaines démarches (déclaration d’impôts en ligne, demande d’aides sociales, etc.), moins d’une bibliothèque municipale sur trois le propose pour l’instant (28%). Pour ce qui est de l’élargissement des horaires d’ouverture, seules 36% des structures ont déjà fait des efforts en ce sens. 

    Des lieux clos, mais du personnel au travail 

    Si la crise sanitaire a contraint les bibliothèques municipales à fermer leurs portes pendant plusieurs semaines, dans plus de 2 bibliothèques sur 3, le personnel a poursuivi le travail (dans 30% des cas, l’ensemble du personnel et dans 38% des cas seule une partie du personnel l’a fait). Malgré cela, seules 6% des bibliothèques interrogées ont continué de servir les usagers.

    archimed_bibliotheque_infographie.pngLes effets de la crise sanitaire 

    Le confinement a toutefois permis de revoir certaines pratiques et a surtout fait naître chez les bibliothèques le besoin de communiquer afin de maintenir le lien avec ses publics. Ainsi, 84% des sondés indiquent avoir davantage communiqué pendant cette période, par le biais de son portail, de son blog ou via des newsletters. Près de 2 bibliothèques sur 3 ont également profité du confinement pour mettre en place un service de Click & Collect (ou prévoient de le faire). Notez aussi que 40% des établissements interrogés ont fait l’acquisition de nouvelles ressources numériques (VoD, outils pédagogiques, partitions de musique, etc.), que 18% ont organisé des webinaires ou des ateliers en ligne et que 11% ont étoffé leur catalogue de films, podcasts et vidéos. 

    Certaines bibliothèques avouent saisi cette occasion pour travailler en équipe sur de futurs services, alors que d’autres ont décidé d’ouvrir l’accès aux ressources numériques aux personnes qui n’étaient pas inscrites ou ont diffusé quotidiennement des ressources culturelles numériques gratuites. Bon nombre, dès la reprise, se sont mises en ordre de bataille pour mettre en place un service d’accompagnement aux démarches en ligne afin de lutter contre la fracture numérique, qui, selon les dires des professionnels du secteur, s’est intensifiée pour certains publics avec le confinement. 

    Mobilité : une voie à explorer 

    La bibliothèque n’est clairement pas encore ouverte à la mobilité. Si la plupart des portails sont responsives, près de 70% des bibliothèques ne disposent pas encore d’une app mobile dédiée. Preuve qu’il y a là un gros levier de développement pour porter sur une app mobile l’offre et les services des bibliothèques municipales. 

    Des outils professionnels à peine convaincants 

    Concernant les outils utilisés en interne, 51% des répondants jugent les fonctionnalités de leur portail web “insuffisantes”, alors que 62% estiment “suffisantes” les fonctionnalités de la partie SIGB. Logiquement donc, 54% des bibliothèques municipales prévoient de faire évoluer à la fois leur portail web et leur espace “bibliothèque numérique”. L’évolution du SIGB est aussi à l’ordre du jour, mais pour seulement 38% des sondés. 

    KPI & reporting : des fonctions inexploitées 

    Concernant les outils de reporting et les KPI intégrés au SIGB, seul 1 répondant sur 4 les juge “suffisants”. Pour 42% des répondants, ils sont perçus comme “insuffisants” et 33% disent carrément ne pas les exploiter. 

    Des services qui ont beaucoup évolué 

    La grande majorité des professionnels s’accorde à dire que les services proposés sur place par les bibliothèques ont beaucoup changé ces dernières années : 45% sont “plutôt d’accord” et 40% sont “tout à fait d’accord” avec cette affirmation. L’adhésion est plus forte pour les services en ligne : 54% sont “tout à fait d’accord” pour dire qu’ils ont beaucoup changé et 40% sont “plutôt d’accord” avec cet item.

    Quelles sont les attentes des usagers ? 

    Selon les professionnels et les élus, les 3 principales attentes des usagers concernent : . des horaires d’ouverture plus larges (58%), 

    • la possibilité de participer à des ateliers en présentiel ou à distance (53%),
       
    • la mise en place d’un service de Click & Collect (41%) 

    Notez que la mise en place d’un service de livraison à domicile récolte également 38% des suffrages, tout comme l’essor d’un catalogue de films et de vidéos en ligne. 

    Rapport Orsenna : des professionnels en phase 

    Dans l’ensemble, les professionnels sondés sont plutôt d’accord avec les 3 axes du rapport Orsenna, à savoir : 

    • Ouvrir mieux, ouvrir plus (28% sont “tout à fait d’accord”, 57% “plutôt d’accord”),
       
    • Renforcer le rôle de la bibliothèque dans l’accès aux pratiques culturelles (58% sont “tout à fait d’accord” et 41% “plutôt d’accord”), 
       
    • Faire plus contre les fractures numériques de notre société (66% sont “tout à fait d’accord”, 30% “plutôt d’accord”). 

    Seule une minorité ne se retrouve pas dans ces trois axes. 

    Quelle bibliothèque pour demain ? 

    La grande majorité des répondants (84%) cerne “tout à fait” ou “plutôt bien” les enjeux de leur bibliothèque et de ses évolutions récentes. Professionnels et élus pensent d’ailleurs que la bibliothèque de demain sera plus inclusive, plus centrée autour de l'usager et de ses besoins. Beaucoup l’imaginent également comme un lieu plus ouvert à la culture en général, avec moins de contraintes, moins de rigidité sur les conditions de prêts (pénalités de retard, permettre les retours de documents à tout moment par le biais de boîtes de retour, etc.) et, surtout, plus de convivialité (avec par exemple la possibilité pour les usagers de prendre un café, un thé ou de se restaurer). La bibliothèque doit impérativement chercher à conquérir le public qui ne vient pas sur place, montrer qu’elle propose autre chose que de la lecture et le simple prêt d’ouvrages, renforcer les liens avec la ville et s'inscrire dans la vie citoyenne. 

    In fine, la bibliothèque de demain sera tout sauf une bibliothèque, car ses missions vont se diversifier et le fonds documentaire ne sera plus qu’accessoire. 

    Pour lire l'intégralité de cet article, nous invitons à télécharger le livre blanc "La bibliothèque de demain : son impact sur les usagers, les élus et les professionnels" édité par Archimed.

    *Enquête menée par Archimag entre juin et juillet 2020 auprès de 283 professionnels des bibliothèques (74%) et d’agents ou d’élus de collectivités (26%).

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    1.png