Article réservé aux abonnés Archimag.com

La visioconférence dans la ligne de mire des digital workplaces

  • visioconference-solutions-digital-workplace.jpg

    digital-workplace-solutions-visioconference
    La visioconférence s’est imposée en quelques semaines, à la faveur des différents confinements de l’année 2020, pour devenir aujourd’hui une routine. (DCStudio/Freepik)
  • Dopée par le travail à distance, la visioconférence trouve naturellement sa place dans la plupart des digital workplaces du marché. Cette fonctionnalité, souvent intégrée à partir de solutions tierces, propose de plus en plus de fonctionnalités pratiques.

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation.

    C’est devenu un rituel quasi quotidien pour de très nombreux salariés et agents de la fonction publique : activer la caméra de son ordinateur pour assister à une réunion en distanciel est désormais à la portée de tous. Certains utilisent même la caméra de leur smartphone lorsqu’ils sont éloignés de leur poste informatique !

    enlightened RETROUVEZ CET ARTICLE ET PLUS ENCORE DANS NOTRE GUIDE PRATIQUE : METTRE EN PLACE SA DIGITAL WORKPLACE

    La visioconférence s’est imposée en quelques semaines, à la faveur des différents confinements de l’année 2020, pour devenir aujourd’hui une routine. Les digital workplaces n’échappent pas au mouvement. Elles embarquent des outils de visioconférence qui présentent une particularité : il s’agit souvent de dispositifs intégrés à partir de solutions tierces.

    Parmi les plus répandues, on note la présence de l’incontournable Zoom, mais aussi Jitsi, Glowbl, Whereby ou BigBlueButton. Zoom a accédé à la notoriété mondiale lors des confinements de 2020. Le grand public et les entreprises se sont jetés sur cet outil : le nombre d’utilisateurs par jour est subitement passé de 10 millions en décembre 2019 à 200 millions en mars 2020 !

    Gratuit jusqu’à 100 participants, Zoom commercialise des abonnements payants si l’on souhaite augmenter le nombre de parties prenantes, accroître la limite de temps de communication ou obtenir des fonctionnalités plus avancées. Jitisi a également "profité" de la crise sanitaire avec un nombre d’utilisateurs qui est passé de 200000 à 20 millions en quelques mois seulement.

    Lire aussi : Digital workplace : mettre les chances de son côté grâce à un déploiement réussi

    Précision importante : cet outil est intégré à la liste des logiciels libres préconisés par la Direction interministérielle du numérique (Dinum) comme le système de webconférence des agents des services de l’État.Grande souplesse dans l’utilisation quotidienne de la vidéoLes outils de visioconférence ont de nomb....
    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
    mettre-place-digital-workplace
    Sur site, en situation de mobilité ou en télétravail, les collaborateurs évoluent aujourd’hui dans des environnements variés. Pour éviter la dispersion, il faut orchestrer, favoriser l’efficacité de l’organisation, des équipes et des métiers. Les digital workplaces et digital workspaces, avec leurs périmètres propres, deviennent les outils de référence, le socle des activités et des échanges. Y convergent les dimensions d’intranet, de réseau social d’entreprise, de gestion documentaires et des connaissances (knowledge management). Des conditions de sécurité sont à respecter. Mais comment s’installe une digital workplace ? Comment est-elle pilotée ? Comment l’information y est-elle gouvernée ? Selon les contextes, toutes les fonctionnalités sont-elles à utiliser ? Comment conduire le changement et former les utilisateurs ? Et bien sûr : quel outil choisir ? Réponses avec des méthodes, des conseils, un panorama de solutions et des retours d’expérience.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 6 - Archimag Podcast vous propose d'aller à la rencontre de Mylène Pardoën, ingénieure de recherche au CNRS. De mécanicienne d’hélicoptère à doctorante en musicologie, son parcours atypique l’a amenée à créer son propre métier : archéologue du paysage sonore.
    Publicité