Article réservé aux abonnés Archimag.com

Quand les archives font appel à l'intelligence artificielle

  • archives-intelligence-artificielle.jpg

    archives-intelligence-artificielle
    Interface de transcription sur la plateforme Transkribus, qui montre le potentiel de l’intelligence artificielle appliquée aux archives. (Transkribus)
  • Alors que l’intelligence artificielle s’invite progressivement dans les processus documentaires, le monde des archives et du patrimoine s’intéresse lui aussi à l’IA pour traiter des documents anciens. Les programmes Socface, Transkribus et Lettres en lumières font partie des projets pionniers.

    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des archives et du patrimoine !

    À son tour, le monde des archives se met à rêver d’intelligence artificielle. Au Service interministériel des archives de France (Siaf) bien sûr, mais également dans les laboratoires de recherche européens et dans quelques services d’archives départementales.

    > Lire aussi : Projet Socface : l’étude de la société française à l’aide de l’intelligence artificielle appliquée aux archives

    Socface : des technologies de traitement d'archives à grande échelle

    Au Service interministériel des archives de France, le projet Socface réunit des archivistes, des démographes, des économistes, des historiens et des informaticiens. Ces différents métiers travaillent ensemble pour mettre au point des technologies de traitement à grande échelle de vastes séries de documents historiques. Notamment les vingt recensements de la population menés entre 1836 et 1936.

    Objectif : étudier les changements de la société française sur un siècle grâce à l'exploitation d'une source décrivant précisément la population française.

    Après avoir été numérisés, les recensements seront transcrits automatiquement et analysés pour constituer une base de données de plusieurs millions d'individus. Résultat : le public pourra effectuer des recherches nominatives ponctuelles.

    Les chercheurs, quant à eux, seront en mesure de mener des études en histoire économique, démographique ou sociale. Très concrètement, ils pourront s’appuyer sur des archives pour étudier les évolutions du marché du travail, des mobilités ou des inégalités.

    > Lire aussi : Archives numériques : les bonnes pratiques de valorisation

    L’intelligence artificielle n’est pas encore l’outil miracle

    Le projet Socface est porté par plusieurs institutions publiques : le Service interministériel des archives de France, mais aussi l'Agence nationale de la recherche et l'Institut national d'études démographiques. Auxquelles il faut ajouter une entreprise privée, Teklia qui, en partenariat avec Paris School of Economics....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    gouvernance-information-priorite-incontournable
    Alors que l’on attend une norme Iso sur la gouvernance de l’information, comment cette dernière est-elle vécue dans les organisations ? Une nouvelle fois, SerdaArchimag lance son enquête auprès des secteurs publics et privés. Types de gouvernance, niveaux de maîtrise des risques, accès à l’information, partage de la connaissance, signature électronique et autres outils, télétravail, numérique responsable : ce sont autant de thèmes passés au crible. Où l’on analyse des tendances de fond et les effets de la crise sanitaire.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    archives 2021.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif