81 % des Français sont préoccupés par la protection de leurs données personnelles

55 % des Français sont parvenus à effacer "en partie" des informations personnelles sur Internet Archimag

 

Plus d’un tiers de Français a déjà essayé d’effacer des informations personnelles sur Internet. Avec un succès très relatif…

Plus de huit Français sur dix sont préoccupés par la protection de leurs données personnelles. Selon une étude réalisée par l’institut CSA auprès de 1002 personnes, 81 % d’entre elles disent éprouver un sentiment d’inquiétude et 37 % d’entre elles se disent « très préoccupées » lorsque ces données transitent par Internet. Une majorité de répondants (42 %) estime même que la protection des données personnelles sur Internet s’est détériorée au cours des dernières années.

Ce sentiment de vulnérabilité est surtout ressenti à l’occasion d’une navigation sur Internet depuis un lieu public tel qu’une gare ou un café : 90 % des personnes interrogées répondent qu’elles se sentent alors exposées. Un chiffre très élevé qui baisse quelque peu pour les domiciles privés (78 %) et le lieu de travail (60 %).

Données bancaires

Les Français de disent d’abord préoccupées par les risques de piratage de leurs données bancaires (n° de carte bancaire, RIB…) à 80 % puis par l’utilisation frauduleuse de leur adresse ou leur numéro de téléphone (65 %).Viennent ensuite les risques liés à l’utilisation d’Internet par les enfants (45 %) et la confidentialité d’informations personnelles (photographies, vidéos, propos tenus…)

Face à ces risques, 35 % des personnes interrogées déclarent avoir essayé d’effacer des informations personnelles visibles sur Internet. Mais seul un quart (24 %) affirme y être parvenu totalement et 21 % pas du tout. Une petite majorité (55 %) déclare avoir supprimé « en partie » des informations personnelles.

Dans ce contexte d’incertitude, les Français font d’abord confiance à la CNIL (74 %) pour appliquer un cadre réglementaire de protection des données personnelles devant l’Etat (55 %) puis l’Union européenne (45 %).

Le chiffre du jour
C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.