Réforme de la formation professionnelle : ce que cela change pour vous

  • muriel_penicaud.png

    Muriel Pénicaud lors de la présentation de son projet de réforme de la formation professionnelle (Ministère du Travail)
  • Compte personnel de formation, accompagnement, dispositions particulières pour les salariés à temps partiel et les demandeurs d’emploi… Muriel Pénicaud souhaite transformer la formation professionnelle mais ses propositions devraient être amendées devant le Parlement.

    “50 % des emplois seront transformés dans les dix ans qui viennent, 10 à 20 % seront créés, autant vont peut-être disparaître”. Pour Muriel Pénicaud, le constat s’impose de lui-même : les salariés doivent se former tout au long de leur carrière s’ils veulent se mettre à niveau. Mais le système actuel de formation professionnelle doit être revu de fond en comble estime la ministre du Travail qui le trouve “ni juste, ni équitable”.

    Pour les salariés du privé, le projet de loi qui sera bientôt présenté en Conseil des ministres aura des conséquences directes sur leur parcours professionnel. A commencer par le compte personnel de formation (CPF) qui va faire l’objet d’un sérieux toilettage. Jusqu’à présent, le CPF était crédité d’un capital d’heures ; désormais il sera doté d’une somme d’argent. Chaque salarié à temps plein verra son compte personnel de formation crédité de 500 euros par an. Au bout de dix ans, le CPF atteindra son plafond de 5 000 euros. 

    Quel taux pour la conversion heures / euros ?

    Le projet de réforme crée une catégorie dite de “salariés non qualifiés” qui bénéficieront d’un CPF majoré à 800 euros par an (avec un plafond de 8 000 sur dix ans). “Cela permettra à tous les salariés sans qualification de changer rapidement de catégorie professionnelle et d’évoluer professionnellement” précise le gouvernement. 

    “Ca, c’est vraiment nouveau !” estime Jean Gauthier, responsable Formations au sein du Groupe Serda ; “vous saurez désormais exactement combien vous pouvez dépenser. Vous pourrez ainsi choisir le stage adapté à vos attentes et à votre budget. Remettre le salarié au cœur du système pour faire ses choix et gérer son budget individuel de formation, c’est inédit”. Mais attention ! A ce jour, on ignore le taux de conversion heures / euros qui sera retenu in fine.

    Accompagnement à hauteur d’homme

    Autre changement directement perceptible par les salariés, leur accompagnement sera renforcé. Le Conseil en évolution professionnelle (CEP) était jusqu’ici assuré par un petit nombre d’opérateurs (Pôle emploi, Apec…). Désormais, dans chaque région, un opérateur sera sélectionné après appel d’offres. Le salarié devrait ainsi être accompagné à hauteur d’homme avec une meilleure prise en compte de son projet professionnel. “Le conseil portera sur l’évaluation des compétences du salarié et les différentes formations disponibles” précise le ministère du Travail.

    La ministre souhaite également que les salariés travaillant à temps partiel bénéficient des mêmes droits que les salariés à plein temps. Muriel pénicaud pense ici notamment aux femmes qui représentent 80 % des emplois à temps partiel. De même, les demandeurs d’emploi pourront profiter de modules de remise à niveau sur les compétences de base et les savoirs numériques. Le gouvernement s’est fixé un objectif ambitieux : un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes éloignés de l’emploi supplémentaires seront formés pendant le quinquennat.

    Innovation pédagogique

    Et à l’heure du tout numérique, l’innovation pédagogique sera encouragée avec les Mooc (cours en ligne). Une application devrait voir le jour en 2019 pour que chaque bénéficiaire puisse rechercher et s’inscrire à une formation. “Ce serait la première fois que l’offre de formation globale serait accessible ainsi. Mais soyons attentifs à sa mise en place” tempère Jean Gauthier.

    Du côté des entreprises, le gouvernement souhaite simplifier leur contribution à la formation professionnelle. Elles devront désormais s’acquitter d’une seule taxe (contre deux aujourd’hui) auprès des Urssaf.  

    Toutes les mesures annoncées par la ministre du Travail ne sont à ce jour que des pistes de travail. Elles seront discutées et et devraient faire l’objet d’amendements lors des débats parlementaires qui se poursuivront tout au long du printemps. 

     

    Lire l'analyse de Jean Gauthier sur le blog de Serda Formation : Réforme de la formation professionnelle, qu'est-ce que ça change vraiment pour vous ?

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    15
    C'est le nombre de pages numérisées issues des archives de la Société des Nations.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Baromètre emploi

    baromètre bloc.png

    Les derniers CV

    Archiviste

    Je suis diplômé d’un Master en Bibliothéconomie. Option : Administration des organismes documentation et  des bibliothèques à l’Université Djilali Bounaama Khemis-Miliana - Algérie .

    Je travaille Actuellement en poste Bibliothécaire depuis 05 ans dans la bibliothèque de l’EHEC (Ecole des Hautes Etudes Commerciales ) à Alger.

     Je recherche un poste dans les métiers des bibliothèques et  documentation et des services archives.


    Agente de bibliothèque

    En poste en tant que magasinière à la bibliothèque centrale du CNAM jusqu'au 31 août 2019, je cherche un poste en bibliothèque pour septembre.


    Documentaliste recherchiste débutant

    Juriste en reconversion professionnelle, je m'oriente vers le métier de documentaliste-recherchiste à temps partiel en télétravail.


    Documentaliste / Chef de projet GED

    Ingénieure documentaliste actuellement à la recherche active d'une nouvelle opportunité professionnelle, d'un nouveau défi à relever.

    Titulaire d'une maîtrise en Droit des affaires et d'un Master 2 en Documentation numérique, je suis forte d'une expérience professionnelle de 3 ans en tant que Chargée de veille scientifique et technique, chargée d'études documentaires, chef de projet SI Archives et Documentaliste.


    Analyste veille - Intelligence Economique

    Analyste en Intelligence stratégique et économique à la recherche active d’une nouvelle opportunité professionnelle. 

    Passionnée par l’univers du web et de la data, j’ai acquis au cours de mes expériences professionnelles en tant que Responsable en veille stratégique et économique, une expertise en recherche et collecte d’informations pertinentes et à forte valeur ajoutée ainsi qu’en restitution de données sous forme graphique, orale ou écrite avec propositions de recommandations stratégiques.