Article réservé aux abonnés Archimag.com

Voici la méthode de l'IGN pour numériser des cartes anciennes (en 9 étapes)

  • numerisation_cartes_ign.jpg

    cartes-numerisation-IGN
    Les Cartes de Cassini de 1740 font partie du fonds de cartes numérisées par l'IGN disponibles sur le portail "Remonter le temps", qui permet de confronter les données géographiques historiques anciennes avec celles de l'IGN actuelles (IGN).
  • À l’IGN (Institut national de l’information géographique et forestière), on ne numérise pas une carte ancienne comme n’importe quel autre document. Les professionnels qui gèrent le fonds d'archives de l’institut ont adapté leurs pratiques à la spécificité de ce support particulier et qui réside dans sa composante géographique immédiate : la géolocalisation. Voici leur méthode de numérisation de cartes historiques en 9 étapes :
    1. La définition des priorités
    2. La qualité des fichiers
    3. Le matériel utilisé
    4. L’opération de numérisation
    5. La géolocalisation
    6. La nomenclature
    7. Le catalogage
    8. L’archivage électronique
    9. La diffusion en ligne

    La collection de l’IGN est forte de 530 000 cartes remontant au 17e siècle, dont environ un tiers sur le territoire français. Leur dématérialisation a débuté en 2007 en intégrant une géolocalisation, via des outils dédiés (systèmes d’information géographique ou SIG). 

    Afin de contourner cette difficulté, les professionnels de l’institution ont, dans un premier temps, déterminé une méthodologie entièrement tournée vers la notion géographique, s’appuyant sur les normes de ce secteur et s’affranchissant parfois des méthodes et standards de description de producteurs, de fonctions et de documents de l’archivage général.

    >Lire aussi : Quelle réglementation pour les systèmes d’information géographique (SIG) ?

    Rappelons que l’IGN n’a pas de vocation « muséale » : l’institut ne cherche pas à étendre sa collection de cartes, mais seulement à entretenir un outil de travail, à disposition des utilisateurs.

    « Ce savoir-faire a ses avantages et ses inconvénients », reconnaît Philippe Truquin, délégué au patrimoine et chargé de la politique d’archivage de l’IGN ; « notre méthodologie ne prétend ni être meilleure, ni moins bonne qu’une autre. Elle tient seulement compte de notre spécificité ».

    1. La définition des priorités

    Numériser un fonds de cartes implique d’établir des priorités. À l’IGN, une équipe de huit documentalistes est en charge de la conservation, de la gestion et de la dématérialisation de ces documents qui concernent le territoire français, les anciennes possessions françaises et le reste du monde.

    Actuellement, l’équipe réalise la numérisation continue des cartes sur la France (aujourd’hui dématérialisées à 90 %) et qui sera probablement terminée d’ici 2 à 4 ans.

    L’IGN a planifié son programme de numérisation selon trois principes :
        •    commencer par les fonds les plus anciens et précieux (urgence de la sauvegarde) ;
        •    numériser ce qui concerne la France métropolitaine et outremer (la mission de service public de l’IGN porte sur le territoire national) ;
        •    s’imposer de travailler par collection (pour ne pas s’éparpiller).

    À ces principes s’ajoute une démarche parallèle : la numérisation au fil de l’eau des demandes d’utilisateurs. In fine, ce qui est le plus demandé entre alors naturellement dans la planification et finit donc par être dématérialisé.

    >Lire aussi : 4 outils gratuits pour créer vos propres cartes interactives

    2. La qualité des fichiers

    En matière de résolution de numérisation, l’IGN réalise un éternel compromis entre la qualité des fichiers pour l’utilisation et la charge de stockage qu’elle entraîne.« Aujourd’hui, la numérisation que nous réalisons en interne est en 300 dpi, ce qui permet une impression et une exploitation du fichier sa....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-archivistes-culture
    Combien d'oeuvres, combien d'événements s'appuient sur des archives pour leur réalisation ? A la manoeuvre ou apportant leur contribution, les archivistes qui endossent cette mission de valorisation parallèlement à celle de conservation.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre moyen de journées télétravaillées chaque mois.
    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere-archimag_2.gif

    archives 2020.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif