Article réservé aux abonnés Archimag.com

Patrimoine et innovation : faut-il repenser les musées et les lieux de culture ?

  • patrimoine-innovation-musees-culture.jpg

    innovation-patrimoine-musees-culture
    L’expérience « Revivre » de la Grande galerie de l’évolution du Museum d’Histoire Naturelle à Paris fait appel à la réalité augmentée pour redonner vie à 11 espèces d’animaux aujourd’hui éteintes ou en voie d’extinction (MHN).
  • La crise sanitaire et la fermeture des musées ont montré à quel point les lieux de patrimoine et les institutions culturelles devaient innover pour imaginer un continuum lieu physique-services en ligne. Réalité augmentée, réalité virtuelle et applications participatives sont en passe de réinventer les usages de la culture.

    Temps de lecture : 5 minutes

    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux archives et au patrimoine !

    Vous êtes incollable sur Notre-Dame de Paris ? Le pont d’Avignon n’a aucun secret pour vous ? Vous connaissez l’histoire de la ville de Bordeaux sur le bout des doigts ? Alors vous pouvez devenir guide culturel 2.0 ! L’application Karacal propose à tous les passionnés de documenter un musée, un quartier, une ville ou une région. Chacun peut apporter son expertise en créant « des bulles sonores » que les utilisateurs écouteront au gré de leurs pérégrinations. Le tout de manière géolocalisée.

    enlightenedLire aussi : Préparer une exposition physique vs une exposition virtuelle : quels prérequis, besoins et bilans ?

    L'innovation au service de la valorisation du patrimoine

    Lancée au mois de mai 2020, l’application fait le pari de la rupture avec les outils classiques :

    « Contrairement au contenu d’un audioguide traditionnel que l’on peut qualifier de figé ou rigide, Karacal permet un rendu simple et spontané, à la portée de tous et surtout capable de s’adapter aux demandes des institutions culturelles ou patrimoniales dont les parcours changent constamment ».

    application-patrimoine-karacal

    Après une année de production, plus de 200 podcasts sont déjà mis à la disposition des utilisateurs. D’une durée variable, ces bulles révèlent par exemple les secrets de « l’immeuble fantôme de la rue Lafayette » à Paris ou dévoilent l’histoire des ateliers Boggio à Auvers-sur-Oise.

    enlightenedLire aussi : Responsabilité numérique : les grands musées de France pas exemplaires

    Des animaux en 3D au Museum d'Histoire Naturelle de Paris

    Karacal n’est pas le seul service innovant en matière de valorisation patrimoniale.

    La Grande galerie de l’évolution du Museum d’Histoire Naturelle à Paris fait appel à la réalité augmentée pour redonner vie à 11 espèces d’animaux aujourd’hui éteintes ou en voie d’extinction.

    revivre-galerie-evolution-museum-histoire-naturelle-paris

    Munis de lunettes de réalité augmentée, les visiteurs évoluent au milieu d’une faune reconstituée : le tigre de Tasmanie, la rhytine de Steller (ou vache de mer), l’oiseau-éléphant… L’expérience « Revivre » présente des espèces entièrement modélisées en 3D et animées dans leur taille réelle.

    Assister à l’édification de la flèche de Viollet-le-Duc à Notre-Dame

    La prochaine exposition universelle qui se tiendra à Dubaï du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022 sera également l’occasion pour le pavillon France de dévoiler « Notre-Dame de Paris, l’expérience », une immersion virtuelle dans l’histoire de la cathédrale, réalisée par la start-up française Histovery.

    notre-dame-paris-experience-histovery

    La jeune pousse, déjà impliquée dans de nombreux projets muséaux, proposera aux visiteurs une tablette, l’HistoPad, comprenant de la réalité augmentée avec reconstitutions immersives et interactives, permettant de remonter le temps et de découvrir le chantier de l’édification de la cathédrale au Moyen Âge.

    « Ils pourront également être témoins du sacre de l’empereur Napoléon 1er, assister à l’édification de la flèche de Viollet-le-Duc ou encore plonger au cœur des opérations de sécurisation du monument menées depuis l’incendie de la cathédrale, en attendant la reconstruction des parties disparues », explique Histovery.

    enlightenedLire aussi : Un manifeste pour "libérer" les collections numérisées des institutions culturelles

    Penser les besoins du visiteur

    Pour Élisabeth Gravil, fondatrice de Museovation, cabinet de conseil en stratégie numérique des institutions culturelles, « le concept de transformation digitale est beaucoup plus large que la simple numérisation des œuvres. De ce point de vue, la France est plutôt en retard dans sa maturité numérique, pensant collections et outils plutôt que stratégie en lien avec la mission de l’institution et les besoins du visiteur. Le confinement a permis de repenser le musée dans sa continuité — musée physique et en ligne — en proposant des services à forte valeur ajoutée, avant, pendant et après la visite, en intégrant de nouvelles dimensions sociétales et climatiques au numérique ».

    Un jeu en réalité virtuelle au Victoria and Albert Museum de Londres

    Le parcours des visiteurs est justement au cœur d’une exposition virtuelle organisée par le Victoria and Albert Museum de Londres. Ce jeu en réalité virtuelle invite le public à « un voyage hallucinant dans le monde merveilleux d’Alice au pays des merveilles ».

    Gratuit, le dispositif se veut immersif et a servi d’avant-goût à l’exposition physique. Pour le musée londonien, la crise sanitaire et la fermeture des établissements culturels ont servi de détonateur :

    « Cette période incertaine a démontré le pouvoir de l’innovation numérique pour engager et inspirer de manière créative une communauté mondiale ».

    Le Victoria and Albert Museum entend désormais « créer des expériences numériques percutantes qui permettent aux gens du monde entier d’accéder à son programme, à la fois maintenant, alors que les voyages restent limités, et dans le futur ».

    enlightenedLire aussi : Musées et bibliothèques : se réinventer pour valoriser ses fonds

    Un festival artistique de réalité augmentée au Grand Palais

    À Paris, le Grand Palais éphémère, installé provisoirement sur le Champ-de-Mars, vient d’organiser le premier festival artistique de réalité augmentée.

    festival-grand-palais-augmente

    Baptisée « Palais augmenté », l’expérience était à la portée de tout visiteur disposant d’un smartphone et chargé d’une application dédiée. Il lui suffisait de déambuler dans l’espace pour découvrir les œuvres sur l’écran de leur téléphone.

    Au programme : cinq œuvres en réalité augmentée, créées pour l’occasion par cinq artistes, une création des étudiants de l’École de l’image Gobelins et de l’École cantonale d’art de Lausanne (Ecal).

    Reconstituer le patrimoine en perdition

    « Depuis environ cinq ans, la réalité augmentée et la réalité virtuelle sont à la mode dans le monde des musées », constate Élisabeth Gravil ; « ces deux technologies sont très intéressantes car elles permettent de mieux appréhender les objets sous toutes leurs facettes. Elles présentent également un intérêt pour appréhender le patrimoine en perdition, grâce à des reconstitutions ou des visites virtuelles d’un lieu qui a été détruit, comme la cité de Palmyre et son célèbre arc monumental ».

    enlightenedLire aussi : Quand la réalité virtuelle reconstitue le patrimoine

    Décrypter Paris en réalité augmentée

    application-magnicity-parisAu-delà du patrimoine, la réalité augmentée trouve également un terrain d’expression dans le monde contemporain. Magnicity propose de décrypter Paris en réalité augmentée. Cette application offre un voyage dans le temps grâce à des archives audiovisuelles provenant de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina).

    Il suffit de pointer son smartphone vers un monument parisien pour accéder à une fiche descriptive sous forme de texte court ou d’anecdote.

    Rendez-vous au Salon international des lieux de culture (Sitem), qui se tiendra du 14 au 16 septembre prochain au Carrousel du Louvre à Paris, pour découvrir les dernières innovations du secteur.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-346-cybersécurité
    Rendant les organisations plus numériques que jamais, la pandémie profite aussi à la cybercriminalité. Les faits de cyberattaques augmentent de manière exponentielle, faisant prendre conscience de la vulnérabilité des systèmes d’information. Entreprises, administrations, collectivités territoriales, hôpitaux mesurent l’ampleur des risques. Les mises en garde sont à la fois européennes et étatiques et relèvent aussi de la gouvernance de l’information et des données. Mais qui sont les cyberattaquants ? Les hackers éthiques ? À chacun d’appliquer conseils et bonnes pratiques, et de s’équiper de solutions de protection.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif