Article réservé aux abonnés Archimag.com

Lecture automatique de documents : comparatif des solutions de Lad pour toutes les organisations

  • lecture_automatique_documents_comparatif.jpg

    lecture-automatique-documents-lad
    Les solutions de lecture automatique de documents (Lad) ne sont plus réservées aux grands comptes mais s'adressent à tout type d'organisations publiques ou privées. (Freepik/pikisuperstar)
  • Les outils dédiés à la Lecture automatique de documents - Lad - ne sont plus réservés aux grands comptes. Dotés de fonctions de plus en plus fiables, ils trouvent leur place naturelle dans les projets de gestion documentaire et de dématérialisation. Avec tableau comparatif des solutions de Lad à télécharger en fin d'article.

    Temps de lecture : 8 minutes

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour tous ceux qui s'intéressent à la transformation numérique des organisations !

    Notre dernier article consacré à un choix de solutions de Lecture automatique de documents (Lad) remonte à… 2008 ! En une douzaine d’années, ces outils ont gagné en fiabilité et le marché s’est quelque peu modifié, notamment via des rachats d’éditeurs.

    Notre tableau comparatif à télécharger en fin d'article fait apparaître une dizaine d’acteurs incontournables qui, pour la plupart, étaient déjà présents dans notre précédente édition.

    enlightenedLire aussi : Lancement d'OCR4all, un outil open source et gratuit de reconnaissance de caractères anciens pour les chercheurs en histoire et les archivistes

    Des solutions de Lad pour toutes les organisations

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser spontanément, les solutions de Lad ne sont plus réservées aux grands comptes. Dans leur très grande majorité, elles s’adressent à toutes les organisations (TPE, PME, grandes entreprises, associations, institutions culturelles…) publiques et privées.

    Seule réserve : il convient de sélectionner une solution selon le volume documentaire à traiter.

    Sans surprise, ces solutions sont très souvent disponibles en mode Saas ou sur les serveurs de l’entreprise (on premise). Les éditeurs se sont en effet adaptés aux demandes de leurs clients en leur laissant le choix. Mais il convient de bien vérifier cette possibilité car la dualité Saas/sur site n’est pas proposée par tous les fournisseurs.

    De même, les solutions ne sont pas compatibles avec tous les systèmes d’exploitation (Windows, Mac, Linux). En revanche, elles fonctionnent toutes sous Windows qui reste de loin l’OS le plus répandu au sein des entreprises. De façon marginale, certaines sont également compatibles avec Linux.

    enlightenedLire aussi : Lad, Rad, OCR, ICR : tendances et opportunités d'un marché mature

    Documents structurés, semi-structurés et non structurés

    Passons au cœur de métier de ces solutions. Elles sont en mesure de traiter des documents structurés, semi-structurés et non structurés.

    Rappel :

    • les documents structurés désignent les questionnaires, les formulaires, les enquêtes, etc. 
    • les documents semi-structurés concernent les factures, les CV, les bons de livraison, les cartes grises, etc.
    • les documents non structurés englobent par exemple des courriels ou du courrier physique.

    Concrètement, ces trois catégories recouvrent à peu près tous les types de documents qu’une entreprise est amenée à injecter dans une solution de Ged : factures fournisseurs, commandes d’achat, notes de frais, contrats, factures clients, relances, relevés bancaires, mises en demeure, commandes clients, RIB, justificatifs de domicile…

    Bref, on comprend l’importance d’un tel outil lorsqu’il s’agit de lire et d’importer les innombrables informations contenues dans ces documents.

    enlightenedLire aussi : Ged, ECM et cloud : comparatif de solutions packagées et légères pour PME

    Précision de la reconnaissance de caractères

    Le pourcentage estimé de reconnaissance de caractères varie bien évidemment en fonction de la graphie (imprimé ou écriture manuscrite).

    Pour la première catégorie, les éditeurs avancent des taux extrêmement élevés : au-delà de 95 %. Ce taux est naturellement plus modeste lorsqu’il s’agit de reconnaître l’écriture manuscrite, surtout lorsque celle-ci ressemble à de « l’écriture de cochon » !

    En réalité, ce taux varie plus en fonction de la qualité du document que de la solution retenue.

    Traitement sémantique

    Les progrès réalisés par ces outils peuvent également se juger à leur capacité à proposer un traitement sémantique des documents.

    Certaines solutions sont capables de détecter une demande de résiliation incluse dans un courrier. D’autres peuvent procéder à de l’extraction d’intentions ou à de l’analyse de sentiments, à l’image de ce que proposent les solutions de veille dédiées à l’e-réputation.

    enlightenedLire aussi : Dématérialisation : tout savoir sur la convention de numérisation

    Connecteurs et partenariats

    Nous avons également interrogé les éditeurs sur leurs partenariats avec des sociétés commercialisant d’autres outils documentaires ; en effet, un outil de Lad prend tout son sens lorsqu’il est connecté à un écosystème plus large.

    Ces partenariats sont nombreux et concernent des produits Enterprise resource planning (ERP ou PGI, Progiciel de gestion intégré), des Ged ou bien des applications professionnelles du secteur bancaire, par exemple. De même, une majorité peut se prévaloir d’un partenariat avec les principaux constructeurs de scanners du marché.

    enlightenedLire aussi : Les 14 normes et référentiels de la dématérialisation à connaître absolument

    Tarif et références des solutions

    Côté tarification, les valeurs indiquées ne sont qu’une indication qui peut servir de base de négociation avec les éditeurs.

    Quant à leurs références clients, elles témoignent de l’adoption de ces outils par des secteurs toujours plus variés : banques, grande distribution, assurances, collectivités…

    >>> Téléchargez le tableau comparatif des prestataires de solutions de lecture automatique de documents (Lad) en cliquant-ici <<<

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Bibliothèque-fake-news
    Les bibliothèques sont le lieu de tous les médias, traditionnels (livres, revues, cinéma…) et numériques (internet, réseaux sociaux, jeux…). Cela les met en bonne place pour prendre des initiatives contre les fake news. Les fausses informations se glissent en effet partout, atteignant des publics vulnérables, consentants ou tout simplement inattentifs.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.

    supplement-confiance-numerique-270500.png