Article réservé aux abonnés Archimag.com

150 ans d'histoire maritime racontés par les archives

  • photo-archives-french-lines-companies.jpg

    archives-maritimes-french-lines-companies
    Les archives de French Lines & Compagnies permettent de retracer l’activité des compagnies maritimes à travers plusieurs thématiques. (French Lines & Compagnies)
  • Au Havre, French Lines & Compagnies conserve un riche patrimoine documentaire consacré à l’histoire des compagnies maritimes françaises. 150 ans d'archives, affiches originales, documentation dédiée à l’exploitation commerciale, instruments techniques et maquettes témoignent de la mémoire de la marine marchande et des croisières.

    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des archives et du patrimoine !

    Le Normandie, le France, le Queen Mary II… Égrener les noms des prestigieux paquebots qui ont mouillé dans le port du Havre, c’est raconter la riche histoire du deuxième port français (derrière Marseille).

    C’est aussi évoquer les incessants allers-retours des gigantesques porte-conteneurs venus du monde entier qui déchargent quotidiennement leurs marchandises sur les quais havrais.

    Bonne nouvelle pour les amateurs de voyage et d’histoire maritime, la mémoire havraise est désormais conservée par l’établissement public de coopération culturelle French Lines & Compagnies.

    Créé en 2017 par la ville du Havre et la région Normandie, l’établissement gère les fonds historiques de la Compagnie Générale Maritime (CGM) et de la Société Nationale Corse Méditerranée (SNCM), elles-mêmes issues de la Compagnie Générale Transatlantique et de la Compagnie des Messageries Maritimes.

    Soit un patrimoine documentaire qui couvre plus de 150 ans d’histoire maritime.

    Lire aussi : Algérie : les archives de la colonisation bientôt ouvertes à une commission d'historiens

    Les archives de French Lines & Compagnies permettent de retracer l’activité des compagnies maritimes à travers plusieurs thématiques. À commencer par l’activité technique : la construction des navires, leur entretien, la documentation technique…

    On y trouve par exemple le plan d’aménagement pour les passagers du paquebot Paris (1921) et des vues en plan du paquebot Île-de-France (1927).

    On peut également consulter une intéressante documentation consacrée à l’exploitation commerciale des différentes compagnies maritimes : la liste de passagers et certificat de voyage inaugural du Normandie (1935), le rapport de voyage du paquebot Champlain (1932) ou le guide officiel des passagers pour la Compagnie des Messageries Maritimes.

    Une collection de plus de 600 affiches

    Très prisés par les amateurs de voyages au long cours, les affiches et les supports publicitaires sont également représentés avec une brochure de la Compagnie des Messageries Maritimes pour une croisière à destination de l’Indochine (1939) ou une série de dépliants consacrés à des navires voguant vers les Antilles.

    "Dès la fin du XIXe siècle, les plus grands illustrateurs et affichistes ont mis en œuvre leur talent pour traduire la puissance des paquebots et évoquer le charme des voyages maritimes vers de lointaines destinations", explique French Lines & Compagnies ; "l’établissement conserve une exceptionnelle collection de plus de 600 affiches originales qui permettent aujourd’hui encore d’embarquer à la découverte du monde entier, de parcourir les continents et de remonter le temps en contemplant ces œuvres parfois signées Cassandre, Albert Sebille, Sandy-Hook ou encore Albert Brenet."

    photo-archives-maritime-french-lines

     

    Autre thématique, les archives relatives aux ressources humaines illustrent la vie du personnel navigant et du personnel sédentaire tout au long des XIXe et XXe siècles.

    Aux antipodes des dossiers dématérialisés d’aujourd’hui, les compagnies maritimes produisaient alors d’élégantes fiches écrites dans le respect des pleins et des déliés, enrichies de photographies de plain-pied.

    Orfèvrerie, porcelaine et objets liturgiques dans les archives

    "Pendant plus d’un siècle, les paquebots français furent de hauts lieux de la décoration, des arts de la table et de la gastronomie. Symbole du savoir-faire national, de l’art de recevoir et de l’excellence du service, la restauration des passagers pouvait prendre place dans de luxueuses salles à manger, comme celle de Normandie, plus longue que la galerie des Glaces à Versailles !", rappelle l’institution.

    Les voyageurs qui avaient la chance d’embarquer à bord de ces palaces flottants avaient droit à des prestations haut de gamme. Les collections en témoignent : orfèvrerie, verrerie, faïence et porcelaine, mais aussi près de 9 000 menus imprimés. De petits déjeuners en dîners de gala, c’est aussi plus d’un siècle de gastronomie qui est mis à la disposition des visiteurs.

    Lire aussi : Quand les archives font appel à l'intelligence artificielle

    Plus surprenante, une importante collection d’objets liturgiques, datés d’entre 1930 et 1970, figure parmi les trésors de l’établissement. Des valises-chapelle, des aubes ornées de dentelle, des chasubles aux ornements chatoyants…

    S’ils concernent principalement le rite catholique, certains objets sont issus du culte juif comme cet oratoire portatif conçu après la Seconde guerre mondiale pour le paquebot Île-de-France de la Compagnie Générale Transatlantique.

    Parmi les pièces les plus prisées figure également un ensemble unique de boiseries et de ferronneries provenant du paquebot France de 1912. Emblématique des arts décoratifs du début du XXe siècle, ce trésor entreposé dans les réserves du Havre rappelle le prestige de ce navire, surnommé le “Versailles des mers”.

    Un vaste chantier de classement et de reconditionnement

    Un tel patrimoine documentaire s’entretient. Au mois de janvier 2022, l’institution s’est lancée dans un vaste chantier de classement de ses archives. Sur un total de cinq kilomètres linéaires, environ la moitié est encore en attente de classement.

    Une équipe de quatre personnes procède à ce classement en renfort des équipes permanentes de French Lines & Compagnies.

    Au mois de mai dernier, la barre symbolique des 1 000 cartons récolés (dont le contenu a été inventorié) a été franchie. Mais il reste du pain sur la planche : plus de 950 cartons attendent d’être traités à leur tour.

    Lorsque la totalité des 1 958 cartons aura été récolée, c’est une autre étape qui commencera : celle du reconditionnement, avec remise en état des dossiers, dépoussiérage, changement des boîtes, des pochettes, etc.

    Appel aux dons

    Comme toute collection muséale, celle de French Lines & Compagnies a vocation à le faire notamment grâce aux dons. Ces derniers constituent aujourd’hui la principale source d’accroissement des collections.

    L’association Les Amis de French Lines a récemment remis un cours de manœuvre de l’École des chefs de quart ayant appartenu au futur commandant Kerdavid qui officia pour la Compagnie Générale Transatlantique.

    Des pièces d’orfèvrerie et de textile, des affiches, des films, des médailles, des albums photographiques ont également rejoint les collections. Leur diversité est à elle seule un appel au voyage : des panneaux décoratifs d’une cabine de première classe du paquebot France, une lithographie du paquebot Panama, un dossier de personnel concernant la carrière d’un chef mécanicien…

    Lire aussi : Archives et démocratie, au-delà du secret défense

    Quiconque détient une pièce susceptible d’intéresser French Lines & Compagnies est invitée à prendre contact avec l’institution : “Toutes les propositions sont étudiées attentivement par le personnel scientifique qui évalue leur intérêt par rapport à ce qui figure déjà dans les collections.

    Bénéficiant d’un statut d’inaliénabilité, ce qui signifie qu’ils ne peuvent être vendus, les dons peuvent ensuite être étudiés, exposés et prêtés en France et à l’étranger, côtoyant ainsi d’innombrables objets et faisant partie d’une exceptionnelle collection patrimoniale”.

    Après les archives papier, les 32 000 objets conservés seront inventoriés à leur tour. Du simple pin’s publicitaire à la maquette de bateau de cinq mètres de long.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    écoresponsabilité-devenir-professionnel-engagé
    Devenir plus responsable écologiquement? C’est à chaque professionnel de l’information de se lancer. Les initiatives couvrent une large palette : décarbonation de son activité, achats responsables, développement de compétences durables, partage des surplus… Rappelant les enjeux et les données, ce dossier montre les réalisations de différents acteurs.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif