Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comment évaluer une veille en collaboration avec les scientifiques ?

  • veille_collaboration_scientifiques.jpg

    veille-collaboration-scientifique
    Cette collaboration entre veilleurs et scientifiques prévaut tout au long du cycle de veille : définition des objectifs, repérage des sources, collecte, analyse et diffusion. (Photo d'illustration @wavebreakmedia_micro/Freepik)
  • A l’Institut national de santé publique du Québec, les professionnels de l’information travaillent de concert avec les scientifiques pour évaluer la pertinence du dispositif de veille.

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez Le Push du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour les professionnel(le)s de la veille !


    Sommaire du dossier :


    La question de l’évaluation d’un dispositif de veille se pose également outre-Atlantique. Au Canada, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a décidé de procéder à la révision de ses activités en matière de veille scientifique.

    Cette décision a été prise à la suite de la grippe A (H1N1) qui s’était répandue dans le monde entre 2009 et 2010. Objectif : améliorer la collecte d’informations sur la pandémie.

    enlightenedLire aussi : Quels outils choisir pour mener une veille collaborative ?

    Évaluation des veilles et des produits de veille

    « Deux types d’évaluations sont couramment effectués à l’Institut : un qui s’applique à toutes les veilles, et un qui concerne les produits de veille », expliquent Julien Chevrier et Mahée Lacourse dans un retour d’expérience particulièrement bien documenté (La veille à l’INSPQ : une coconstruction fructueuse, Documentation et bibliothèques, 2020) ; « la phase d’évaluation est réalisée de façon ponctuelle, à au moins une reprise dans les premiers mois d’activité de la cellule de veille et, par la suite, sur une base plus ou moins régulière ou au besoin ».

    L’équipe en charge de cette évaluation s’est posé des questions méthodologiques : la stratégie de recherche dans les bases de données est-elle trop large ou, au contraire, trop restrictive ?

    « Certaines sources identifiées lors du repérage peuvent s’avérer inutiles ou d’autres sources être manquantes. De même, les critères de tri ou l’organisation de l’information consignée peuvent devoir être revus. Cette évaluation est habituellement réalisée conjointement par le bibliothécaire et le conseiller scientifique. À l’INSPQ, il est entendu que le veilleur peut demander à tout moment au professionnel de l’information des ajustements au dispositif de veille ».

    enlightenedLire aussi : La veille scientifique au service de l’innovation

    Bordereau de veille

    Cette coopération entre veilleurs et clients finaux va prévaloir tout au long du cycle de veille : définition des objectifs, repérage des sources, collecte, analyse et diffusion.

    Pour la définition des objectifs, l’équipe documentaire de l’INSPQ a créé un bordereau de veille sous forme de tableur en ligne et enrichi de plusieurs onglets. Le premier de ces onglets concerne les acteurs associés au projet de veille : le responsable de la veille, les autres personnes impliquées, les requérants, le bibliothécaire responsable du dossier, le sujet et les objectifs de la veille, le type de produit souhaité…

    « Le lien vers ce bordereau est habituellement envoyé au conseiller scientifique responsable du projet pour qu’il le remplisse avant la première rencontre. À la suite de l’entrevue de référence officielle qui permet de clarifier certains de ces aspects, le bibliothécaire y ajoute les informations manquantes ».

    D’autres onglets sont dédiés aux sources : sites d’actualité, revues scientifiques, bases de données, lettres d’information, littérature grise produite par les organisations.

    Ce premier travail a ensuite donné lieu à une collaboration entre les veilleurs - ici les bibliothécaires de l’INSPQ - et le conseiller scientifique responsable du projet. Ce dernier est invité à signaler les sources les plus pertinentes. Les deux parties mettent alors en place une stratégie de recherche initiale. L’agrégateur Inoreader a été retenu pour diffuser la collecte sous forme de flux RSS.

    enlightenedLire aussi : La veille collaborative : l'avenir de la veille en entreprise ?

    Mesurer la précision du système de veille

    « L’appréciation du dispositif de veille demeure assez subjective puisqu’elle est basée sur le retour d’expérience du conseiller scientifique », expliquent les deux auteurs ; « il est néanmoins possible de demander aux veilleurs d’attribuer aux intrants de la veille une étiquette déterminant si ceux-ci sont pertinents ou non, de manière à pouvoir mesurer la précision du système de veille pour ensuite l’ajuster. En ce qui concerne l’appréciation du produit de veille par les requérants, une évaluation plus formelle peut être effectuée en fonction du type d’outil utilisé pour la diffusion ».

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    veille-evaluer-redeployer
    Une veille est installée, elle est en accord avec la stratégie et les besoins exprimés pour les projets en cours. Mais elle peut s’essouffler (baisse des remontées d’informations, baisse d’efficacité pour les usagers…) ou être confrontée à un nouvel événement qui la remet en question. Il est donc temps de faire un bilan pour l’évaluer et définir comment la redéployer.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.

    Veille 2020.PNG