Article réservé aux abonnés Archimag.com

RPA : un comparatif de solutions de robotic process automation pour (bien) choisir

  • robotic_process_automation_rpa_comparatif.jpg

    robotic-process-automation-RPA-comparatif
    Entre une robotic process automation ou RPA "attended" ou "unattended", le degré d’assistance peut varier, question d’orchestration entre ce que fait l’humain et ce que fait le robot. Question aussi de capacité du robot. (Freepik/upklyak)
  • Digitaliser peut souvent passer par l’automatisation. Le contexte est donc favorable à la robotic process automation ou RPA. Une difficulté est de pouvoir véritablement cerner ce marché. S’y mêlent les « puristes » de la RPA et de nombreux autres acteurs, avec parfois en bandoulière l’argument supposé porteur de l’intelligence artificielle. Comment faire son choix parmi ces offres polymorphes ? Découvrez notre tableau comparatif.

    Temps de lecture : 5 minutes

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée à la transformation numérique des organisations et à leurs porteurs de projets.

    Le saviez-vous ? La robotic process automation (RPA) n’est pas née de l’engouement de ces dernières années pour l’intelligence artificielle. Elle trouverait son origine il y a près de 40 ans, avec Blue Prism, une société britannique éditrice de la première solution de RPA en 1981 (source : Wikipedia).

    Par ailleurs, qui dit RPA ne dit pas nécessairement intelligence artificielle (IA).

    enlightenedLire aussi : GED, ECM, RPA, BPM : Archimag lance son premier supplément digital entièrement gratuit !

    La RPA a besoin d’être intégrée

    Tout serait simple si une solution de RPA pouvait être un produit « sur étagère », clairement identifié dans sa boîte. Il n’en est rien, comme le rappelle Xavier Davila, directeur du pôle capture-RPA de l’intégrateur Arondor : une RPA a par définition besoin d’être intégrée, elle interagit avec des logiciels en place, cherchant dans un processus ce qui peut être — encore — automatisé, en remplacement d’une intervention humaine.

    D’où le fait que l’on soit tenté, dans certains projets, de calculer le retour sur investissement (ROI) à en tirer non en euro, mais en « équivalent temps plein » (ETP), ce qui n’est pas toujours politiquement correct. Une RPA est généralement tout terrain, censée s’adapter à tout système, pour tous types de besoins. Cependant si elle est le plus souvent générique, elle peut présenter une spécialisation.

    enlightenedLire aussi : RPA, IA...entre le mythe et la réalité

    Une part de décision

    Entre une RPA « attended » ou « unattended », le degré d’assistance peut varier, question d’orchestration entre ce que fait l’humain et ce que fait le robot. Question aussi de capacité du robot.Chez Kofax, décrit Alexis Vernières, vice-président Europe du Sud, toutes les capacités de capture de l’éditeur ....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    digital-workplace-teletravail
    Avec le récent confinement, beaucoup ont expérimenté le télétravail ou s’y sont plongés à forte dose. Les privilégiés disposaient d’une digital workplace, environnement de travail centré sur les besoins de l’utilisateur et ouvert au collaboratif. Cependant cette technologie est bien sûr aussi d’usage permanent en entreprise ou en mobilité.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    Couv demat 2020.png