Article réservé aux abonnés Archimag.com

Les professionnels de la veille face à Google : le piège cognitif ?

  • veilleur-google-piege-cognitif.jpg

    veille-google-piege-cognitif
    L’analyse des pratiques et de la perception de Google-Alphabet nous montre que les professionnels de la veille sont dans une situation difficile que l’on pourrait appeler un piège cognitif. (Pixabay/geralt)
  • En l’espace de 30 ans, la révolution numérique a bouleversé nos pratiques de recherche d’informations. Entre les méthodes des années 90, date du rapport Martre, et les pratiques actuelles, il y a eu des changements majeurs. Un des changements les plus notables est sans doute la place prise par le moteur de recherche Google dans nos pratiques de recherche d’informations. Mais comment les professionnels de la veille ont-ils intégré, accepté ou non, cette intermédiation de Google ? Quelles sont les attitudes des professionnels de l’information face à Google ? Pour analyser leur positionnement, j’ai proposé à trente professionnels de la veille de répondre à un questionnaire ouvert, et j’ai mis en place un questionnaire en ligne renseignée par plus de trois cents professionnels. Voici un état des lieux des réponses. 

    mail Découvrez Le Push du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels de la veille et de la documentation !

    Veilleurs : 3 positions face à Google 

    • Une partie des répondants affichent une satisfaction totale et assumée et utilisent Google sans état d’âme.
      Voici un verbatim éloquent : « Je suis un très gros dépendant de Google, même un peu limite. Je suis très favorable à Google. (…) Google joue le rôle d’un service public parfois même mieux qu’un service public ». Pour avoir un échange de qualité, j’ai proposé aux interviewés d’anonymiser leurs témoignages. Chaque verbatim sera donc noté par un numéro. Celui-ci est le 28.
       
    • Une autre partie a une vision ambivalente mais ne veut pas changer de méthode. « Je ne suis pas sûr que ce soit Google qui soit le problème : il y a sept ou dix sociétés qui sont problématiques, et elles ne sont pas connues. Ce sont notamment les grands brookers d’informations. Google n’est qu’un des rouages. C’est un problème systémique. Google en tant que tel pourrait être problématique s’il diffuse une vision du monde et fait de la politique. » (25)
       
    • Une dernière partie voit dans Google une part de danger, mais utilise ses outils contrainte et forcée. « La monopolisation de la recherche par Google est embêtante, mais j’ai fait le deuil des alternatives. » (29) « Finalement (…) c’est une dépendance lucide et acceptée. (…) Je sais que les Américains regardent ce que l’on rentre dans Google. Il y a un équilibre entre bénéfices et risques. » (30)

    Mais ceci étant posé, une lecture fine des résultats révèle chez beaucoup des répondants une position paradoxale qui transcende les trois catégories présentées ci-dessus.

    > Lire aussi : Ce que pensent (vraiment) les veilleurs de l'intelligence artificielle

    Paradoxes et dissonance cognitive
     

    Une part significative des interviewés voit donc Google positivement, même s’ils se sentent dépendants, influencés et même en danger. On peut noter des contradictions régulières dans les propos tenus. En début d’entretien : « Je suis très favorable à Google. » En milieu d’entretien : « Cette dépenda....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    gouvernance-information-priorite-incontournable
    Alors que l’on attend une norme Iso sur la gouvernance de l’information, comment cette dernière est-elle vécue dans les organisations ? Une nouvelle fois, SerdaArchimag lance son enquête auprès des secteurs publics et privés. Types de gouvernance, niveaux de maîtrise des risques, accès à l’information, partage de la connaissance, signature électronique et autres outils, télétravail, numérique responsable : ce sont autant de thèmes passés au crible. Où l’on analyse des tendances de fond et les effets de la crise sanitaire.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    Veille 2020.PNG