Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comment la bibliothèque de Sciences Po Paris lutte contre les fake news

  • bibliotheque_sciences_po_fake_news.jpg

    bibliotheque-sciences-po-fake-news
    Anita Beldiman-Moore, resp. du département service aux usagers à la bibliothèque de Sciences Po (Paris) et Dinah Galligo, ancienne chargée de la veille à cette bibliothèque et blogueuse expliquent comment la question des fake news y est abordée. (Freepik)
  • S’il est un lieu où les fausses informations ne devraient pas avoir de place, c’est bien la bibliothèque universitaire. La curiosité des étudiants est sans limites, encore faut-il leur donner des repères ! Points de vue d’Anita Beldiman-Moore, responsable du département service aux usagers, bibliothèque de Sciences Po (Paris), et de Dinah Galligo, ancienne chargée de la veille à cette bibliothèque et blogueuse (Prospectibles).

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez Le Bibliothécaire Innovant, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour les bibliothécaires !


    Sommaire du dossier :


    Comment la question des fake news est-elle abordée à la bibliothèque de Sciences Po ?

    Anita Beldiman-Moore. Au-delà des fake news, à la bibliothèque de Sciences Po, nous avons assez rapidement élargi la question à celle de l’évaluation de l’information et du web. Cette démarche a été entreprise en collaboration avec notre médialab (Laboratoire de recherche interdisciplinaire de Science Po). Progressivement, nous avons acquis une expérience de l’analyse de corpus web. Comment évaluer un site ? Que peut-on comprendre des interactions entre sites ? Il faut prendre de la distance par rapport aux listes de résultats proposées par les moteurs de recherche. L’algorithme de Google n’est pas neutre.

    Dinah Galligo. Google sait ce que l’on cherche, nous connaît et renforce nos certitudes à partir de nos recherches précédentes dans la présentation de ses résultats. Il faut tenir compte de ce biais issu de nos données personnelles en utilisant le moteur de recherche.

    enlightenedLire aussi : Caroline Faillet : "Face aux fake news, nous sommes tous sous l'influence de biais cognitifs !"

    Comment une bibliothèque peut-elle garantir une bonne information ?
     

    DG. On ne peut pas garantir la fiabilité d’une information. Mais nous pouvons faire des propositions d’outils donnant un cadre sur la façon d’évaluer des sources. Et ainsi sensibiliser aux revues prédatrices, pousser à se méfier des preprints…ABM. Les revues académiques suivent un processus éprouvé de vérificat....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Bibliothèque-fake-news
    Les bibliothèques sont le lieu de tous les médias, traditionnels (livres, revues, cinéma…) et numériques (internet, réseaux sociaux, jeux…). Cela les met en bonne place pour prendre des initiatives contre les fake news. Les fausses informations se glissent en effet partout, atteignant des publics vulnérables, consentants ou tout simplement inattentifs.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    banniere-archimag_2_0.gif

    doc 2020.PNG

    banniere GP52 web.png