Article réservé aux abonnés Archimag.com

Design sprint : innover en 5 jours, c'est possible ?

  • design-sprint-innovation.jpg

    design-sprint-innovation
    Cinq jours. C’est la promesse du design sprint. Cette méthode d’innovation resserrée sur une période allant du lundi au vendredi a une ambition : accélérer la résolution des problèmes qui se posent aux organisations. (Freepik/tirachardz)
  • Au début des années 2010, quatre employés de Google ont développé le concept de design sprint, une méthode d’innovation menée en cinq jours seulement, du lundi au vendredi. Adoptée surtout par les organisations de grande taille, elle permet de résoudre rapidement les problèmes qui se posent à une entreprise ou à une institution. Mais la démarche n’est pas sans défaut...

    Temps de lecture : 6 minutes

    Cinq jours. Cinq jours pour lancer un nouveau produit. Cinq jours pour comprendre pourquoi les internautes ne finalisent pas leur achat sur une plateforme. Cinq jours pour résoudre un problème posé à votre entreprise...

    Cinq jours. C’est la promesse du design sprint. Cette méthode d’innovation resserrée sur une période allant du lundi au vendredi a une ambition : accélérer la résolution des problèmes qui se posent aux organisations.

    enlightenedLire aussi : Comment animer une séance de créativité en 7 étapes

    design_sprint_dessin_barros.jpg

    Apparu au début de la décennie 2010, le design sprint a été adopté par quelques mastodontes comme Facebook, Apple ou Coca-Cola, mais aussi par des institutions culturelles qui étaient confrontées à des pannes d’inspiration ou à des dysfonctionnements internes.

    enlightenedLire aussi : Comment innover en bibliothèque et y conduire le changement ?

    Le design sprint a vu le jour chez Google

    Mais c’est chez Google que la méthode a été créée et développée par Jake Knapp, John Zeratsky, Braden Kowitz et Michael Margolis:

    « Ensemble, nous avons commencé à lancer des sprints avec des start-up, à expérimenter le processus et à en examiner les résultats pour voir comment l’améliorer », explique Jake Knapp ; « à notre grande surprise, le processus en cinq jours a tenu le coup. (…) Nous avons utilisé des sprints pour établir l’ordre des priorités, définir une stratégie marketing et même trouver un nom à une entreprise. Chaque fois, le processus soude les équipes et débouche sur des idées viables ».

    C’est précisément chez Google Venture - le fonds de placement créé par Google - que le design sprint a vu le jour avant de se répandre dans d’autres entreprises. Google Venture l’a notamment utilisé pour pénétrer de nouveaux marchés ou développer de nouvelles fonctionnalités.

    Quelques règles simples doivent être respectées : une salle doit être réservée à cet effet, les participants, de 4 à 8 collaborateurs maximum, sont libérés de leurs activités habituelles, et un facilitateur (un sprintmaster dit-on chez Google) est désigné.

    Précision importante : cette équipe doit être pluridisciplinaire afin d’éviter les problèmes liés au travail en silo.

    enlightenedLire aussi : Logiciels d’entreprise : cap sur l’innovation

    Lundi matin, on commence par la fin…

    Le lundi est dédié à la compréhension du problème : quelles sont les difficultés à résoudre ? Que faut-il inventer ? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ?« Les discussions structurées du lundi orientent toute la semaine du sprint. Le matin, on commence par la fin en se mettant d’accord sur l’objectif à long ter....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    covid-19-bibliotheque-confinees
    Mesures sanitaires de lutte contre la pandémie de Covid-19, la fermeture au public des bibliothèques puis l’interdiction de déplacement en France, entrées en vigueur le 14 puis le 17 mars 2020, ont évidemment fortement impacté les établissements. Un confinement qui ne s’est pourtant pas traduit par l’arrêt d’activité des bibliothécaires. Nombreuses ont été leurs initiatives, d’une part, pour continuer de proposer une offre de lecture et de culture, d’autre part, pour accompagner les publics dans cette situation nouvelle. Les ressources numériques ont été sollicitées comme jamais. Les bibliothécaires universitaires ont également agi. A l’étranger, les actions durant le confinement ou en phase de déconfinement sont aussi le lot des bibliothèques. Enfin, pour le secteur des librairies et de l’édition, cette période se traduit par de lourdes difficultés économiques. Peu à peu, chacun se tourne vers l’après.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.
    Publicité