Publicité

Mathieu Vidal : "Le numérique doit être un levier d’amélioration des services aux publics"

  • mathieu-vidal-president-association-villes-internet.jpeg

    mathieu-vidal-villes-internet-transition-digitale-collectivites
    Mathieu Vidal, Président de l’association Villes Internet. (DR)
  • Villes Internet rassemble plus de 9 000 acteurs du service public pour le développement de l’Internet citoyen et du numérique urbain dans les territoires. Mathieu Vidal, Président de l'association fait le point sur la transition digitale des collectivités.

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation.

    Quels sont les objectifs de l’association Villes Internet ?

    Villes Internet porte une conviction : le numérique doit être un levier d’amélioration des services aux publics. Nous accompagnons les collectivités dans cette transformation, sans toutefois perdre de vue les risques liés au numérique.

    La mission essentielle de Villes Internet consiste à créer un réseau d’acteurs mutualisant des ressources (notre plateforme collaborative Atlaas affiche 15 000 actions). Certaines collectivités dynamiques se voient distinguées à l’occasion de la cérémonie annuelle du Label national « Villes, Villages et Territoires Internet ».

    Lire aussi : L’État peut-il imposer aux usagers d’accomplir des démarches administratives en ligne ?

    Enfin, nous assurons un rôle de vigilance sur les enjeux actuels majeurs, comme la souveraineté de la donnée ou la sobriété numérique.

    Où en sont les collectivités dans leur transition digitale ?

    Nos 23 ans d’existence nous confèrent un regard aiguisé sur l’évolution des collectivités en la matière. Les élections municipales de 2020 ont vu l’augmentation du nombre d’élus avec une délégation au numérique, preuve d’une prise de conscience dont nous nous réjouissons.

    Malgré elle, la crise sanitaire a été un accélérateur d’initiatives imaginées par les collectivités qui font désormais du numérique responsable un élément constitutif de leurs politiques publiques. Depuis 2 ans, nous avons créé une arobase verte afin de promouvoir ces actions qui essaiment le territoire.

    Lire aussi : Service public : un nouveau site pour mieux accompagner les démarches administratives en ligne

    Cependant, il reste du chemin à parcourir : les communes ont besoin d’être soutenues par l’État pour muscler la formation des élu.es et des agents, accompagner la dématérialisation tout en la couplant à un guichet humain, doter les territoires d’outils efficaces pour lutter contre les cyberattaques, etc.

    Les petites collectivités disposent-elles des moyens nécessaires pour mener une politique publique numérique ?

    La 4e édition du Congrès national des élus au numérique, le 6 octobre dernier, a fait remonter les attentes des élu.es, articulées autour de quatre questions structurantes et donnant lieu à l’adoption d’une motion et à 29 propositions.

    Parmi elles, figure l’interpellation légitime des élu.es des petites collectivités qui en appellent au bon sens. Les collectivités ne sont pas à égalité : elles n’ont pas toutes les mêmes ressources RH et capacités d’ingénierie. La mutualisation des moyens à l’échelle de l’intercommunalité est une des options possibles afin de modéliser et concevoir un service public numérique solide.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.