Article réservé aux abonnés Archimag.com

Autoédition : planche de salut pour les auteurs qui souhaitent publier leur livre ?

  • autoedition_auteur_editeur_publier_livre.jpg

    autoedition-auteur-publier-livre-editeur
    Entre autoédition et éditeur classique, que choisir ? Aux yeux des auteurs autoédités, les avantages l’emportent largement sur les inconvénients. Notamment en termes de rémunération. (Freepik)
  • De plus en plus d’auteurs misent sur l’autoédition pour publier leur œuvre refusée par les maisons d’édition traditionnelles. Pourquoi font-ils ce choix ? Combien sont-ils payés pour leur livre ? Et vers quel service d'autoédition peuvent-ils se tourner ? Car si de nombreuses plateformes sont à la disposition des écrivains, tous ne connaîtront pas le succès de "Cinquante nuances de grey"… 

    Temps de lecture : 6 minutes

    C’est un écrivain à la réputation sulfureuse et un habitué des provocations en tout genre. Marc-Edouard Nabe est également un écrivain disruptif. Depuis 2010, il contourne les maisons d’édition traditionnelles et publie ses romans en autoédition :

    « J’en ai assez des éditeurs blasés et des libraires boycotteurs. J’ai imprimé mille exemplaires de mon roman “L’homme qui arrêta d’écrire” qu’on ne pourra commander que sur ma plateforme, Marcedouardnabe.com. Au lieu de toucher mes misérables 10 % de droits d’auteur, désormais je serai à 70 % » (L'Express, janvier 2010).

    enlightenedLire aussi : Quel avenir pour le droit d'auteur à l'ère numérique ?

    Adieu maisons d'édition et libraires...

    L’écrivain vend désormais lui-même ses livres à des tarifs plutôt élevés par rapport aux prix constatés en librairie : de 22 euros jusqu’à 200 euros pour « Tohu-bohu », le journal intime de l’auteur. Et, au passage, il encaisse des revenus bien plus importants que les miettes habituellement versées par les maisons d’édition.

    Pour ce faire, il a dû mener une rude bataille auprès de ses anciens éditeurs afin de récupérer les droits d’une vingtaine d’ouvrages. Depuis dix ans, Marc-Edouard Nabe vit donc sa vie d’écrivain loin des éditeurs et des libraires. Ce qui lui donne toute liberté pour traiter ces derniers de « parasites qui laissent crever de faim les auteurs et leurs familles » !

    autoedition-publier-livre-auteur-nabe

    S’il est encore marginal, Marc-Edouard Nabe n’est plus seul. Des milliers d’auteurs ont pris la décision de court-circuiter les éditeurs et de voler de leurs propres ailes. À ce jour, il est encore difficile de connaître précisément le nombre d’auteurs autoédités, mais 17 % des ouvrages déposés au titre du dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France appartiennent à cette catégorie (chiffres de 2017).

    enlightenedLire aussi : Comprendre le droit d’auteur : qu’est-ce qu’une oeuvre ?

    Grande liberté éditoriale

    Selma Bodwinger a franchi le Rubicon en publiant quatre ouvrages (catégorie « fantasy ») chez Amazon. Son choix de l’autoédition part d’un constat :« Les maisons d’édition croulent sous les manuscrits et les chances d’être édité sont de une pour mille. Avec un pareil taux de sélection, de très bons l....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Reconversion-professionnelle
    Être ou avoir été professionnels de l’information… Ou pourquoi ne pas le devenir ? Dans nos métiers aussi, notamment pour les archivistes, documentalistes et veilleurs, les carrières rectilignes se font rares. La gestion de l’information, sous ses différentes formes, peut-être tout autant une fonction que l’on quitte qu’une nouvelle orientation.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    des bibliothèques proposant des ressources numériques ont constaté depuis le début du confinement une augmentation des usages de leurs ressources en ligne, selon une enquête flash menée par le ministère de la Culture fin mars 2020.
    Recevez l'essentiel de l'actu !
    Publicité

    banniere-archimag_2_0.gif

    doc 2020.PNG

    banniere GP52 web.png