Article réservé aux abonnés Archimag.com

Numérique et dématérialisation au service des métiers de la justice

  • dematerialisation-aide-justice-france.jpg

    justice-administration-numerisation-dematerialisation
    1,3 million de procédures de justice ont déjà été dématérialisées grâce à la Procédure Pénale Numérique. (Kstudio/Freepik)
  • En quelques années, les technologies numériques ont progressivement investi le terrain de la justice. De la Procédure Pénale Numérique (PPN) à la dématérialisation du casier judiciaire, le droit se pratique (et se consulte) désormais en quelques clics.

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation.


    Au sommaire :


    24,2 millions d’euros. C’est le montant de l’enveloppe dédiée à la dématérialisation de la procédure pénale. Le programme PPN (Procédure Pénale Numérique) vise à dématérialiser l’ensemble des actes de la prise de plaintes jusqu’à l’archivage de la décision, en passant par le jugement et toutes les phases judiciaires. Résultat : ce sont près de 4 000 tonnes de procédures papier qui ne seront plus utilisées.

    Surtout, la PPN génère un gain de temps considérable pour les acteurs du droit. Les procédures de plainte sont désormais signées électroniquement et transmises au tribunal où, là aussi, elles sont traitées de façon numérique.

    "Pour nous, greffiers, certaines tâches ont disparu", explique Lionel Bastien, greffier des services judiciaires auprès du tribunal judiciaire d’Épinal (88). "Là où il y avait auparavant quatre étapes de traitement (réception, compostage, vérification, classement), il n’y a désormais plus que celle de la vérification".

    La fluidité des échanges se joue également lors des audiences. "La PPN permet la création d’audiences entièrement numériques. C’est un gain de temps pour tout le monde : le greffe, les avocats, et évidemment le tribunal. Ce gain de temps, on le retrouve également pour le justiciable. Au final, c’est une justice qui est rendue dans de meilleures conditions", estime Frédéric Nahon, procureur de la République.

    Consulter en ligne l’état d’avancement d’une procédure pénale

    Les avocats, de leur côté, peuvent accéder instantanément aux pièces numériques du dossier. Pour les policiers et gendarmes, cette procédure dématérialisée garantit une suppression des copies de leurs actes de procédures. Résultat : 1,3 million de procédures de justice ont déjà été dématérialisées grâce à la Procédure Pénale Numérique.

    Lire aussi : Pour Eric Dupond-Moretti, une justice entièrement dématérialisée est possible

    En l’espace de quelques années, la Justice a investi les territoires du numérique pour mieux se rapprocher des citoyens. Depuis 2021, tout justiciable peut saisir la justice en ligne, depuis le site justice.fr, pour certaines procédures : les requêtes en cours de mesure de protection des majeurs devant le juge des tutelles et pour les constitutions de partie civile par voie d’intervention, par exemple.

    La saisine en ligne est également possible pour les requêtes devant le juge aux affaires familiales (JAF). Et depuis le 15 novembre 2021, tout justiciable peut consulter en ligne l’état d’avancement d’une procédure pénale qui le concerne.

    Astrea, le casier judiciaire national dématérialisé

    Comme d’autres institutions, le ministère de la Justice a également lancé son application justice.fr, disponible sur Google Play et l’App Store. Elle permet notamment de trouver un tribunal ou un point-justice à proximité, ou encore de s’informer sur ses droits et démarches grâce à des milliers de fiches thématiques issues de service-public.fr.

    Les utilisateurs peuvent également y recourir pour calculer leurs droits dans les cas d’aide juridictionnelle, de pension alimentaire ou de saisie sur salaire. Autre fonctionnalité utile pour les justiciables, des annuaires des professionnels du droit (avocats, huissiers, notaires, conciliateurs) y sont présentés pour les accompagner dans leurs démarches.

    La dématérialisation du casier judiciaire est également progressivement entrée dans les mœurs. Pour la seule année 2017, 16,3 millions de bulletins du casier judiciaire national ont été demandés, dont 3,3 millions de bulletins n° 3, délivrés par voie postale. Le programme Astrea vise à dématérialiser la délivrance de tous les bulletins du casier judiciaire national, et à les rendre accessibles 24 h/24 et 7j/7.

    Lire aussi : L'open data des décisions de justice provoque une controverse entre le GFII et la société Predictice

    Bonne nouvelle : depuis 2018, les citoyens peuvent non seulement demander un bulletin en ligne, mais ils peuvent également télécharger une version numérique de leur bulletin n° 3 (si ce bulletin est néant) et ce de manière sécurisée, en quelques clics.

    "À terme, tous les bulletins (B1, B2 et B3) des personnes physiques et morales, quelles que soient leurs données, seront entièrement numériques", précise le ministère de la Justice.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    IA-nouvelles-technos-service-public
    Amélioration de la gestion des ressources, simplification des démarches administratives, automatisation de tâches répétitives, renseignement des citoyens… L’IA et les nouvelles technologies ont ouvert de nouvelles perspectives au service public. Mais quels sont leurs enjeux éthiques et sociétaux ainsi que leurs applications concrètes dans les domaines de la justice, de la lutte contre la fraude, de la cybersécurité et de la gestion de la relation citoyen?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png