Publicité

Legapass : sécuriser et transmettre son patrimoine digital

  • start-up-legapass-donnees-securisees.jpeg

    legapass-protection-donnees-sensibles
    Jean-Charles Chemin, cofondateur et dirigeant de Legapass. (DR)
  • Créée en 2021, la start-up Legapass promet de stocker de manière sécurisée les données stratégiques et confidentielles d'un individu. Aujourd'hui, cette solution s'adresse principalement aux travailleurs non salariés, artisans, professions libérales et petites entreprises. Rencontre avec Jean-Charles Chemin, cofondateur et dirigeant de Legapass.

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation.

    Legapass, c’est quoi ?

    Des études indiquent qu’une entreprise sur deux ne se relève pas du décès d’un dirigeant, la plupart du temps à cause de la perte de connaissances que le décès entraîne. Legapass propose donc de sécuriser les données stratégiques et hautement confidentielles d’une personne qui peuvent être restituées en cas de décès ou de défaillance.

    Typiquement, ces données concernent des codes d’accès, des informations stratégiques (contacts, contrats, etc.)… Bref, toute information qui apparaît comme absolument essentielle pour le fonctionnement de l’entreprise.

    Qui sont vos clients ?

    Nous ciblons pour l’instant les travailleurs non salariés, les artisans, les professions libérales et les petites entreprises.

    Lire aussi : Ces start-up qui voguent sur l'open data

    Quel est votre modèle économique ?

    Nos abonnements démarrent à 120 euros avec deux volets : l’un pour la protection du dirigeant et de son entreprise, et l’autre pour sa protection personnelle et sa famille.

    En 2023, comment être disruptif dans votre domaine ?

    Notre marché reste très jeune avec peu de sociétés sont vraiment établies, et notre concurrence se porte plutôt sur la partie inventaire. Mais aujourd’hui, aucune autre société ne possède de technologie comme la nôtre ayant un niveau de sécurité tel qu’il permet de consigner de manière inviolable les informations les plus sensibles. Le niveau de sécurité que propose Legapass est inégalé.

    Quels profils recrutez-vous ?

    Bien que nous gardions un œil sur la détection de nouveaux talents, nous sommes au complet au niveau "tech". Nous cherchons davantage à compléter les effectifs du côté du marketing et de la vente afin de développer notre visibilité et de nous placer sur le marché.

    Quel est votre modèle d’entrepreneur ?

    Il me semble important de mettre en commun les compétences de tous les collaborateurs afin de créer une société durable. Adelina Prokhorova, Eric Maïda (NDLR les cofondateurs) et moi-même avons des profils très différents, avec des spécialisations dans des domaines (tech, cybersécurité, intelligence artificielle) qui nous ont permis de construire une structure solide et de gagner ainsi la confiance de nos clients.

    Lire aussi : Niiwaa, un outil de veille et d'intelligence économique multilingue

    Chez Legapass, c’est plutôt costume-cravate ou t-shirt ?

    Nous sommes en costume lorsque nous représentons l’entreprise, mais au quotidien c’est plutôt un t-shirt.

    Legapass en 3 données

    • Année de création ? 2021
    • Effectif ? 16 personnes
    • Localisation ? Nice (Alpes-Maritimes)
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.