Vidéo : les actes de cession de droit d'auteur

Troisième vidéo de notre série consacrée au droit de l'information : les actes de cession de droit d'auteur. Découvrez quelles conditions doivent remplir un acte de cession pour être valide : un accord verbal suffit-il ou doit-il être constaté par écrit ? Et quelles mentions doit-il comporter pour être conforme aux exigences de la propriété intellectuelle ? Toutes les réponses dans cette vidéo de 5 minutes.

Temps de lecture : 9 minutes

Visionnez toutes les vidéos de notre série consacrée au droit de l'information :


gp67.jpgVous souhaitez en savoir plus sur le droit d'auteur et le droit de l'information ?

Retrouvez l'intégralité de cet article écrit par le consultant et formateur en droit de l'information Didier Frochot dans le guide pratique d'Archimag Droit de l'information - 5e édition.

Ressource idéale pour les professionnels de l'information qui ne disposent pas d'une formation de juriste, il est complet et a été réalisé avec différents avocats, juristes et spécialistes. Il contient de nombreux conseils pratiques et avertissements pour se mettre à jour sur toutes les questions juridiques liées à internet et au numérique, ainsi que sur les nouvelles législations françaises et européennes.

>>> Je découvre le sommaire <<<


Il est de plus en plus faux de croire qu'un simple accord verbal d'un auteur suffit à permettre d'exploiter l'œuvre de celui-ci en toute licéité. La législation évolue en effet dans le sens de l'exigence d'une trace écrite de cette cession de droits.

Et la cession de droits d'auteur doit impérativement comporter un certain nombre de mentions prévues par la loi, sans lesquelles l'acte serait nul.

Toutes les fois où un diffuseur veut se faire céder des droits de la part de l’auteur pour exploiter une ou plusieurs de ses œuvres, il doit recourir à un acte de cession de droits d’exploitation, lequel doit impérativement se conformer aux exigences du Code de la propriété intellectuelle (CPI).

Cession de droit : un acte écrit est nécessaire

Il résulte de l’application combinée des articles L.131-2 et surtout L.131-3 al.1er du CPI qu’un écrit est nécessaire pour constater une cession de droits d’exploitation. Il peut en outre se révéler utile pour prouver la consistance de la cession des droits en cas de contestation.

En revanche le Code n’impose pas qu’il s’agisse d’un contrat puisque l’art. L.131-3 évoque un acte de cession. En cas de cession bénévole, un acte unilatéral n’engageant que l’auteur, comme une lettre signée de lui peut donc être parfaitement valide, à condition que les mentions exigées par le Code soient présentes.

La loi "Création, architecture et patrimoine", du 7 juillet 2016 a inséré un nouvel alinéa 2 à l'article L.131-2 rendant obligatoire la rédaction d'un écrit pour constater toute transmission de droit d'auteur.

Les formes de l’écrit pour céder des droits d'auteur

L'art. L.131-2 CPI renvoie aux articles 1359 à 1352 du Code civil sur les moyens de preuve. Deux cas de figure s’appliquent.

...


gp67.jpgVous avez lu 15 % de cet article sur les actes de cession de droit d'auteur !

Retrouvez l'intégralité de cet article écrit par le consultant et formateur en droit de l'information Didier Frochot dans le guide pratique d'Archimag Droit de l'information - 5e édition.

Ressource idéale pour les professionnels de l'information qui ne disposent pas d'une formation de juriste, il est complet et a été réalisé avec différents avocats, juristes et spécialistes. Il contient de nombreux conseils pratiques et avertissements pour se mettre à jour sur toutes les questions juridiques liées à internet et au numérique, ainsi que sur les nouvelles législations françaises et européennes.

>>> Je découvre le sommaire <<<


 

Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
droit-information
Gouvernance de l’information, données personnelles, propriété intellectuelle… Le droit de l’information est omniprésent. Les textes de référence peuvent être anciens ; parallèlement, internet et le numérique conduisent à une production importante de nouvelles législations françaises ou européennes. Les nouvelles questions juridiques sont pléthore : protection des données à caractère personnel (RGPD), réforme du droit d’auteur, text et data mining, blockchain… Avec la legaltech, l’industrie du droit est en plein renouvellement. Ce guide pratique décrypte toutes ces questions, permettant aux organisations de se mettre à jour et aux documentalistes d’assurer une veille juridique complète. Pour ces professionnels, de nombreux développements sont consacrés aux questions découlant du respect du droit d’auteur - jusqu’à celle du scraping de données -, véritable pivot juridique de la pratique documentaire. Sont aussi abordés des sujets de droit propres au document numérique : preuve, copie, signature, lettre recommandée, coffre-fort... Avocats, juristes et spécialistes interviennent dans cette cinquième édition et délivrent avertissements et conseils pratiques.
Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
À lire sur Archimag
Le chiffre du jour
4
C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
Publicité