Article réservé aux abonnés Archimag.com

Juan Sebastian Carbonell : "Il faut relativiser l'idée d'une économie dématérialisée"

  • juan-sebastian-carbonell-economie-dematerialisee.jpg

    juan-sebastian-carbonell-economie-dematerialisee
    "Le télétravail n’est pas une révolution, mais il s’inscrit dans une logique qui était déjà à l’œuvre avec un effacement de la distinction entre vie privée et vie professionnelle", estime Juan Sebastian Carbonell (DR)
  • Juan Sebastian Carbonell est sociologue du travail et des relations professionnelles. Il est également l’auteur de l’ouvrage ‘Le futur du travail’ (Éditions Amsterdam, 2022). Dans ce grand entretien, il livre son analyse du marché du travail, ainsi que son point de vue sur l'automatisation de l'industrie, le télétravail, les "prolétaires du numérique", le statut d'autoentrepreneur et le revenu universel. 

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels de la dématérialisation et de la transition digitale !

    Tout et son contraire a été dit sur le travail : l’économiste Jeremy Rifkin avait annoncé la fin du travail, des sociologues évoquent plutôt une mutation, des romanciers anticipent même une armée de chômeurs qui vivent grâce à un revenu de base financé par des impôts sur les machines… Quelle est votre analyse du marché du travail ?

    Lorsque l’on observe les effets des nouvelles technologies sur l’emploi, on se rend compte que ces effets ne peuvent absolument pas se résumer à de la substitution ou au remplacement du travail. Les nouvelles technologies ont des conséquences très différentes selon le type d’entreprise ou le procédé que l’on automatise.

    Dans le secteur automobile par exemple, certaines tâches sont remplacées, mais le travail ne disparaît pas. Certaines nouvelles tâches peuvent apparaître ou bien être redistribuées en créant de nouvelles compétences. Quant au rapport entre emploi et automatisation, les économistes se cassent la tête sur cette question depuis que le capitalisme existe, mais affirment que le travail se maintient et que, parfois, il se développe.

    > Lire aussi : Technologies de l'information : où sont les femmes ?

    Vous expliquez que, contrairement à une idée largement répandue, "jamais autant de personnes n’ont travaillé dans l’industrie au niveau mondial". Comment expliquer notre perception d’un monde de plus en plus désindustrialisé ?

    La perception d’un monde désindustrialisé est une perception très eurocentrée. Si l’on se penche sur un certain nombre d’industries, on se rend compte que l’emploi industriel n’a pas baissé, mais qu’il a, au contraire, progressé au niveau mondial. Entre 2007 et 2017 le nombre de travailleurs dans le secteur aut....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    maitrisez-donnees-organisation
    Difficile aujourd’hui de tirer de la valeur de son capital informationnel par le seul biais du document. La multiplication des flux, les facilités de création et de stockage plongent les  organisations dans l’ère du big data où se mêlent tous types de données, structurées et non structurées, y compris personnelles, accompagnées de leurs métadonnées
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.

    supplement-confiance-numerique-270500.png