Article réservé aux abonnés Archimag.com

Accessibilité : quand les bibliothèques s'adressent aux publics empêchés

  • bibliotheque_accessibilite_prison.jpg

    accessibilite-bibliotheque-public-empeche-prison
    Plusieurs types d’individus constituent les publics empêchés : les personnes handicapées, placées "sous main de justice" et résidant en établissements publics de santé. Ici, la bibliothèque du centre de détention de Muret. (Archimag/Texier)
  • Des centaines de milliers de personnes appartiennent à la catégorie dite des « publics empêchés ». À leur intention, les bibliothèques et les associations proposent des prestations et des offres de lecture adaptées à chaque type d’empêchement : handicap, hospitalisation et incarcération.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez Le Bibliothécaire Innovant, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour les bibliothécaires !

    C’est un chiffre réjouissant : 87 % des bibliothèques municipales ont mis en place au moins une action en direction des publics empêchés. Ces initiatives se présentent sous plusieurs formes : offre de lecture adaptée, lecture à voix haute, ateliers hors les murs, séances d’animation collectives, équipements spécifiques (Lecture publique et publics empêchés. Synthèse de l’étude réalisée par le Crédoc. Ministère de la Culture, 2017).

    Et pour mettre en place de telles actions, les bibliothèques peuvent compter sur une partie non négligeable de leurs agents. 46 % d’entre eux sont formés à l’accueil et à la mise en place d’actions destinées aux publics empêchés.

    enlightenedLire aussi : Suisse : cap sur l’inclusion culturelle de personnes en situation de handicap

    Qu'est-ce qu'un public empêché ?

    Mais qui sont ces publics empêchés ? Ce terme désigne plusieurs types d’individus : les personnes handicapées, les individus placés « sous main de justice » et les personnes résidant en établissements publics de santé (hôpitaux, centres d’accueil et de soins, etc.).

    Différentes conventions ont été signées afin de rapprocher ces catégories de personnes des lieux de culture, qu’il s’agisse de bibliothèques, de salles de cinéma ou d’espaces dédiés à la musique.

    bibliotheque-bnf-accessibilite-handicap

    Une convention « culture-santé » propose environ 600 projets par an afin de développer l’action culturelle en milieu hospitalier et médico-social. Une convention « culture et handicap » vise à encourager les pratiques artistiques et à soutenir les initiatives artistiques autour du handicap.

    Quant au volet « prisons », il est couvert par un protocole signé en 2009 par Christine Albanel et Rachida Dati, alors ministre de la Culture et ministre de la Justice. Ce texte a pour ambition de mettre en œuvre une politique commune visant à renforcer les dispositifs d’insertion en favorisant l’accès des personnes condamnées aux différentes formes d’activité culturelle : accès à la lecture, aménagement de bibliothèques au sein des établissements pénitentiaires (Voir Archimag n° 230).

    enlightenedLire aussi : Accessibilité numérique des bibliothèques : attention, dernière ligne droite !

    Accessibilité à la BNF

    À la Bibliothèque nationale de France, le dispositif d’accessibilité permet de répondre à différents types de handicap. Les usagers souffrant de déficience auditive peuvent faire appel à un service d’accueil qui leur est spécialement réservé (via une prise de rendez-vous par un système téléphonique adapté ou par courriel).

    Une rencontre leur est alors proposée afin de leur présenter les prestations mises à leur disposition : visio-interprétation en langue des signes française, transcription instantanée de la parole (sous-titrage en temps réel), visio-codage en langue parlée complétée (LPC).

    Cet accompagnement est assuré par des agents volontaires de la Bibliothèque nationale de France. Certains d’entre eux sont formés à la langue des signes.

    bnf-accessibilite-handicap

    Le public « déficient intellectuel » se voit proposer une visite accompagnée du site François Mitterrand de la BNF en partenariat avec l’association Les papillons blancs de Paris. Une trentaine de personnes déficientes intellectuelles ont pris part à l’élaboration de ce programme. La présentation de l’offre documentaire de la BNF est complétée par un livret rédigé en langage facile à lire et à comprendre (FALC).

    Les visiteurs qui souffrent de handicap visuel disposent pour leur part de cabines de lectures équipées de logiciels de vocalisation et peuvent consulter une table d’orientation en braille. Une machine à lire permet d’accéder aux collections de la BNF via des fonctionnalités de numérisation, de vocalisation et d’exportation des contenus sur une clé USB. Un système de guidage sonore a également été mis en place pour aider les aveugles et les malvoyants à se déplacer dans le bâtiment.

    Les sites Bfn.fr et Gallica.bnf.fr, quant à eux, disposent d’un certificat de la déclaration de conformité en matière d’accessibilité.

    enlightenedLire aussi : Julien Roche : "les bibliothèques sont aux antipodes du monde mercantile"

    Ateliers participatifs avec l'association Signes

    À Lille, l’assistance aux personnes en situation de handicap se fait par la voie associative. L’association Signes de sens a conçu plusieurs actions à destination des médiathèques de la région Hauts-de-France.

    Des ateliers participatifs ont par exemple réuni des participants pour imaginer la médiathèque accessible de demain. Des bibliothécaires ont échangé avec des professionnels du médico-social et des personnes handicapées autour de plusieurs thèmes : la médiation, la co-construction, l’apport des technologies numériques…

    Résultat : un livre blanc recense les meilleures initiatives nées à l’occasion de ce remue-méninges qui a duré plusieurs mois : création d’une chaîne YouTube, proposer des manifestations hors les murs à destination du public qui ne peut pas se déplacer dans les bibliothèques, découvrir le livre autrement grâce à une technologie ludique…

    enlightenedLire aussi : Accueil des sourds en bibliothèque : un lexique en LSF dédié aux bibliothécaires est disponible

    Partenariat entre le Musée Guimet et l'hôpital

    Du côté du public empêché pour raison médicale, il existe des bibliothèques au sein même des établissements hospitaliers. Mais elles sont rares. L’AP-HP (Assistance publique - hôpitaux de Paris) fait figure d’exception avec son réseau de 18 médiathèques qui, outre les collections mises à disposition des patients et du personnel, proposent des activités originales.

    En 2019, un partenariat avec le musée Guimet a donné lieu à diverses manifestations : ateliers au chevet, découverte d’une œuvre, création d’un carnet de voyage, conférences, concerts… Ces événements ont la particularité de se dérouler dans les chambres des patients, mais aussi dans les médiathèques, au musée Guimet et dans les halls d’hôpital.

    enlightenedLire aussi : Le CNL s’engage pour développer l'accès des enfants et des jeunes au livre

    Des bibliothécaires pour les "malades difficiles"

    À Châlons-en-Champagne, les bibliothèques municipales ont porté leurs efforts vers l’établissement public de santé mentale de la Marne et plus particulièrement en direction de l’unité pour malades difficiles.

    Six fois par an, deux bibliothécaires se déplacent avec une sélection de documents pour échanger avec les patients et les encadrants sur une thématique. Ces ateliers durent près de 1 heure 30.

    Objectif : susciter le goût de la lecture pour les patients. « L’adhésion des patients est très forte. Les bibliothécaires sont connus et attendus. L’interaction avec le public est au cœur de cette action », expliquent les bibliothécaires.

    enlightenedLire aussi : Entrez dans les coulisses des bibliothèques productrices de vidéos !

    En prison, participer à la gestion des collections

    Le volet carcéral n’est pas oublié. Selon une étude effectuée en 2007 par l’administration pénitentiaire, 95 % des établissements pénitentiaires possèdent une bibliothèque. Celles-ci occupent une surface de 43 m² en moyenne et 40 % possèdent un fonds d’au moins 4 000 documents.

    Le « Guide du détenu arrivant » rappelle les règles du jeu : accès libre à la bibliothèque, possibilité de participer à la gestion des collections… « Vous êtes responsable des livres empruntés à la bibliothèque. En cas de dégradation, on peut vous demander de rembourser le livre », précise le guide.

    En prison aussi, des associations peuvent intervenir pour proposer des actions en complément des collections mises à disposition des détenus : ateliers d’écriture, cercles de lecture, rencontres avec des écrivains…

    En région parisienne, l’association Lire c’est vivre gère et anime les 10 bibliothèques de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis et du centre de semi-liberté de Corbeil-Essonnes.

    À tous ces publics empêchés, les bibliothèques poursuivent leur objectif : « ouvrir une fenêtre sur l’extérieur… »

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Ged-collaboratives
    À la Ged, les documents, et aux métiers, le collaboratif ? Un peu comme s’il y avait un partage entre back office et front office... Cependant, on demande souvent bien plus à une Ged que de s’en tenir à l’acquisition, au classement et l’exploitation des documents numériques, via des workflows. Inversement, on ne peut figurer un travail collaboratif se passant totalement d’un appui sur des documents. Dès lors, entre Ged et collaboration, à chacun de placer le curseur selon ses usages et ses besoins. Du côté des éditeurs, des fonctionnalités collaboratives sont ajoutées aux solutions. Et l’on peut découvrir sur le terrain les avantages que les professionnels peuvent en obtenir.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité