La découverte de la Déclaration d’Indépendance d’Haïti : le récit d’une formidable enquête au cœur des archives mondiales

La Déclaration d'Indépendance d'Haïti du 1er janvier 1804. DR

 

La canadienne Julia Gaffield a découvert il y a quatre ans, au prix d’une longue enquête l’ayant menée d’Haïti, en Jamaïque et en Grande-Bretagne, la première copie officielle de la Déclaration d’indépendance d’Haïti, près de deux siècles après l’indépendance du pays. Elle relate son passionnant travail d’investigation.

"Par une négligence coupable, la Déclaration d’indépendance d’Haïti n’a pu être trouvée dans les archives de la République" expliquait le quotidien haïtien Le Soir, en janvier 1903, peu de temps avant la célébration du centenaire de la naissance du tout jeune pays le 1er janvier 1804.

Tombé dans l’oubli malgré les nombreux appels du gouvernement à ses citoyens pour aider à retrouver le texte original ou une copie officielle, l’acte de baptême du peuple haïtien a été exhumé en février 2010, presque deux siècles après l’indépendance du pays, aboutissement de la seule révolution d’esclaves réussie.

Le récit de cette découverte, véritable enquête de terrain documentée et décrite étape par étape, a été publié sur le site TheAppendix.net.

Pas d'archive officielle

Il est celui de la canadienne Julia Gaffield, alors étudiante à l’Université Duke, en Caroline du Nord aux Etats-Unis, qui rédigeait alors une thèse sur la période de l’indépendance.

Rien n’était joué au départ pour la jeune enquêtrice : "Les textes de la Révolution haïtienne peuvent être trouvés dans les archives françaises, explique-t-elle ; mais l’Etat haïtien n’a pas eu d’archive officielle jusqu’au milieu du XIXe siècle". Et ce en raison de nombreux facteurs : catastrophes naturelles, institutions sous-financées, troubles politiques et même le vols de documents.

La découverte, à la bibliothèque nationale de la Jamaïque, à Kingston, de grandes caisses en bois contenant la correspondance du gouverneur Nugent fut un tournant pour ses recherches : elle y trouve alors une transcription manuscrite de la Déclaration. Cet indice la conduit ensuite à Londres, où elle souhaite approfondir la correspondance de Nugent, dont une partie était également conservée au Archives nationales du Royaume-Uni.

Liberté ou la mort

Elle y découvre une série de documents imprimés à Haïti que le gouverneur Nugent avait adressés aux ministres britanniques à Londres en mars 1804. C’est parmi ces documents, qui n’avaient jamais été étudiés, que Julia Gaffield exhumera une brochure de huit pages ayant pour entête : "Liberté ou la mort".

Authentifiée par l’archiviste haïtien Patrick Tardieu, il s’agissait en effet de la première copie officielle de la Déclaration officielle de l’Indépendance d’Haïti. Le document est aujourd’hui concervé au Archives nationales du Royaume-Uni.

Julia Gaffield est aujourd'hui professeure adjointe au Département d'histoire de l'Université d'Etat de Géorgie.

Le chiffre du jour
C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.