Article réservé aux abonnés Archimag.com

Loison : une donnée accessible et utilisable par tous

  • retour-experience-business-intelligence-loison.jpg

    datavisualisation-business-intelligence-retour-experience
    Loison a souhaité intégrer de la datavisualisation à son reporting. (Our-team/Freepik)
  • Créée dans les années 1960, l’entreprise de BTP Loison est spécialisée dans la métallerie de bâtiment. Conception, fabrication, pose ou encore maintenance d’ouvrages… Les activités sont multiples, comme les sources de données que la société génère.

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des data, de la dématérialisation et de la transformation numérique !


    Au sommaire :


    L’entreprise Loison a intégré l’outil de business intelligence (BI) tout-en-un MyReport, édité par Report One, il y a presque douze ans. « Nous l’avons utilisé pendant plusieurs années dans des tableurs Excel et uniquement pour des données financières », explique Yann Dehuy, responsable informatique du groupe. « Nous faisions comme tout le monde : nous sortions des chiffres d’affaires, un peu de chiffres RH, de la facturation, etc. »

    Pour aller plus loin en matière de restitution et pour faciliter l’appropriation des données par les collaborateurs, Loison a souhaité intégrer de la datavisualisation à son reporting, accompagné pour ce faire par l’intégrateur spécialiste en BI et big data Next Decision. « Les données étaient dans des fichiers Excel modifiables et pas très agréables », poursuit Yann Dehuy. « L’idée était de les rendre accessibles facilement, de manière rapide et plus visuelle. »

    Lire aussi : 21 % seulement des organisations françaises sont “data centric”

    L’outil de BI MyReport, qui se connecte à tous les logiciels de l’écosystème de l’entreprise, a également permis d’introduire les données de process et de qualité. Si Loison a déjà mis en place une gouvernance de l’information, cette migration fut l’occasion de mettre à jour ses schémas de données. « Une grande partie du travail a porté sur la mise en place des différents modèles, car nos sources de data sont assez variées », précise Lucie Huyghe, contrôleuse de gestion au sein de Loison. Et Yann Dehuy de poursuivre : « nous avons pris le temps d’intégrer nos données de process et de qualité, de les améliorer et de corriger les erreurs sur nos modèles. »

    Une vision globale sur l’écosystème de l’entreprise

    Avant de mettre à disposition l’outil auprès des collaborateurs, Yann Dehuy et Lucie Huyghe ont créé des tableaux de bord en fonction des groupes d’utilisateurs avec de la datavisualisation pour le reporting. « Dans nos tableaux de bord MyReport, nous avons mis en place des liens qui permettent de naviguer entre les différentes sources de données », reprend Lucie Huyghe. L’objectif ? Faire la chasse aux clics et permettre aux utilisateurs de retrouver toutes les informations, centralisées sur une plateforme unique.

    Le logiciel centralise ainsi les sources issues de leur ERP Microsoft Business, de leur outil de gestion organisationnelle Monday.com ou encore de la solution Kizeo Forms pour la partie qualité. « Nous avons par exemple réalisé une étude sur des puces Bluetooth Low Énergie de chez Charlie Solutions sur nos matériels de chantier. Les données récoltées via une API nous permettent de suivre quasi en temps réel où se trouvent les matériels et surtout d’évaluer les pertes. Charlie Solution dispose d’une application web, mais le fait de l’intégrer à MyReport nous permet de créer un tableau de bord sur mesure, de retrouver l’ensemble de notre écosystème et ainsi de pouvoir croiser les données. »

    Lire aussi : Transition numérique : « Aujourd’hui, les grandes évolutions concernent la data »

    Sur MyReport, les données sont actualisées toutes les 30 minutes ou une fois par jour. « Au lieu de jongler entre différentes applications, nous pouvons visualiser les points bloquant sur différents sujets et nous gagnons du temps », indique Lucie Huyghe. « C’est un outil primordial d’aide à la prise de décision », confirme Yann Dehuy.

    Les utilisateurs sont en majorité les responsables de service et d’affaires pour le pilotage des chantiers. « Dans le tableau de bord, nous partons d’une donnée générale pour descendre plus dans le détail en fonction des onglets », détaille Lucie Huyghe. « Les collaborateurs peuvent sélectionner un projet précis pour mener une action si besoin. Le jeu de couleur, les filtres, les titres permettent une meilleure lisibilité. C’est assez intuitif et simple d’utilisation. Il fallait que les graphiques soient présentés en réunion de direction et que l’ensemble des responsables puissent les comprendre, quel que soit leur service. »

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    business-intelligence-comment-lancer
    Dans un monde où l’information est devenue la clé de la réussite, la business intelligence (BI) est un marqueur de différenciation pour les organisations : son vaste éventail d’outils et de technologies qui aident les organisations à prendre des décisions éclairées en se basant sur des données précises constitue un marché en plein essor
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    Serda Formations Data 2023