Publicité

Newswhip : quand Twitter et Facebook prennent la place du rédacteur en chef

  • newswhip.png

    Page d'accueil de Newswhip
    Page d'accueil de Newswhip (Newswhip)
  • Est-il possible d’échapper à la présentation traditionnelle de l’information ? Pour la société Newswhip, la réponse est oui. Cet agrégateur présente l’actualité non pas par rubriques (international, politique, social, sport…) mais par popularité sur les réseaux sociaux. La « Une » du jour propose ainsi un article consacré aux 100 000 euros qu’aurait touchés Dominique de Villepin pour une journée de travail au Quay d’Orsay, suivi de la vidéo des inconnus qui s’embrassent pour la première fois, suivie elle-même d’un portrait d’Anne Hidalgo…

    Chaque article est accompagné de son indice de popularité (nombre de Tweets et de recommandations sur Facebook). Selon Newswhip, ce classement obéit à un principe de « vélocité sociale » généré par « le milliard d’utilisateurs de Facebook et Twitter ».

    250 000 articles par jour

    A l’usage, l’agrégateur présente au moins un intérêt : détecter les centres d’intérêt informationnels des internautes. Mais Newswhip propose également de filtrer l’information par zones géographiques (une quinzaine de pays) ou par sujets. Selon Newswhip, 250 000 articles sont agrégés quotidiennement dans une demi douzaine de langues (anglais, français, espagnol…)

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    Serda Formation Veille 2025