Article réservé aux abonnés Archimag.com

Serious game : quelles applications en bibliothèque, archives, veille et documentation ?

  • serious-game-bibliotheque-archives-veille-documentation.jpg

    serious-game-bibliotheque-archives-veille-documentation
    En bibliothèque, archives, veille, documentation, comme dans tout secteur, la création de serious game (ou jeu sérieux) ne s’improvise pas. Il faut tenir compte du public, être attractif en restant fiable, savoir travailler en mode projet (Freepik/yanaly)
  • Le serious game ou jeu sérieux est de plus en plus utilisé par les professionnels des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation. Objectif : développer les compétences informationnelles « en s’amusant ». Découvrez comment ces applications informatiques ludiques permettent l'apprentissage, l'information ou la sensibilisation et peuvent s'adapter aux contextes des bibliothécaires, des archivistes, des veilleurs et des documentalistes.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels des bibliothèques, des archives, de la veille, de la documentation et de la transformation numérique ! A chaque professionnel sa newsletter !

    Un serious game pour sensibiliser les étudiants à la question du plagiat

    Comment sensibiliser les étudiants au fléau du plagiat ? Il existe bien sûr la méthode traditionnelle : les professeurs rappellent doctement la loi aux étudiants étourdis. Mais l’université de Bordeaux a décidé d’opter pour une solution plus originale : le serious game.

    serious-game-travailler-amuser

    Lancé en 2018 et disponible en ligne, Subpoena, un jeu vidéo sérieux conçu par le service de coopération documentaire (SCD) de l’université de Bordeaux a pour ambition de dire ce qui peut se faire et ce qui est interdit dans le cadre des formations à la recherche documentaire.

    enlightenedLire aussi : Escape game en bibliothèque : initiatives à la conquête des publics

    Une enquête universitaire résolue grâce à des références bibliographiques

    Subpoena (« sous peine », en latin) est un jeu de résolution d’énigmes basé sur la reconstitution de références bibliographiques et la détection du plagiat. Le scénario s’appuie sur plusieurs éléments : une élection controversée, un document compromettant, un lanceur d’alerte… Cette « enquête universitaire » doit être résolue par le joueur à l’aide de références bibliographiques dans le respect du droit d’auteur.

    Subpoena se joue seul ou en binôme. « Les joueurs apprenants sont amenés à reconstituer des références bibliographiques correspondant à des types de documents différents et sont sensibilisés au plagiat », explique l’université de Bordeaux.

    Deux formats sont proposés aux étudiants : une version longue, de 45 minutes, pour un usage à distance et en autonomie, et une version courte qui est intégrée dans une séance de formation d’une heure.

    enlightenedLire aussi : Innovation : les bibliothèques, laboratoires de réinvention

    Jeu sérieux sous licence Creative Commons

    Après avoir été bêta-testé lors de formations documentaires avec des étudiants en écotoxicologie et en sociologie, le jeu est disponible sous licence Creative Commons. Il peut également faire l’objet de critiques et de suggestions via un formulaire d’évaluation afin d’améliorer l’expérience utilisateur. Résultat : Subpoena a été récompensé par le prix spécial du Jury Peps en 2019.

    enlightenedLire aussi : Le design thinking : vers une coproduction entre les bibliothèques et les usagers

    Un serious game pour développer des compétences informationnelles

    Forte de ce succès, les équipes du SCD de l’université de Bordeaux ont édité un deuxième jeu sérieux consacré à la science ouverte. Baptisé « Journey to open science », ce serious game est également un jeu de résolution d’énigmes qui confronte le joueur à des difficultés d’accès aux publications scientifiques.

    Objectif : l’étudiant va prendre conscience des restrictions d’accès dans le circuit éditorial « classique » et découvrir d’autres modes de diffusion. Les indices se trouvent par exemple dans le Plan national pour la science ouverte ou dans la loi pour une République numérique.

    « La singularité de ces deux projets est qu’ils reposent à 90 % sur des ressources universitaires, notamment le moteur de jeu Segment développé dans un laboratoire de Bordeaux », explique Emmanuelle Floch-Galaud, responsable du service transversal des formations documentaires ; « ces nouveaux outils numériques, comme un jeu sérieux et des tutoriels, permettent aux étudiants d’accéder plus facilement aux ressources des bibliothèques afin de développer leurs compétences informationnelles ».

    enlightenedLire aussi : Un Mooc pour bonifier vos compétences informationnelles

    Maintenir l’équilibre entre le ludique et le pédagogique

    Du côté des étudiants, ces jeux ont reçu un bon accueil : « Les retours sont très positifs. Les étudiants sont contents de jouer et satisfaits d’être sensibilisés à une notion un peu négative — le plagiat — par le jeu. Après avoir joué à résoudre des énigmes dans la première partie du jeu, la synthèse de la deuxième partie, avec ses conseils, est appréciée. En formation en présentiel, les formateurs reviennent donc sur les “signes” et “risques” du plagiat et évoquent, en prolongement, l’existence du logiciel de “détection” du plagiat Compilatio qui est utilisé à Bordeaux par un certain nombre d’enseignants ».

    La création de tels jeux ne s’improvise pas. Il faut tenir compte du public, être attractif en restant fiable, savoir travailler en mode projet… Bref, les problèmes commencent au moment même où le serious game prend naissance :

    « Plutôt que de parler de problèmes, on peut évoquer la difficulté à maintenir l’équilibre entre le ludique et le pédagogique : stimuler les émotions, garder le flow en ne perdant pas de vue les objectifs pédagogiques », constate Emmanuelle Floch-Galaud ; « comme tout travail d’équipe multimétier (experts pédagogiques, game designer, directeur artistique, développeur), la création d’un jeu nécessite une gestion de projet à la fois rigoureuse et agile. Dernier point : favoriser l’appropriation du jeu par les formateurs qui vont l’utiliser avec les étudiants car l’utilisation d’un jeu modifie la posture du formateur, il faut s’y préparer, sans quoi cela peut être déstabilisant ».

    enlightenedLire aussi : Lancement du mini-Mooc gratuit sur la veille développé par Serda-Formation et Archimag

    Un serious game pour la sauvegarde des archives sinistrées

    Du côté des archivistes, on s’est également emparé des jeux sérieux pour la bonne cause : la sauvegarde des archives sinistrées. Le Service interministériel des Archives de France (Siaf) a conçu deux jeux sérieux destinés à acquérir les automatismes et les réflexes qui font la différence en situation réelle.

    Scénario : « Un magasin d’archives a pris feu. Après le passage des pompiers, il faut évacuer, trier et traiter les documents inondés par les canons à eau. Vous êtes nommé coordinateur PSBC (Plan de sauvegarde des biens culturels), à vous de prendre les décisions qui permettront un sauvetage efficace des archives et d’adopter l’attitude qui recueillera l’adhésion de vos équipes ! »

    Le premier de ces jeux est plus particulièrement consacré à la préparation des opérations de sauvetage avec la constitution des équipes d’intervention et de la répartition des rôles et des responsabilités. Le second s’attache au sauvetage à proprement parler des archives (évacuation et tri des documents, importance de la communication entre les équipes d’intervention, traçabilité des collections).

    Chacun de ces jeux est accompagné d’une vidéo. En s’adressant ainsi aux archivistes, le Siaf mise sur la complémentarité des deux dispositifs : « Mettre en pratique les connaissances que vous aurez acquises suite à la visualisation des films, et (…) apprendre en vous amusant ! »

    enlightenedLire aussi : Archivage électronique : un MooC pour s'emparer du sujet !

    Créer un serious game sur la veille au Cnam

    Pour Adeline Isach, formatrice au Cnam, la création d’un jeu sérieux à destination des étudiants obéit à quelques règles :

    « En premier lieu, un scénario, une histoire, un point de départ du jeu. Si possible des personnages auxquels l’étudiant va pouvoir s’identifier, et une quête. Dans mon premier escape game, “Panik à bord”, il s’agissait pour des étudiants en L3 marketing de réviser les fondamentaux de la veille : savoir identifier des sources fiables, connaître les moteurs de recherche, savoir utiliser les opérateurs de recherche ».

    « Ensuite, très rapidement, j’essaie de matérialiser l’énigme finale. Et une fois le scénario dans ma tête, je crée une carte mentale que je partage avec l’ingénieure pédagogique : cette collaboration est indispensable ».

    Du côté des outils, elle utilise Genially, VTS de Serious Factory, et FrameVr. Du côté des étudiants, ces dispositifs semblent remplir leur mission : « En général, ils sont conquis car c’est une façon inhabituelle de faire cours. Ils entrent tout de suite dans l’esprit du jeu ».

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    accessibilite-archives-bloque
    Mais où en sommes-nous du libre accès aux archives publiques ? La question peut étonner : le principe de l’accessibilité est posé de longue date par le Code du patrimoine et la loi de 2008. Dans les faits, c’est la classification secret défense qui fait débat.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le montant total des pénalités infligées aux entreprises en 2022 - et à l'échelle internationale - pour le non respect du RGPD.

    Serda Formations Documentation 2023