Article réservé aux abonnés Archimag.com

Camille Alloing : "Le levier émotionnel est survalorisé par les réseaux sociaux"

  • camille-alloing-travail-emotionnel-numerique.jpg

    rencontre-camille-aloing-travail-emotionnel-numerique
    Camille Alloing, professeur au sein du Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal, directeur du Labfluens et chercheur au LabCMO. (DR)
  • Camille Alloing est professeur au sein du Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal, directeur du Labfluens et chercheur au LabCMO. Il est le co-auteur avec Julien Pierre d’une note de recherche sur le travail émotionnel numérique.

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation.

    Votre réflexion porte sur le travail émotionnel numérique (Le travail émotionnel numérique : faire de ses clics un moyen d’éviter des claques. Question de communication, 2021) : de quoi s’agit-il ?

    Le travail émotionnel tel qu’il a été défini par la sociologue Arlie Hochschild désigne tout le travail qui consiste à modifier ses propres émotions pour pouvoir agir sur les émotions des autres dans le cadre d’une relation de service.

    Autrement dit, lorsque je suis face à quelqu’un de triste et que je souhaite lui remonter le moral, je vais travailler sur mes propres émotions pour montrer de la joie : en devenant joyeux, je peux atténuer la tristesse de la personne qui est en face de moi.

    Ce travail émotionnel s’inscrit dans le monde du travail. Arlie Hochschild a par exemple étudié le cas des hôtesses de l’air qui doivent sourire, car elles sont tenues de rassurer les voyageurs à l’intérieur de l’avion. Cette notion de travail émotionnel a peu à peu évolué pour s’intéresser à d’autres secteurs comme le soin et la médecine.

    Le travail émotionnel consiste également à gérer ses propres émotions. Pour reprendre le cas des hôtesses de l’air, elles doivent continuer à sourire même si elles éprouvent de la peur face à un passager agressif.

    Vous vous êtes particulièrement intéressé au travail des gestionnaires de communauté (community managers). Pour quelles raisons ?

    En 2017, j’avais publié avec Julien Pierre un livre intitulé Le web affectif (Le web affectif, une économie numérique des émotions, Camille Alloing et Julien Pierre, Ina Éditions, 2017) qui portait sur l’économie numérique des émotions.

    Lire aussi : Droit d’auteur : quelles obligations pour les veilleurs, documentalistes, community managers et iconographes ?

    Aujourd’hui, nous formons des gestionnaires de communauté à l’université. Ces gestionnaires jouent le rôle « d’interface émotionnelle » entre les organisations et les plateformes, entre le public et les organisations, mais aussi entre le public et les plateformes.Nous nous sommes intéressés à ces community manage....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    comment-faire-vivre-bases-connaissance
    E-mails, fichiers et dossiers multiples, commentaires, messages instantanés, réseaux sociaux... Si vous souhaitez regrouper les expertises de votre organisation sur un sujet précis au sein d’un système unique et accessible en ligne, il est temps de vous lancer dans une base de connaissance!
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le montant total des pénalités infligées aux entreprises en 2022 - et à l'échelle internationale - pour le non respect du RGPD.

    Serda Formation Veille 2023