Article réservé aux abonnés Archimag.com

François Jost : “On assiste aujourd’hui à une haine envers les médias”

  • francois_jost.jpg

    François-Jost-medias-haine
    "Ce n’est pas le monde qui arrive chez nous, mais une image du monde. Et il n’y a pas d’autre façon de s’informer", explique François Jost au sujet des médias. Il a publié l'ouvrage "Médias : sortir de la haine ?" en 2020. (Crédit : Opale)
  • François Jost est sémiologue et professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’université Sorbonne-Nouvelle (Paris 3). Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’image et les médias, dont le dernier en date, « Médias : sortir de la haine ? », est paru en septembre 2020 (CNRS Éditions). Pour Archimag, il revient sur le malaise de la société vis à vis des médias, sur ses origines et les acteurs en cause tout en proposant des pistes pour sortir de cette défiance. 

    Temps de lecture : 7 minutes

    mail Découvrez les 4 newsletters thématiques gratuites d'Archimag, dédiées à tous les professionnels de l'information !

    En préambule, pourriez-vous expliquer ce que la naissance de l’Inathèque de France en 1995 a changé pour la recherche et l’analyse des médias ?

    Avant de vous répondre, et puisque la connivence est une critique souvent proférée à l’encontre des médias, je tiens à préciser à vos lecteurs que vous et moi n’avons aucun lien de parenté et que notre homonymie est totalement fortuite… (sourire)

    Pour répondre à votre question, il faut rappeler qu’avant même l’introduction du dépôt légal pour l’audiovisuel en 1995, l’Ina avait eu l’excellente idée d’organiser des ateliers rassemblant à la fois des chercheurs, des documentalistes, des archivistes et des ingénieurs. Nous avons ainsi pu réfléchir ensemble aux instruments de recherche, aux logiciels, aux notices… Bref, à tout ce qu’il fallait prévoir pour répondre aux besoins des chercheurs.

    Cette démarche, rare, fut passionnante et extrêmement productive.  Jusque-là, je travaillais en effet moins sur la télévision que sur le cinéma, précisément parce qu’il était quasiment impossible d’accéder à ces archives, ou alors moyennant des sommes totalement inabordables pour un universitaire. Et tout à coup, non seulement nous avons pu accéder aux archives, mais sur de longues périodes !

    Ce fut une véritable révolution, car nous pouvions désormais analyser, non seulement tel ou tel programme, mais des collections de programmes ou de vastes corpus, avec les outils d’analyse extraordinaires qui ont été développés parallèlement.  Cela a complètement changé notre façon de chercher, mais aussi la façon de constituer les notices et de valoriser les archives. Ce fut un véritable âge d’or pour la recherche française, qui a bénéficié d’un coup d’accélération incroyable et d’une précision nouvelle pour les publications.

    enlightenedLire aussi : Être archiviste pour la télévision : dans les coulisses de l'émission Rembob'Ina

    francois-jost-livre-medias-haineRevenons maintenant à « Médias : sortir de la haine ? ». Pourquoi avoir mis un point d’interrogation à la fin du titre ?

    Nous en avons beaucoup parlé avec l’éditeur. J’ai tenu à ce point d’interrogation car je ne voulais pas que mon livre soit pris comme un livre de recettes dont on ne retiendrait que les solutions. Je voulais m’adresser à un lecteur ouvert qui se posait lui aussi les questions soulevées.

    D’où vient le malaise de la société face aux médias ?

    Je suis d’abord parti du constat qu’on assiste aujourd’hui à une haine envers les médias. Les faits le prouvent : une station de radio incendiée, ainsi que des kiosques à journaux, des journalistes agressés…

    Et pour comprendre comment on est passé de la défiance à la haine, je me suis donc intéressé à tous les acteurs de la communication. Du côté des médias eux-mêmes, j’ai identifié puis analysé cinq grands moments qui ont marqué la perte de confiance des Français dans les médias en me basant sur le baromètre que K....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Ged-collaboratives
    À la Ged, les documents, et aux métiers, le collaboratif ? Un peu comme s’il y avait un partage entre back office et front office... Cependant, on demande souvent bien plus à une Ged que de s’en tenir à l’acquisition, au classement et l’exploitation des documents numériques, via des workflows. Inversement, on ne peut figurer un travail collaboratif se passant totalement d’un appui sur des documents. Dès lors, entre Ged et collaboration, à chacun de placer le curseur selon ses usages et ses besoins. Du côté des éditeurs, des fonctionnalités collaboratives sont ajoutées aux solutions. Et l’on peut découvrir sur le terrain les avantages que les professionnels peuvent en obtenir.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    Veille 2020.PNG