Article réservé aux abonnés Archimag.com

Processus et flux de travail : l'automatisation s'accélère

  • processus-flux-travail-automatisation.jpg

    automatisation-processys-flux
    On recourt à une solution de RPA pour automatiser des tâches répétitives telles que des saisies ou ressaisies de données, des copier-coller de données et autres actions routinières, sans changer l'environnement de leurs processus. (Freepik/marymarkevich)
  • En pratique, en administration comme en entreprise, de nombreuses tâches sont un maillon d’un processus. Pour les technologies de l’information, la gestion des flux de travail ou des processus est un classique… Qui se renouvelle avec une constante recherche d’automatisation.

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux projets de dématérialisation des processus et de transformation numérique des organisations !

    En matière de gestion des processus, on a très tôt parlé de workflow, une technologie dont l’essor est situé en 1975.

    Pour rappel, « le workflow sert à décrire le circuit des traitements, les tâches à répartir entre les différents acteurs d’un processus, les délais, les contrôles et modes de validation, et à fournir à chacun des acteurs les informations nécessaires à l’exécution de sa tâche. […] Les acteurs peuvent être des humains ou des automates présents dans le système d’information » (Wikipédia). Le moteur de workflow est le logiciel qui exécute le workflow ; par abus de langage, on le désigne simplement par « workflow ».

    Dès ses débuts, la gestion des flux de travail cherche à augmenter la productivité et à réduire les coûts ; automatiser est une opportunité pour orienter le travail des humains ainsi libérés vers davantage de valeur ajoutée. Ces objectifs restent parfaitement d’actualité.

    enlightenedLire aussi : RPA : un comparatif de solutions de robotic process automation pour (bien) choisir

    Processus, données, représentation graphique

      Peu à peu, la technologie franchit différents stades d’évolution, pour aller vers des systèmes de gestion des flux de travail (WFMS) caractérisés par plus de souplesse et d’adaptabilité.

      automatisation-processus-flux-travail

      Ces systèmes sont centrés sur les processus ou les données, avec souvent une représentation graphique des flux de travail. Généralement, leur mise en place s’appuie sur les étapes suivantes :

      • analyser les tâches et modéliser les flux ;
      • mesurer les flux, notamment leurs débits, temps de traitement, etc. ;
      • paramétrer l’outil en créant les tâches, les acteurs, les étapes de validation ;
      • tester, déployer ;
      • contrôler.

      Faut-il parler de gestion des flux de travail ou de gestion de processus métier (business process management, BPM) ? On peut dire que, dans le premier cas, on s’intéresse à une séquence de tâches tandis que, dans le second, on vise l’amélioration de processus métier.

      En pratique, un système de BPM — niveau macro - inclut un WFMS — niveau micro - comme l’un de ses composants.

      L’automatisation des processus métier faisant son chemin, on rencontre aussi d’autres termes, notamment celui d’automatisation des processus d’affaires (ou business process automation, BPA) ou celui d’automatisation digitale des processus (digital process automation, DPA). Nouveaux concepts ? Nouvelles technologies ? Le BPM n’a qu’à bien se tenir !

      enlightenedLire aussi : RPA et IPA : des processus métier autonomes et intelligents

      Robotic process automation

      Récemment, c’est surtout l’automatisation robotisée des processus (robotic process automation, RPA) qui fait parler d’elle, portée par des sociétés telles que Automation Anywhere, Blue Prism, UiPath, Workfusion… On recourt à une solution de RPA pour automatiser des tâches répétitives telles que des saisies ou ressaisies de données, des copier-coller de données et autres actions routinières, ceci sans changer l’environnement des processus où elles se situent.

      Toujours plus ! On peut ajouter aux robots de la RPA des éléments d’intelligence artificielle. On parle alors d’intelligent process automation (IPA), disposant donc de capacités cognitives et d’apprentissage (machine learning) : reconnaissance d’image (OCR), reconnaissance vocale, analyse sémantique (natural language processing, NLP), analyse de comportement et de sentiment. Le robot est capable d’interagir avec d’autres robots (par exemple, des chatbots) ou avec des personnes.

      Enfin, les processus peuvent être abordés par une autre dimension, celle des données. C’est l’objet du process mining qui se base sur l’analyse des évènements transactionnels enregistrés dans les applications métier (Voir notre article : Process mining : quels avantages et impact sur le pilotage des processus stratégiques d’entreprise ?). De quoi prendre de la hauteur sur ses processus pour les améliorer encore.

      enlightenedLire aussi : Pourquoi est-il préférable de dématérialiser et d'automatiser les processus métiers ? Quels en sont les avantages ?

      Pour aller plus loin : standardisation et normalisation

      Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
      Archimag-346-cybersécurité
      Rendant les organisations plus numériques que jamais, la pandémie profite aussi à la cybercriminalité. Les faits de cyberattaques augmentent de manière exponentielle, faisant prendre conscience de la vulnérabilité des systèmes d’information. Entreprises, administrations, collectivités territoriales, hôpitaux mesurent l’ampleur des risques. Les mises en garde sont à la fois européennes et étatiques et relèvent aussi de la gouvernance de l’information et des données. Mais qui sont les cyberattaquants ? Les hackers éthiques ? À chacun d’appliquer conseils et bonnes pratiques, et de s’équiper de solutions de protection.
      Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
      À lire sur Archimag
      Les podcasts d'Archimag
      Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
      Publicité

      supplement-confiance-numerique-270500.png