Publicité

Innovation : une caméra permet de lire un livre sans avoir besoin de l'ouvrir !

  • livre-ouvert.jpg

    livre-ouvert-pages
    Aujourd'hui, l'énergie du signal réfléchi est si faible au delà d'une profondeur de neuf pages que les différences entre les signatures de fréquence sont submergées par le "bruit". (Pixabay/Cocoparisienne)
  • Une nouvelle méthode d'imagerie informatique permet d'identifier les lettres imprimées sur les neuf premières pages d'une pile de papier. 

    Serait-ce l'avenir de la numérisation patrimoniale ? Une équipe de chercheurs du MIT et de Georgia Tech vient de dévoiler une caméra utilisant une toute nouvelle technique de scan révolutionnaire : celle-ci permet la lecture d'un livre imprimé sans que l'ordinateur ait besoin d'en feuilleter les pages.

    Selon le site Nature Communications, cette invention repose sur l'utilisation des ondes électromagnétiques terahertz (THz). Ces ondes, qui sont intermédiaires entre les fréquences radioélectriques des micro-ondes et les fréquences optiques de l'infrarouge (elles s'étendent de 100 GHz à 30 THz ) permettent, grâce à leur absorption par les différents matériaux, de distinguer l'encre du papier d'un livre. 

    De 9 pages à plusieurs centimètres d'épaisseur

    De plus, la caméra teraherz utilisée par l'équipe de chercheurs permet également de mesurer la profondeur de plusieurs pages dans un livre : en effet, des rafales de rayonnement permettent de mesurer la distance entre la source d'émission des ondes et les pages d'un livre, séparées entre elles par des poches d'air d'environ 20 micromètres d'épaisseur. Les données produites par la façon dont l'encre reflète le rayonnement terahertz sont ensuite analysées successivement par deux algorithmes : l'un le transformant en une image (fortement déformée) et le deuxième interprétant les lettres à partir de cette image.

    camera-livre-tetraherz

    Certes, il faudra encore un peu de temps avant qu'un ordinateur puisse extraire le texte d'un pavé comme Guerre et Paix sans l'ouvrir. Pour le moment, cette technique d'imagerie, qui n'en est encore qu'à ses débuts, peut tout de même aller jusqu'à extraire le texte de 9 pages superposées. Sans cesse affinée, la précision des capteurs de rayonnement augmentera dans le même temps le nombre de pages traitées, jusqu'à voir prochainement à travers des livres de plusieurs centimètres d'épaisseur. 

    Le Metropolitan Museum déjà sur le coup

    Selon Barmak Heshmat, chercheur au MIT Media Lab, le Metropolitan Museum de New York se serait déjà montré particulièrement intéressé par cette technique qui lui permettrait bientôt de se pencher sur certains livres anciens sans avoir besoin de les manipuler, et donc d'éventuellement les abîmer.

    À lire sur Archimag

    Commentaires (1)

    • Portrait de e.fremau@arkhenum.fr

      Bonjour, Merci pour cet article. Ce procédé est connu depuis 2009 en France et il y a déjà eu par le passé des expériences de numérisation de livre fermé en 2011 à Bordeaux dans un programme supporté par l'Agence Nationale de la Recherche avec l’industriel I2s et le LABRI de Bordeaux. Il en est résulté un dépôt de brevet français que vous pouvez consulter sous ce lien : http://www.google.com/patents/EP2345238A1?cl=fr Bonne journée Emmanuel d’Arkhênum

      sep 13, 2016
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif