Article réservé aux abonnés Archimag.com

Dématérialisation des autorisations d’urbanisme : comment s'y préparer ?

  • dematerialisation_urbanisme_autorisation.jpg

    dematerialisation-urbanisme-autorisation
    La dématérialisation des demandes d'autorisation d'urbanisme sera obligatoire pour des milliers de communes à partir du 1er janvier 2022. Comment s'y prendre ? (Freepik/@rawpixel.com)
  • À partir du 1er janvier 2022, les communes de plus de 3 500 habitants, soit 32 000 communes au total, devront mettre à disposition une procédure spécifique de réception et d’instruction, sous forme dématérialisée, des demandes d’autorisation d’urbanisme. Pour se préparer à la dématérialisation, mieux vaut avoir un plan !

    Temps de lecture : 4 minutes

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux projets de transformation numérique. 

    La dématérialisation des autorisations d’urbanisme repose sur une obligation réglementaire issue de deux principaux textes juridiques :

    • d’une part, l’article L. 112-8 relatif à la saisine par voie électronique (SVE) permettant aux usagers de saisir l’administration (État et collectivités territoriales) de manière dématérialisée, selon les modalités mises en œuvre par celle-ci (mail, portail, formulaires…) ;
    • d’autre part, l’article L 423-3 de la loi ELAN en définissant l’obligation et fixant la date d’échéance au 1er janvier 2022.

    enlightenedLire aussi : Les 14 normes et référentiels de la dématérialisation à connaître absolument

    3 types de demandes d’autorisation d’urbanisme (DAU)

    Cette dématérialisation des demandes d’autorisation d’urbanisme (DAU) englobe trois types de demandes, à savoir :

    • la construction
    • l’aménagement
    • la démolition.

    De par le nombre important de typologies documentaires concernées, d’étapes liées au traitement et d’acteurs intervenant sur la procédure, les projets de dématérialisation des droits des sols révèlent un niveau certain de complexité. De quoi engendrer nécessairement des évolutions d’outils et de pratiques dans l’instruction des demandes.

    Les objectifs, pour les collectivités et l’État, sont de créer et déployer un système de dématérialisation des AU cohérent, mutualisable, interopérable et sécurisé.

    L’urbanisme s’annonce donc comme un sujet de premier plan dans le cadre des projets de dématérialisation des systèmes d’information des collectivités.

    enlightenedLire aussi : Paris, ville la plus numérique de France

    Les étapes du processus de demande d’autorisation d’urbanisme

    La phase préalable, prérequis essentiel de tout projet de dématérialisation, consiste à étudier de façon complète les étapes et modalités de traitement du processus de demande d’autorisation d’urbanisme.

    Ce processus se décompose en plusieurs grandes étapes, de la constitution du dossier jusqu’à son archivage.

    demande-autorisation-urbanisme-etapes-processus

    autorisation-urbanisme-chaine-traitement

    enlightenedLire aussi : Quand dématérialisation rime avec anticipation

    Questionnements multiples

    Parallèlement, cette approche amène à s’intéresser à différentes thématiques, sources de questionnements :

    • 1. Les typologies documentaires concernées

    Pour rappel, la dématérialisation de la DAU concerne les dossiers de permis de construire, d’aménager, de démolir. Ces derniers sont composés de formulaires, plans, photographies, déclaration d’ouverture de chantier, déclaration attestant l’achèvement et la conformité des travaux, procès-verbal d’infraction, arrêté accordant l’autorisation, etc.

    Dans le cadre de l’instruction et de la conservation, il convient de s’intéresser aux types de métadonnées associées à chaque typologie documentaire. Ces documents nécessitent-ils des actions de validation, notification, signature ? Comment ces actions sont-elles effectuées aujourd’hui ?

    enlightenedLire aussi : Le défi des communes en 2020 : faire rimer dématérialisation avec inclusion

    • 2. Les applicatifs utilisés

    L’État développe, à destination des collectivités, la suite XX’AU. Elle est composée de :

    • un portail, AD’AU (assistance aux demandes d’autorisation d’urbanisme) : à destination du pétitionnaire, il lui permet de constituer sa demande en ligne ;
    • un espace d’échange entre l’usager, la commune et le service instructeur, RIE’AU (réception, information et échanges des autorisations d’urbanisme) : il est dédié aux communes non compétentes (RNU) ou aux demandes d’autorisations d’urbanisme instruites par les services de l’État ;
    • une plateforme d’échange et de partage, PLAT’AU (plateforme des autorisations d’urbanisme) : les systèmes des collectivités doivent se connecter à cette plateforme afin de permettre l’accès aux dossiers par l’ensemble des acteurs concernés dans le cadre de l’instruction.

    Les collectivités et leurs services instructeurs conservent leurs propres outils et systèmes d’information afin d’instruire les demandes d’autorisation d’urbanisme.

    Ces outils doivent être en capacité de se connecter aux différentes plateformes d’échange afin d’accéder aux dossiers.

    enlightenedLire aussi : Service public : vers le 100 % dématérialisé

    • 3. Les acteurs

    Les acteurs peuvent être multiples : jusqu’à quarante intervenants sur une procédure !

    À quelles étapes de la chaîne interviennent-ils ? Comment assurer les modes de transmission en prenant en compte leurs outils ?

    • 4. Les modalités de conservation et d’archivage

    Ici, deux aspects sont à considérer :

    • d’une part, la conservation courante dans le cadre de l’instruction du dossier ; il s’agit de considérer l’accès aux services instructeurs, la durée de conservation, les métadonnées exploitables, les formats assurant la lisibilité des documents ;
    • d’autre part, l’archivage des dossiers dans des espaces de conservation adaptés (système d’archivage électronique) et sécurisés.

    enlightenedLire aussi : La dématérialisation au ministère de la Culture : une approche globale

    Il est également important de rappeler qu’il sera toujours possible pour l’usager de déposer sa demande au format papier, engendrant la coexistence d’une double filière papier et numérique. Pour les dossiers déposés sous format physique, une numérisation du dossier sera nécessaire.

    Dématérialisation dans l’urbanisme ou la construction : d’autres échéances

    Les demandes d’autorisation d’urbanisme ne constituent pas l’unique sujet d’actualité de la dématérialisation dans le domaine de l’urbanisme ou de la construction. En effet, on note également :

    • la dématérialisation des déclarations d’intentions d’aliéner (réception des DIA, exercice pour les communes de leurs droits de préemption) : échéance au 1er janvier 2022 ;
    • la modélisation des données du bâtiment (BIM) : le Plan BIM 2022 entend généraliser l’utilisation du numérique dans le bâtiment d’ici 2022 (conception, visualisation, collaboration) ;
    • le géoportail de l’urbanisme, pour la consultation des documents d’urbanisme ou l’analyse de l’occupation des sols : il est en cours de déploiement (1).

    enlightenedLire aussi : Dématérialisation des services publics : depuis Twitter, Cédric O envisage de "réintroduire de l'humain"

    L’exemple de la ville de Paris

    urbanisme-ville-parisLa ville de Paris a mis en place, depuis le 1er avril 2019, un service de dématérialisation des demandes d’urbanisme, accessible directement sur son site.

    Ces services permettent d’informer les usagers en amont, de déposer l’ensemble des pièces constituant le dossier, de suivre l’avancée de l’instruction, de déclarer son chantier ou encore de consulter une décision.


    Olivier Mollet
    Consultant Serda Conseil

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    patrimoine-numerisation
    Les archives ont encore de beaux projets de numérisation devant elles ! En effet, on trouve toujours sous forme papier ici des fonds anciens ou contemporains à fort intérêt patrimonial, là des documents qu’il est utile de mettre à disposition sous forme dématérialisée ou qui pourraient ainsi connaître une seconde vie - entendez régénérer de la valeur. Ce dossier rappelle le long engagement des institutions culturelles en France en faveur de la numérisation. Elles restent toujours actives sur ce front, tandis que le secteur privé connaît lui aussi des opérations d’ampleur. Trois exemples viennent l’illustrer.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.

    supplement-confiance-numerique-270500.png