Article réservé aux abonnés Archimag.com

Entrepreneurs en infodoc : "Avoir choisi d'exercer des métiers orientés services et public est un atout"

  • entrepreneur_service.jpg

    freelance
    "La question de l’entrepreneuriat est à mon goût trop absente des formations", estime Clotilde Vaissaire-Agard. (Freepik/katemangostar)
  • Sommaire du dossier :

    Jean-Philippe Accart et Clotilde Vaissaire-Agard sont tous les deux consultants, enseignants et formateurs. Si lui est directeur de bibliothèque et archives de l’École hôtelière de Lausanne (EHL), en Suisse, elle est directrice du cabinet CF2ID et fondatrice des éditions Klog. Ils ont tous deux coécrit « Bibliothécaires, documentalistes : tous entrepreneurs », paru en 2018 aux Éditions Klog.

    Dans sa préface, Veronique Mesguich évoque un « alignement des planètes » propre à la prise d’indépendance des professionnels de l’information ? Pourquoi ?

    Jean-Philippe Accart : Comme beaucoup d’autres, ces professionnels sont aujourd’hui à une sorte de croisée des chemins et se posent des questions sur leur avenir. Parallèlement, différents paramètres et injonctions politiques, économiques et manageriaux nous poussent à nous bouger et à chercher des solutions pour ne pas rester sur le bord du chemin. L’objet de ce livre est justement de proposer des pistes à tous ces professionnels, pour qu’ils puissent continuer d’avancer.

    Les formations initiales tiennent-elles compte de ce contexte ?

    Clotilde Vaissaire-Agard : La question de l’entrepreneuriat est à mon goût trop absente des formations. Certes, quelques cours de management ont été introduits dans certaines, mais cela se réduit souvent au management d’un service (quand on est salarié) et il n’y a rien pour ce qui est de créer son entreprise, choisir son régime fiscal, gérer son budget ou encore développer sa communication. En France, en dehors des écoles de commerce, il n’existe pas vraiment de formation à l’entrepreneuriat tout court. Ces thématiques ne sont pas encore entrées dans les écoles alors que c’est une vraie tendance de l’évolution du monde du travail.
    JPA : Je crois que l’idéal serait aussi que ce métier attire des profils davantage portés vers l’entrepreneuriat. Beaucoup pensent encore à tort que choisir ce type de formation, c’est se diriger vers un métier « tranquille ». Ils se trompent : il faut sans cesse aller de l’avant, se rendre visible et se vendre. Ce sont tout sauf des métiers tranquilles !

    En quoi les professionnels de l’information sont-ils pertinents pour l’indépendance ?

    JPA : Selon moi, le fait d’avoir choisi d’exercer des métiers orientés services et public est un atout et peut être mis en avant. CVA : Tout à fait. C’est même leur premier atout, selon moi. J’ajouterais également leur capacité à s’informer et à se former eux-mêmes sur les thématiques que l’on ....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    "Tous entrepreneur ?". Si certains professionnels de l’infodoc ont répondu par l’affirmative depuis longtemps, d’autres s’interrogent. Archimag vous a posé la question.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    76
    des répondants à notre grande enquête sur les professionnels de l'information et l'entrepreneuriat affirment être attirés par le statut d’entrepreneur (créateur d’entre-prise, indépendant, freelance, etc.).

    Recevez l'essentiel de l'actu !