Article réservé aux abonnés Archimag.com

Les écolabels du numérique

  • ecolabel-numerique.jpg

    ecolabels-numerique-responsable
    Il existe trois types d'écolabel pour un numérique plus respectueux de l'environnement. (rawpixel.com/Freepik)
  • L’écolabel est un label écologique à destination des entreprises et délivré par un organisme indépendant. Son but ? Identifier certains produits et services qui garantissent un niveau d’exigence élevé en termes de limitation des impacts sur l’environnement. Voici les principaux écolabels du secteur numérique et informatique.

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation.

    En plus d’agir concrètement pour la planète, opter pour un écolabel permet aux entreprises de se démarquer de leurs concurrents en proposant des offres soucieuses des enjeux environnementaux. Un véritable signal envoyé à ses futurs clients, collaborateurs, fournisseurs et investisseurs !

    Lire aussi : Ecoresponsabilité numérique : où en sommes-nous et comment agir ?

    De plus, c’est également l’occasion d’anticiper la législation et de mobiliser son service recherche et développement (R&D) pour innover.
    Pour distinguer les différents écolabels, rien de plus simple : ils sont toujours associés à des sigles et à des pictogrammes.

    Trois types d’écolabels

    Il existe trois types d’écolabels :

    • l’écolabel officiel (Type 1 — ISO 14024) : il est fondé sur l’analyse en coût du cycle de vie d’un produit. Il peut être public ou privé et est reconnu au niveau européen et par les pouvoirs publics.
    • l’autodéclaration environnementale (Type 2 — ISO 14021) : il s’agit d’une allégation volontaire non certifiée par une tierce partie indépendante. Développé en interne par des entreprises, cet écolabel ne possède pas de caractère officiel comme ceux de type 1.
    • l’écoprofil (Type 3 — ISO 14025) : élaborée volontairement par un industriel, cette déclaration environnementale propose des informations sur les impacts du cycle de vie d’un produit. Il fournit des données objectives pour faciliter la comparaison entre différents produits.

    Lire aussi : Eric Vidalenc : "nous devons mettre le numérique au service de la transition écologique"

    Les principaux écolabels du numérique

    Blue angel

    ecolabel-blue-angel.jpgCréé en 1978, cet écolabel de type 1 a été conçu par le ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la Protection de la nature, de la Sûreté nucléaire et de la Protection des consommateurs.

    Il porte ses critères sur la prise en compte du cycle de vie complet et la réduction de la consommation d’énergie concernant les produits suivants : ordinateurs, claviers, téléphones, datacenters, serveurs, écrans, imprimantes et projecteurs.

    Comment l’obtenir ? Il faut soumettre une demande à l’écolabel en ayant vérifié au préalable que son produit ou service est éligible aux critères d’attribution. Un jury se chargera ensuite d’évaluer le respect de ces critères.
    www.blauer-engel.de/en

    Epeat (Electronic Product Environmental Assessment Tool)

    ecolabel-epeat.jpgCréé en 1992 aux États-Unis par le Green Electronic Council (Gec), cet écolabel de type 2 présente des critères environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie des produits comme les ordinateurs, les écrans, les téléphones, les tablettes, les imprimantes et les serveurs.

    Il propose trois niveaux de certification : Bronze (les critères obligatoires sont respectés), Argent (au moins 50 % des critères optionnels sont remplis), et Or (au moins 75 % des critères optionnels sont remplis).

    Comment l’obtenir ? Les constructeurs autoévaluent leur produit et le Gec vérifie ensuite le respect des critères via des contrôles aléatoires.
    epeat.net

    Energy Star

    ecolabel-energy-star.jpgCréé en 1992 par l’Environmental Protection Agency (EPA) aux États-Unis, cet écolabel de type 1 s’intéresse à l’efficacité énergétique des matériels informatiques lors de leur usage : ordinateurs, écrans, imprimantes, serveurs, etc. De plus, Energy Star indique que le produit intègre des mécanismes de réduction de consommation d’énergie (ex. : mode veille automatique).

    Comment l’obtenir ? Les fabricants doivent envoyer leurs produits dans des laboratoires agréés par l’EPA et les faire évaluer par un organisme de certification.
    www.energystar.gov

    TCO Certified

    ecolabel-tco-certified.jpgCréé en Suède en 1992, cet écolabel de type 1 est spécialisé dans la durabilité des produits informatiques (ordinateurs, écrans, tablettes, téléphones, casques, équipements de réseau, imprimantes, projecteurs, serveurs et matériel de stockage de données) et basé sur des critères précis : ergonomie, consommation énergétique, émissions électromagnétiques, bruit, recyclabilité et prise en compte des dimensions sociales et sociétales.

    Comment l’obtenir ? Il faut transmettre à l’organisme un échantillon représentatif du produit ainsi qu’une documentation sur les critères de responsabilité sociale. Une fois ces documents validés, il faut officialiser sa demande auprès de TCO Certified.
    tcocertified.com/fr

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    ged-automatisée-valeur-ajoutée
    Avec l’automatisation, les applications de gestion électronique des documents (Ged) peuvent franchir un pas de plus en faveur des organisations dématérialisées. Les enjeux sont multiples : gain d’efficacité, bien sûr, mais aussi meilleures fiabilité et traçabilité. Pour automatiser davantage, il faudra identifier les flux, chasser les tâches sans valeur ajoutée, modéliser, tester, mettre en oeuvre…
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité