Article réservé aux abonnés Archimag.com

Gestion de la relation citoyen : Montrouge, plus proche de ses usagers grâce à une application

  • gestion-relation-citoyen-montrouge.jpg

    gestion-relation-citoyen-ville-montrouge
    La ville de Montrouge utilisent les nouvelles technologies pour améliorent le service rendu aux habitants, sans pour autant délaisser le contact humain. (Canva)
  • Certaines collectivités ont recours aux nouvelles technologies pour faciliter leurs échanges avec les habitants et leur offrir des services en ligne. C’est le cas de la mairie de Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, qui a fait appel à une solution de gestion de la relation citoyen (GRC) pour informer ses usagers et à améliorer leur quotidien.

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation.


    Au sommaire :


    Les outils dédiés à l’amélioration du service public ne cessent de s’améliorer. Pour les collectivités, des plateformes se sont développées afin d’offrir un guichet d’information supplémentaire à leurs habitants, accessibles tous les jours et à toute heure, depuis chez eux et sans temps d’attente. À la demande de ses usagers, la mairie de Montrouge (Hauts-de-Seine) lance sa propre application dès 2018 : Montrouge Direct.

    "Les habitants souhaitaient plus de liens avec la mairie", explique Camille Genco, directrice de la démocratie participative et de la communication numérique à la ville de Montrouge.

    À l’aide de l’application, les citoyens peuvent suivre l’actualité de leur ville et ont accès à diverses fonctionnalités leur permettant notamment de prévenir la mairie en cas d’incident. "Les signalements peuvent aller d’une dégradation de l’espace vert à un problème sur une borne de vélo", précise Camille Genco.

    Centraliser la gestion des demandes citoyennes

    Au départ, l’application de la mairie de Montrouge repose sur la solution développée par Lumiplan. "Nous avons très vite perçu les limites de la plateforme", reconnaît Camille Genco. "Nous devions constamment faire appel au prestataire pour mettre à jour une fonctionnalité".

    L’équipe municipale se tourne finalement vers Citopia, spécialisé dans la gestion de projets numériques pour les collectivités. Sa solution GRC360 centralise la gestion des demandes citoyennes reçues depuis tous les canaux (e-mail, téléphone, courrier ou via un portail de démarches en ligne).

    Lire aussi : Mathieu Vidal : "Le numérique doit être un levier d’amélioration des services aux publics"

    À la clé : traçabilité des échanges et automatisation des processus de traitement des demandes. Au sein de la mairie de Montrouge, c’est la liberté offerte pour la personnaliser l’outil et le mettre à jour qui a convaincu l’équipe.

    En janvier 2023, la mairie de la ville décide d’actualiser les fonctionnalités de son application. Elle se penche notamment sur la problématique des places de stationnement. "Nous avons remarqué que lorsque toutes les places de l’espace public étaient saturées, celles en souterrain restaient disponibles", se souvient Camille Genco.

    L’application s’enrichit alors d’un nouveau service : informer en temps réel sur toutes les places disponibles dans la ville. "Cette fonctionnalité met en lumière une information qui n’est pas forcément connue par les habitants", appuie Christelle Maupetit, responsable presse de la ville de Montrouge.

    D’autres fonctionnalités, tout aussi pratiques, sont imaginées, comme la localisation des toilettes publiques ou des fontaines à eau. "Les habitants peuvent également vérifier en temps réel où se situent les bornes de vélos et si elles sont disponibles", ajoute Camille Genco.

    Lire aussi : Service public : un nouveau site pour mieux accompagner les démarches administratives en ligne

    Ne pas délaisser le contact humain

    La mairie de la ville souhaite que les nouvelles technologies améliorent le service rendu aux habitants, sans pour autant délaisser le contact humain. "Nous organisons encore des réunions en présentiel, comme les comités de quartier et les balades urbaines (lorsque le maire donne rendez-vous aux habitants d’un quartier afin d’échanger avec eux)", affirme Christelle Maupetit. "Nous ne passerons jamais au tout numérique", insiste-t-elle. "Les échanges et la proximité restent les priorités."

    Pour l’instant, l’heure est à la promotion de son application. Car si les habitants s’en disent très satisfaits, une minorité s’en sert au quotidien : seuls 1 500 téléchargements ont été dénombrés sur les près de 49 000 habitants que compte la ville. "Nous communiquons au maximum sur la plateforme afin de centraliser à l’avenir toutes les informations sur un seul et même canal", espère Christelle Maupetit.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    IA-nouvelles-technos-service-public
    Amélioration de la gestion des ressources, simplification des démarches administratives, automatisation de tâches répétitives, renseignement des citoyens… L’IA et les nouvelles technologies ont ouvert de nouvelles perspectives au service public. Mais quels sont leurs enjeux éthiques et sociétaux ainsi que leurs applications concrètes dans les domaines de la justice, de la lutte contre la fraude, de la cybersécurité et de la gestion de la relation citoyen?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.