Article réservé aux abonnés Archimag.com

Digital workplace : le télétravail en mieux

  • digital_workplace_teletravail_mieux.jpg

    digital-workplace-teletravail-mobilite-entreprise
    La digital workplace, environnement de travail centré sur les besoins de l’utilisateur et ouvert au collaboratif, est idéale en télétravail ou en mobilité, mais aussi au quotidien en entreprise. (©elenabs / iStock)
  • Avec la crise sanitaire du Covid-19 et les confinements, beaucoup ont expérimenté le télétravail ou s’y sont plongé à forte dose. Les privilégiés disposaient d’une digital workplace, environnement de travail centré sur les besoins de l’utilisateur et ouvert au collaboratif. Cependant cette technologie est bien sûr aussi d’usage permanent en entreprise ou en mobilité. Ce que nombre de collaborateurs réclament désormais.
    Attention, elle n’est pas sans limites, comme le souligne la chercheuse Myriam Lewkowicz, notamment au regard de la gestion des connaissances. Mais quelle est la technologie à l’œuvre ? Qu’en pensent les utilisateurs ? Pour Arnaud Rayrole, de Lecko, on s’oriente vers un nouveau mode de structure, l’entreprise distribuée, un challenge pour l’organisation et le management. Découvrez notre dossier complet !

    Temps de lecture : 6 minutes


    Sommaire du dossier :


    digital-workplace-barrosMoins de quatre mois auront suffi pour faire basculer une partie des Français dans le télétravail. D’abord au mois de décembre 2019 pendant lequel les grèves ont poussé des millions de salariés et d’agents de l’État à travailler depuis leur domicile ; et surtout pendant les deux mois du premier confinement.

    Du 17 mars au 11 mai 2020, au plus fort de la crise sanitaire du Covid-19, on estime qu’environ cinq millions de personnes ont assuré leur mission à distance.

    enlightenedLire aussi : Digital workplace et mode collaboratif : un guide complet pour lancer son projet

    Un nouvel environnement de travail

    Cela aurait-il été possible il y a dix ans ? C’est peu probable et certainement pas dans les mêmes proportions. Ni les infrastructures, ni les outils n’auraient permis ce passage au télétravail à l’échelle d’un pays tout entier.

    Parmi les outils mis à disposition des salariés, les digital workplaces (environnements numériques de travail) ont montré toute leur utilité.

    En unifiant les outils de communication de l’entreprise (courriel, messagerie instantanée, réseaux sociaux d’entreprise…) ainsi que sa gestion documentaire (documents de travail, espaces de travail collaboratifs…) et des applications métier plus spécifiques, la digital workplace fait figure d’outil incontournable à l’heure où le travail à distance se répand dans les organisations.

    En quelques années, le concept est devenu un sujet de discussion récurrent dans le monde du travail.

    enlightenedLire aussi : Digital workplace : une cote d’amour en hausse

    Qu'est-ce qu'une digital workplace ?

    Encore faut-il s’entendre sur ce qu’est une digital workplace.

    « Il y a plusieurs définitions selon les fournisseurs d’applications », constate Vincent Bouthors PDG et cofondateur de l’éditeur Jalios ; « mais je pense que la meilleure définition, c’est de dire qu’une digital workplace est l’ensemble des outils informatiques que l’on met à disposition des collaborateurs. Cela veut donc dire qu’une digital workplace doit donner accès à l’ensemble de ces outils, mais de manière fédérée et combinée. Cela passe par des applications métier, des applications qui touchent à l’apprentissage, mais aussi à la communication, à la collaboration, etc. »

    enlightenedLire aussi : Digital workplace : la révolution

    De la Ged à la digital workplace

    Ajoutons un point important : une digital workplace ne s’utilise pas seulement en situation de télétravail. Elle trouve parfaitement sa place en période de production normale où les collaborateurs retrouvent leur documentation et les applications nécessaires à leur activité y compris sur leur lieu de travail.  

    Un célèbre opérateur téléphonique a ainsi abandonné un logiciel de gestion électronique de documents (Ged) jugé obsolète au profit d’une digital workplace qui rassemble aujourd’hui près de 4 000 personnes exerçant, pour l’essentiel, des fonctions commerciales.

    À leur disposition, un corpus documentaire d’environ 5 000 pièces accessibles en ligne. Le choix de cette digital workplace obéit à une double demande : mettre en œuvre une plateforme intuitive et travailler en mode collaboratif sur un seul et même outil.

    Résultat : la prise en main de l’outil s’est faite en quelques heures sans avoir besoin de recourir à une politique d’accompagnement au changement. Et, à l’usage, ce sont près de 1 300 collaborateurs (en moyenne) qui se connectent chaque jour. Une cinquantaine d’espaces privés ont été créés par les différentes unités de l’opérateur téléphonique.  

    D’autres organisations s’orientent vers les digital workplaces pour mieux remplacer un vieil intranet rendu caduc au fil du temps. Entre autres pour dire adieu à une interface qui rebuterait jusqu’aux informaticiens nord-coréens les plus téméraires.

    enlightenedLire aussi : Plateforme cloud vs digital workplace : quelles différences ?

    Répondre aux besoins opérationnels

    La crise sanitaire du Covid-19 et les confinements joueront-ils un rôle d’accélérateur dans l’adoption de solutions de digital workplace ? C’est fort probable.

    Selon une étude réalisée par Serda pour Jalios auprès de 105 organisations aux mois de mai et juin 2020, 57 % des personnes interrogées reconnaissent que, depuis le confinement, leur regard et leur opinion sur la digital workplace a évolué de manière positive.

    Le reste du panel déclare que les deux mois du premier confinement n’ont pas eu d’incidence majeure sur leur façon d’appréhender le sujet car ils avaient déjà une opinion positive de ces outils auparavant !

    Mais ces solutions sont-elles en mesure de répondre aux besoins opérationnels des organisations ? Parmi leurs attentes, les personnes interrogées citent en priorité la possibilité de travailler en tout lieu et en toutes circonstances (45 %), puis l’optimisation de la productivité individuelle ou collective (37 %).

    enlightenedLire aussi : Digital & Collaboratif, vos deux leviers de sortie de crise

    Collaboration et accès à l'information

    Viennent ensuite une meilleure organisation de la collaboration (29 %), l’amélioration de la communication interne (24 %) et le partage des savoirs (24 %).

    Ce dernier point mérite une attention particulière. L’amélioration de l’accès aux savoirs de l’entreprise est en effet un vieux serpent de mer de l’ingénierie documentaire. Il suffit de fréquenter les salons professionnels (Documation, par exemple) pour entendre cette doléance récurrente : les usagers demandent une simplification de l’accès aux gisements d’information dispersés parmi les messageries, les applis métier et les dossiers rangés dans une base documentaire à l’arborescence incertaine…

    enlightenedLire aussi : Digital Workplace : comment réussir son projet ?

    10 000 "documents essentiels" accessibles en mode déconnecté pour les médecins de MSF

    Médecins sans Frontières France (MSF) fait partie de ces organisations qui ont fait le choix de migrer vers une digital workplace. Avec 3 000 salariés dont 800 sont dispersés sur des terrains en tension (Yémen, Gaza, Soudan du Sud…), l’association humanitaire s’est dotée d’une plateforme capable de répondre à un premier impératif : être accessible depuis n’importe quel endroit dans le monde.

    Second impératif : être en mesure de gérer le patrimoine documentaire de Médecins sans Frontières composé de 750 000 documents (soit l’équivalent de 1 To de données).

    Le choix de MSF s’est porté sur une solution de Jalios couplée avec l’expertise de Klee Group. Aujourd’hui en vitesse de croisière, cette digital workplace héberge plus 180 espaces de travail et est interopérable avec la suite bureautique Office 365.

    enlightened​​​​​​​Lire aussi : Un livre blanc pour tout savoir du travail collaboratif et de la digital workplace

    Des développements spécifiques ont été demandés par MSF notamment en matière de gestion documentaire. Un corpus de 10 000 « documents essentiels » a été créé pour répondre aux besoins des médecins de l’association qu’ils soient au siège parisien ou sur le terrain. Pour accéder à cette bibliothèque, les utilisateurs disposent d’un moteur de recherche créé selon les besoins de MSF avec notamment une suggestion de termes. Les résultats de recherche sont présentés avec une notice détaillée sur laquelle figurent un certain nombre d’informations utiles pour une association de ce genre, notamment la langue de travail du document.

    Autre demande importante de la part de Médecins sans Frontières, une partie des fonctionnalités de l’outil est accessible en mode déconnecté : très utile pour les équipes présentes dans des régions où les connexions internet posent problème. Ce mode déconnecté est notamment utilisé pour accéder à la bibliothèque des 10 000 documents essentiels.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    digital-workplace-teletravail
    Avec le récent confinement, beaucoup ont expérimenté le télétravail ou s’y sont plongés à forte dose. Les privilégiés disposaient d’une digital workplace, environnement de travail centré sur les besoins de l’utilisateur et ouvert au collaboratif. Cependant cette technologie est bien sûr aussi d’usage permanent en entreprise ou en mobilité.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    efficacite_professionnelle_2022_couv.png