Article réservé aux abonnés Archimag.com

ArchiLab, un enseignement au plus près des besoins informationnels des organisations

  • archilab-campus-archives-donnees.jpg

    haute-ecole-gestion-geneve-archilab
    Vue aérienne du campus de la Haute école de gestion de Genève. (Vision Air)
  • Sur les rives du lac Léman, à Genève, le laboratoire d’archivistique ArchiLab propose aux étudiants une formation qui les prépare à la vie professionnelle proche de la réalité du terrain. Lancé en 2021, ce dispositif a pour ambition de former des spécialistes des archives, mais aussi de la donnée.

    mailDécouvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des archives et du patrimoine !

    Il y a plus de 100 ans, la filière Information documentaire voyait le jour au sein de la prestigieuse Haute école de gestion de Genève. Un siècle plus tard, elle demeure la seule formation dans le domaine de la bibliothéconomie et de l’archivistique en Suisse romande. Et, au mois de juin 2021, elle prenait un nouveau cap avec la création d’ArchiLab. Ce dispositif a une ambition : dynamiser les cours de la filière Information documentaire.

    « Nous souhaitons casser l’image réductrice des archives jaunâtres et des fiches cartonnées », explique Basma Makhlouf Shabou, responsable d’ArchiLab. « Aujourd’hui, l’archivistique traite des archives numériques et englobe la notion de data. ArchiLab est le premier laboratoire d’archivistique en Suisse romande. Il est doté des infrastructures nécessaires au stockage et au traitement des données afin d’effectuer des prestations de services et des projets de recherche. »

    Lire aussi : Sciences Po, 150 ans d'archives à explorer

    Un constat partagé par René Schneider, responsable de la filière Information documentaire : « aujourd’hui, un archiviste ne travaille pas seulement avec des documents, mais aussi avec des données. Pour simuler ce travail qui se fait dans le numérique, nous avons besoin d’une infrastructure avec des machines et des logiciels ».

    Inspiré de l’exemple québécois de l’École de bibliothéconomie et de sciences de l’information (Ebsi) de l’Université de Montréal, ArchiLab s’est appuyé sur une réflexion et une préparation de près de dix ans avant de voir le jour.

    Aguerrir aux besoins opérationnels des organisations

    Un an après sa création, ArchiLab compte environ 120 étudiants, dont des élèves français qui traversent la frontière pour se rendre sur les rives du lac Léman. Comme en France, les femmes y sont majoritaires, « même si, en Suisse, la plupart des postes de direction dans le domaine des archives restent occupés par les hommes ! », remarque Basma Makhlouf Shabou.

    Les étudiants peuvent y préparer un bachelor (l’équivalent d’une licence en France) ou bien un master. Certains profils peuvent surprendre, puisque l’on y trouve des élèves venus de filières a priori éloignées de l’ingénierie documentaire : biologie, archéologie…

    Soucieux de son rayonnement à l’international, ArchiLab a également conclu un partenariat avec La Sorbonne - Abu Dhabi et accueilli un groupe d’archivistes cambodgiens venus parfaire leurs compétences en Suisse.

    Lire aussi : Valoriser les publications scientifiques de son institution avec un portail HAL

    Les étudiants ont à leur disposition un équipement conçu pour les aguerrir au plus vite aux besoins opérationnels des organisations qui feront appel à leurs compétences. ArchiLab dispose d’une salle de cours dotée de 20 postes informatiques équipés de logiciels documentaires professionnels (classement, évaluation, structuration de données…).

    Parmi ces solutions, on trouve notamment l’outil de visualisation Archifiltre qui permet d’auditer puis d’identifier les tris à réaliser sur un serveur, de réaliser un plan de classement efficace et également de préparer les paquets de documents à conserver en archivage au format adéquat.

    Autre équipement, l’atelier de numérisation, constitué de 6 postes de traitement, offre la possibilité aux étudiants de se familiariser avec le processus de numérisation via une simulation et une application pratique. Là encore, c’est une volonté de préparer les futurs professionnels dans des conditions proches de celles que l’on trouve dans les entreprises et les administrations. 

    « Nous voulons communiquer aux étudiants les bonnes pratiques et la connaissance des normes. À leur sortie, ils sont parfaitement opérationnels, car durant leurs études, ils ont été amenés à travailler sur des exercices de fin d’études proches de la réalité du terrain », précise Basma Makhlouf Shabou.

    Il est vrai qu’en Suisse, les « Hautes écoles » présentent une particularité : elles entretiennent de nombreuses connexions avec le monde professionnel, qu’il s’agisse de l’administration ou du secteur privé.

    Coût écologique et archivage sur ADN

    Au-delà de la formation, ArchiLab héberge également des projets de recherche sur des thèmes porteurs. Au mois de juin 2022, une conférence était organisée autour du coût écologique du traitement archivistique : comment mettre en place un archivage numérique en réduisant son impact environnemental ? Quelles sont les bonnes pratiques à adopter ?

    Les équipes pédagogiques accordent également une attention particulière aux promesses de l’archivage sur ADN. Dans la longue histoire des supports de stockage (argile, peau animale, tissu, papier, bandes magnétiques, outils numériques…), l’acide désoxyribonucléique (ADN), qui est présent dans la plupart des êtres vivants, peut également se transformer en stockage documentaire.

    Lire aussi : The Shift Project : "si l’on veut que la culture perdure, il ne faut pas nier les enjeux environnementaux !"

    Le stockage d’informations numériques sur ADN est aujourd’hui considéré comme une technologie émergente, durable, non énergivore et extrêmement compacte. Cette révolution, qui est encore à l’état expérimental, est prise en compte par ArchiLab.

    De façon très pratique, les étudiants mènent également des exercices susceptibles de servir à la communauté archivistique dans son ensemble. L’un d’entre eux a ainsi réalisé une étude du marché des prestataires de la numérisation en Suisse (patrimonial, entreprise…) en retenant des critères de tous ordres : numérisation, reconnaissance optique des caractères, enrichissement des métadonnées… « Ce travail a vocation à devenir un document de référence », souligne-t-on à Genève.

    Précision importante pour les étudiants intéressés par cette formation : l’enseignement au sein d’ArchiLab est gratuit, hors frais d’admission d’environ 500 francs suisses (environ 512 euros).

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    teletravail-cloud-ou-sommes-
    Contraint durant la crise sanitaire, le travail à distance s’est pérennisé, voire accéléré : 60 % des organisations ont adopté un mode de travail hybride en 2022. Mais si le cloud a fait changer de dimension le télétravail, offrant une flexibilité inédite aux utilisateurs, les enjeux sont nombreux...
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    Serda Formations Archives 2023

    Indispensable

    Bannière BDD.gif