Article réservé aux abonnés Archimag.com

Presse et numérique : les réponses des agrégateurs

  • 286 agrégateurs.jpg

    "Les clients sont aujourd’hui confrontés au défi de maîtriser plusieurs technologies pour suivre les différents types de médias" (Pixabay/Geralt)
  • Sommaire du dossier :

    Les agrégateurs de presse sont directement impactés par la révolution numérique de l'information et doivent s'adapter à un environnement en perpétuelle évolution. Deux d'entre eux, Factiva et Cedrom-SNI, livrent leur vision du marché et analysent leur avenir dans les trois prochaines années.

    John Edeson, chef de produit Factiva

    "Nous nous attendons à ce que davantage d’utilisateurs se détournent d’une expérience web superficielle (...) pour privilégier une recherche et une consommation plus sérieuses"

    1 - Comment Factiva s’adapte-t-elle à la constante évolution de la presse digitale ?

    Depuis le lancement de Factiva, le monde de l’information et ses modes de consommation se sont massivement développés. Factiva fut l’une des pionnières de la concentration de l’information en une seule et même plateforme. Dans cette démarche, elle a su également garantir à ses utilisateurs que le vaste contenu dont ils disposent réponde à leurs attentes.

    Nous mettons aujourd’hui à la disposition de notre clientèle non seulement des quotidiens et magazines, mais aussi des photos, des vidéos ainsi que des blogs, des forums et d’autres médias sociaux. De nombreux groupes de média ont diversifié leur production au-delà de la presse écrite et Factiva a su s’adapter à cette tendance en s’assurant que ces multiples sources d’information puissent être facilement disponibles sur un seul et même support.

    Nous reconnaissons qu’une part importante de l’information ne provient pas des sources officielles et traditionnelles. Elle est issue du web ainsi que de contenus réalisés par des consommateurs d’information. En conséquence, nous veillons à obtenir le contenu provenant des blogs les plus influents ainsi que d’agences de presse spécialisées dans les médias sociaux comme Storyful (une récente acquisition de notre groupe, News Corp). Storyful vérifie l’authenticité des contenus postés sur les réseaux sociaux, ce qui nous permet d’intégrer des vidéos validées de plateformes telles que Youtube et Facebook.

    A travers Storyful, nous travaillons également à la diffusion de tweets de grande qualité ayant du sens pour les professionnels. En effet, nos utilisateurs n’ont pas le temps de trier chaque jour un volume continu de tweets et nous sélectionnons donc les tweets les plus pertinents pour répondre à leurs besoins.
     

    2 - Quelles sont les attentes de vos clients en matière de presse digitale ?

    Face à l’augmentation des accès payants sur les sites d’information, nos clients apprécient de plus en plus les produits tels que Factiva qui leur permettent de réaliser des économies et leur évitent d’être confrontés à ces "paywalls". Ils n’ont, par ailleurs, pas à se souvenir d’un nombre incalculable de mots de passe ou à naviguer entre de multiples publicités pour pouvoir accéder aux articles qu’ils souhaitent lire.

    L’interactivité du contenu est également un facteur attractif. Dans la presse digitale, les articles ont souvent un visuel attrayant (par exemple en termes de présentation et d’infographie). Ils sont également mis en avant de maintes façons pour permettre aux utilisateurs d’explorer rapidement et facilement d’autres contenus. Tous ces aspects doivent reposer sur un journalisme de qualité et des analyses pertinentes. Nous savons qu’il s’agit de critères clés pour notre clientèle et savons sélectionner nos contenus dans ce sens.

     
    3 - Quelle est la vision de Factiva sur le monde de l’agrégation d’information pour les trois années à venir ?

    Nous avons la vision d’un contenu en constante expansion, mais aussi d’un contenu de qualité qui permette de filtrer les informations parasites et assurer que l’utilisateur accède aux données qui lui sont utiles. Nous nous attendons à ce que davantage d’utilisateurs se détournent d’une expérience web superficielle prompte à aboutir à des résultats de recherche médiocres et de surcroît à péage pour privilégier une recherche et une consommation plus sérieuses.

    Plus que jamais, il sera fondamental pour les utilisateurs de pouvoir rapidement trouver le contenu adéquat au sein de sources d’information réputées. Nous continuerons donc de nous concentrer sur la qualité que ce soit en matière de contenu ou de recherche. Nous accordons une grande importance à la catégorisation ainsi qu’à la puissance et à la facilité de recherche.

    Les agrégateurs d’information devront par ailleurs continuer à 

    fournir les outils permettant aux utilisateurs d’être alertés sur les nouveaux contenus. Il leur faudra également persister dans la recherche d’un visuel attrayant et pouvoir donner à leurs clients la possibilité de partager leur contenu au sein de leurs propres organisations, avec une garantie de licence.

    Par ailleurs, la consommation via les terminaux mobiles constitue un défi grandissant. Nous avons affaire à une clientèle désireuse de consulter de l’information quand bon lui semble et sur n’importe quel type d’appareil. La nécessité de fournir des résultats rapides et pertinents sur les appareils mobiles sera plus importante que jamais. A titre d’exemple, il est fondamental pour l’utilisateur que les premiers grands titres apparaissant sur son petit écran répondent à ses besoins. 

    Les résultats doivent également être accompagnés de graphiques et de visuels perspicaces pouvant lui éviter d’avoir à ouvrir les articles concernés. Les systèmes devront pouvoir percevoir les préférences non dites des utilisateurs (telles que leur secteur d’activité, leur localisation actuelle, leurs contenus favoris) afin de proposer des résultats de recherche sur mesure. Factiva occupe une position privilégiée pour fournir l’ensemble de ces services au cours des prochaines années.

    Carole Chevalier, directrice marketing et communication de Cedrom-SNI

    ​"Nous croyons fortement que l'avenir de l'agrégation passe par une couverture à 360 degrés de tous les types de médias disponibles"


    1 - Comment Cedrom-SNI s’adapte-t-il à la constante évolution de la presse digitale ?

    Cedrom-SNI est né dans le numérique : au départ nous éditions des cédéroms d'archives de presse (Le Monde, Libération…), puis nous avons créé Europresse.com, notre solution d'accès à la presse en ligne. Nos clients ont besoin de trouver ou être alertés dès que parait l'information, mais également de pouvoir traiter et diffuser rapidement ces informations. Le numérique permet cela de façon efficace. 

    Nous avons écouté les besoins de nos clients tout en essayant d'anticiper les évolutions de demain afin de développer des fonctionnalités innovantes et d'intégrer des contenus de plus en plus divers (presse, web, télé, réseaux sociaux…). 
     
    2 - Quelles sont les attentes de vos clients en matière de presse digitale ?

    Nos clients sont intéressés par les versions papier et web des journaux « traditionnels» autant que par les « pure players », comme Médiapart ou Rue89. La presse spécialisée est très demandée aussi. Nos clients (entreprises, ministères…) abonnés au Financial Times apprécient par exemple de pouvoir accéder à son contenu directement via Europresse.com.  

    De façon générale, nos clients recherchent du contenu pertinent et un outil qui les aide à être plus efficaces dans l'accès et l'exploitation des données. Les besoins varient ensuite en fonction des métiers : dans la communication et les relations presse par exemple, nos clients apprécient notamment de pouvoir consulter la version PDF afin de situer l'article qui les concerne.    
     
    3 - Quelle est la vision de Cedrom-SNI sur le monde de l’agrégation d’information pour les trois années à venir ?

    Les clients sont aujourd'hui confrontés au défi de maîtriser plusieurs technologies pour suivre les différents types de médias. Ceci représente un enjeu colossal et implique souvent des coûts importants d'acquisition de solutions, de formation et d'entretien de stratégies de veille. 

    Nous croyons fortement que l'avenir de l'agrégation passe par une couverture à 360 degrés de tous les types de médias disponibles et c'est ce que nous offrons sur Europresse.com en intégrant la presse (papier et numérique), les médias sociaux (blogs et réseaux sociaux), la télé et la radio ainsi que de nombreuses sources complémentaires (études, rapports, fiches bios et d'entreprises, etc.).

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Au sommaire ce mois-ci

    - Pros de l'info : des compétences qui ne cessent de bouger !
    - Archivage et records management : l’essentiel des référentiels
    - Quel scanner choisir pour votre projet de dématérialisation ?​
    - ST MicroElectronics : la veille au service de la R&D​​

    DOSSIER Presse et numérique, des deux côtés de l'écran​

    Avec le numérique, la presse ne cesse de se développer que ce soit à travers internet ou des applications pour smartphones ou tablettes. Il s’agit de s’adapter aux usages des lecteurs et à leurs différents écrans, tout en trouvant un modèle économique viable. 

    Et aussi :
    - Le Céva optimise sa veille scientifique et technique​​
    - La durée de protection des droits d’auteur dans le monde
    - Télécharger des ebooks gratuitement​
    - Thomas Fourmeux,bibliothécaire militant
    - Virgile Stark : « On organise le plus grand autodafé symbolique de l’histoire »
    - Pourquoi utiliser un autre moteur de recherche que Google ?
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le préjudice causé par le piratage éditorial en Italie chaque année.
    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Veille 2020.PNG