Article réservé aux abonnés Archimag.com

Learning centers : un premier bilan pour ces bibliothèques universitaires du 21e siècle

  • learningcenter_bsb.jpg

    learning-center-Burgundy-School-Business-Dijon
    A Dijon, la Burgundy School of Business (BSB) a inauguré son learning center en juin 2017. (Crédit : Atmosphère)
  • En quelques années, de nombreux projets de learning centers ont été lancés en France. À Lille et à Dijon, deux équipements font déjà figure de précurseurs.

    C’est l’un des premiers learning centers à avoir vu le jour en France. Au mois de septembre 2016, Lilliad ouvrait ses portes au public au terme d’un chantier de plusieurs années sur le site de l’ancienne bibliothèque universitaire de Lille. Après trois années d’exploitation, les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 500 000 entrées y sont enregistrées chaque année. 90 % des usagers sont des étudiants et 10 % sont des lycéens ou des lecteurs extérieurs à l’université.

    « Nous constatons une forte appropriation du learning center par la communauté universitaire et le public extérieur », souligne Laurent Matejko, chargé de mission au sein de Lilliad ; « ces publics différents peuvent se croiser à l’occasion d’une journée d’étude par exemple. C’est un lieu profondément vivant avec une jeunesse qui étudie et utilise les ressources documentaires de différentes manières ».

    salle_travail_collectif-71.jpg

    À leur disposition, 50 salles de travail pour des groupes de 4 à 20 personnes, 2 salles de conférence, 1 420 places assises et une cafétéria de 90 places. Sans oublier le généreux parc informatique et les nombreux tableaux blancs plébiscités lors de séances de travail collaboratif.

    >Lire aussi : Voici le futur Learning Centre de l'université Lumière Lyon 2

    Des bibliothécaires de liaison dans le learning center de Lilliad

    Au-delà des chiffres, c’est surtout la philosophie générale de Lilliad qui retient l’attention : la polyvalence du nouveau bâtiment permet d’offrir de nouveaux services à un public renouvelé. Organisé autour de trois pôles, Lilliad propose en effet une « bibliothèque augmentée », un espace dédié aux événements et un lieu expérimental baptisé Xperium qui permet de promouvoir les travaux scientifiques menés au sein de l’université lilloise.

    L’ancienne BU continue de remplir sa mission documentaire en proposant 13 kilomètres-linéaires de stockage de livres et de périodiques. De nombreuses ressources numériques sont également mises à disposition des usagers dans les domaines couverts par l’université : sciences de la vie, sciences économiqu....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag
    Pas à pas, l’administration avance vers un service public 100 % dématérialisé, comme le veut le programme Action publique 2022. Où en est-on aujourd’hui ? Dans quel esprit les projets sont-ils menés ? La direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (Dinsic) et la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) font le point. Ministère de la Culture, gendarmerie et Pôle Emploi font part de leurs expériences. Des outils spécifiques peuvent être à l’oeuvre. Les Maisons de services au public s’élèvent contre l’illectronisme.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag

    Commentaires (1)

    • Portrait de cobolet

      L'Université de Strasbourg a également un projet de learning center: https://bu.unistra.fr/opac/news/studium-avancee-du-chantier-septembre-2019/585 Noémi Cobolet

      fév 19, 2020
    Le chiffre du jour
    des bibliothèques proposant des ressources numériques ont constaté depuis le début du confinement une augmentation des usages de leurs ressources en ligne, selon une enquête flash menée par le ministère de la Culture fin mars 2020.
    Recevez l'essentiel de l'actu !
    Publicité

    banniere-archimag_2_0.gif

    doc 2020.PNG

    banniere GP52 web.png